AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 honesty national day (callum)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
● Crédits : avatar @arya | signa by bat'phanie | citation signa by linkin park (invisible)
● Face claim : max riemelt

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: honesty national day (callum)   Dim 29 Jan - 21:08

honesty national day
Callum && Angel



C’était une journée de merde, dans tous les sens du terme. Angel s’était même sérieusement demandé ce qu’ils avaient bien pu tous bouffer pour venir se vider si souvent et que l’odeur soit si forte. Il avait passé la matinée à se retenir de gerber, alors que la foule défilait en le regardant à peine. Il avait bien reçu quelques sourires compatissants, mais pas de quoi surmonter la difficulté du travail… Plus le temps passait, et plus il songeait à tout arrêter. Il supportait plus. C’était trop. Trop tout. Humiliant, dégueulasse, interminable… Il avait certes été habitué à tout supporter, ça c’était clairement au dessus de ses forces. Et s’il avait prit sur lui jusque là parce que la famille avait besoin d’argent, il commençait à se dire qu’il était quand même bien con, et qu’on lui proposerait sans doute mieux ailleurs…
Et malgré tout, il restait. Sans se plaindre et sans broncher. Parce que c’était son job, et qu’il pouvait pas juste lâcher sa serpillière et son seau au milieu de la carrée et se barrer comme un voleur, même si il en mourrait d’envie dès l’instant où il avait passé la porte.

Y’avait des moments agréables, de temps en temps… Quand certains venaient en douce pour baiser leurs amants ou assouvir des pulsions après être passés au rayon bébé ou serviettes hygiéniques, et qui croyaient qu’on les entendait pas. Ceux qui s’engueulaient ici, parce que c’était soi-disant moins la honte qu’en public. Ceux qui laissaient leur gosse pendant qu’ils allaient pisser ou les autres, qui le prenaient carrément avec eux DANS la cabine, de peur de le voir kidnapper par des extraterrestres… Angel connaissait ainsi beaucoup d’histoires, de potins, de petits secrets tordus, élaborés entre les carrelages des chiottes publiques du centre commercial. Et finalement, être considéré comme invisible, inexistant et sans importance prenait tout son sens. Les avantages d’être rien. Rien qu’un type payé à ramassé la merde des autres, lustrer l’inox des robinets, remplir les pousse-pousse de savon et remettre du papier dans le séchoir…

Angel avait songé à ces moments sur le trajet du retour. Il avait maudit sa journée, mais au final, il s’en sortait pas trop mal… Il commençait même à se dire qu’il avait fait pire dans sa vie qu’entretenir l’hygiène et la santé du plus grand nombre…
Lorsqu’il passa la porte, il trouva la maison vide et sombre. Il manqua de se casser la gueule dans la panière à chaussettes de Callum et maudit son frère pour ses addictions débiles. D’où lui venaient ces manies étranges ? Angel soupira, largua son sac dans un coin de la cuisine et chipa une pomme dans laquelle il croqua avant de s’affaler sur une chaise. Tout son corps lui faisait mal, et il fut soulagé de n’avoir prévu d’autre ce soir que de glander, sans doute devant un film à la con qu’il allait mater avec Eden, parce qu’Erin seraient sortie – au grand damne de son frère – qu’Elias resterait enfermé dans sa chambre à broyer du noir et que Callum semblait ne pas tellement apprécier de se retrouver avec ses deux aînés en solitaire…

Angel termina sa pomme et jeta le trognon sans se lever. Il sniffa son haut et grimaça. Même en s’étant changé, les odeurs restaient vivaces, collées à sa peau. Il avait besoin d’une douche, d’urgence. Il se redressa et grimpa les escaliers d’un pas monotone. De la lumière vacillante provenait de la chambre de Callum, et Angel déduisit qu’il était seul avec son cadet. Tous les autres devaient encore travailler à cette heure. Le jeune homme se glissa dans la salle de bain, retira son sweat et glissa un seau sous le pommeau alors qu’il faisait couler l’eau en attendant qu’elle chauffe. Il attrapa le gel douche et grimaça : il était vide, une seconde fois. A cinq sur le même produit, les tubes ne duraient généralement pas longtemps, et cela faisait deux fois de suite que la malchance tombait sur Angel. Il poussa un soupir exaspéré. « Callum ! » Il l’appela a nouveau tout en se dirigeant vers sa chambre, et l’ouvrit sans demander. « Dis, t’as pas du savon en rab par hasard ? Y’en encore plus de gel douche et je dois absolument me décrasser. Je sais que t’en garde d’avance et j’veux pas emmerder Ed’ au boulot pour qu’il passe en acheter… » Callum était le plus prévoyant d’entre eux, ça avait toujours été, et Angel était persuadé qu’il avait gardé du savon en cas de pépin. Il tenta un sourire – un peu foireux – à l’égard du cadet des fils Black et attendit dans l’entrée.



― made by hope ―

_________________
invisible
I was not trying to tear you down, the words that I could've used I was too scared to say out loud ▬ If I cannot break your fall, I'll pick you up right off the ground. If you felt invisible, I won't let you feel that now.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Sunny days are coming to us.
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Mar 31 Jan - 21:13


Le sol du hall, carrelé, était parfait pour ça. La glissade en chaussettes. A peine ses chaussures de chantier expédiées dans un coin du couloir, Callum attrapa une paire de grosses chaussettes en laine dans le panier de l'entrée et les enfila par-dessus ses chaussettes normales. Il tendit l'oreille quelques secondes et constata avec satisfaction qu'il était seul. Le jeune homme – qui approchait de la trentaine, mais ne dit-on pas que la jeunesse est un état d'esprit ? – s'élança dans le couloir et glissa sur la moitié de celui-ci, jusqu'à la porte de la cuisine qu'il ouvrit à la volée. La pièce était déserte, il se faufila jusqu'à l'armoire qui contenait tous leurs trésors chocolatés et attrapa une barre de céréales aux fruits. Il devait être le seul à manger ça ici, et ce n'était pas plus mal – il y en avait toujours quand il voulait mettre la main dessus. C'est en sifflotant qu'il monta à l'étage pour se changer, tout en se demandant où pouvaient bien traîner ses frères. Aujourd'hui, c'était son tour de faire la cuisine. Il avait prévu de leur concocter un wok au  bœuf, légumes croquants et lait de coco... mais c'était tellement rapide à faire qu'il attendrait leur retour pour lancer la cuisson ! Une fois dans sa chambre, Callum se déshabilla et posa ses vêtements tâchés de peinture sur un portant. Il détestait que sa chambre, ou plutôt son antre, soit en bordel. Le bordel, ce n'est pas hyggelig. Il enfila des vêtements amples dans lesquels il se sentait à l'aise et lança une playlist. En ce moment, il écoutait l'album « Joanne » de Lady Gaga. La touche finale ? Ceux qui le connaissent bien auront deviné : une bougie. Le jeune homme se laissa tomber sur son pouf, s'enroula dans son plaid et attrapa un bouquin relatant les aventures d'Ulysse : l'Odyssée. Son moment pouvait commencer. Quand il était dans sa chambre, dans les bonnes conditions... Callum oubliait tout le reste. Son travail parfois difficile. Le manque causé par l'absence de ses parents. Les histoires de cœur. Il ne songeait plus qu'à une chose : faire ce qu'il aimait par-dessus tout. Apprendre, dans un environnement où il était 100% à l'aise. Ici, c'était son sanctuaire. Il détestait que d'autres personnes pénètrent dans sa chambre sans y être invitées. Ainsi, lorsque Angel ouvrit la porte de celle-ci une demi-heure plus tard, en gueulant qu'il n'y avait plus de gel douche, le sang de Callum ne fit qu'un tour. Il prit le temps de finir sa phrase, déposa son signet entre les pages de son livre et l'abandonna sur le sol, pour finalement concentrer son attention sur Angel. Son frère ainé se trouvait dans l'embrasure, serviette autour de la taille... visiblement impatient de se laver. Et pour cause...

« Tu sens mauvais » déclara Callum, en se relevant pour se diriger d'un pas tranquille vers sa commode – dans laquelle il gardait effectivement un ou deux flacons de son gel douche préféré. « Je t'ai déjà dit de toquer avant d'entrer ».

Le brun revint vers son frère et lui tendit le pot de savon à la madeleine, sans toutefois le lâcher lorsque Angel le saisit.

« J'ai bossé toute la journée Angie, et pourtant ma douche peut très bien attendre ce soir. Qu'est-ce que tu en conclus ? »

Il n'avait pas envie d'être désagréable... vraiment. Mais Angel savait qu'il ne fallait pas débarquer dans sa chambre comme ça, particulièrement lorsqu'il lisait... n'est-ce pas ? Il n'avait pas parlé sur un ton dédaigneux, mais Callum savait très bien que son frère verrait où il voulait en venir : le brun méprisait le travail de son aîné. Certes, il préférait ça à l'idée de le voir sur le canapé à longueur de journée, mais il ne comprenait pas qu'Angel préfère nettoyer la merde des autres plutôt que de suivre une formation pour apprendre un métier. Peintre, comme lui... ou maçon, charpentier, peu importe ! Il connaissait les motivations de son frère : ramener de l'argent pour la famille. C'était d'ailleurs ce que lui-même faisait, et son métier de peintre en bâtiment lui permettait d'en ramener plus qu'Angel. Alors, pourquoi gâcher son potentiel et se restreindre à une tâche aussi ingrate ?! Callum n'arrivait pas à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar @arya | signa by bat'phanie | citation signa by linkin park (invisible)
● Face claim : max riemelt

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Mar 14 Fév - 22:20

honesty national day
Callum && Angel



Ce n’était pas simple de vivre à cinq dans la même maison. Déjà à l’époque où leurs parents étaient vivants, les enfants Black avaient parfois des disputes plutôt violentes. Entres les écarts d’âge et leurs caractères, tous différents, il n’était pas rare que les discussions dérapent. Angel et Callum étaient les plus virulents, et leurs accrochages souvent brutaux. Angel aimait ses frères et sa sœur plus que tout au monde. Pour eux, il aurait été prêt à n’importe quoi. A tout.
Au fond, même si les choses étaient parfois compliquées avec Callum, Angel le respectait. Pire, il l’enviait, sans l’accepter… parce qu’il était le plus courageux d’entre eux tous. Parce que lorsqu’il leur avait dit qu’ils pouvaient partir vivre leurs vies de leurs côtés, cinq ans auparavant, il avait été le premier à décider de rester. Et qu’Angel ne l’oublierait jamais. Qu’il était incapable de comprendre ce qui l’avait poussé à demeurer parmi eux, lui qui avait toujours fait preuve de réserve, qui semblait le moins soudé de leur groupe. Et pourtant…

Sa remarque arracha un soupir exaspéré à Angel. « J’te remercie ! Comme si j’le savais pas déjà ! » Il détestait qu’on lui reproche quoi que ce soit, et que son frère lui rappelle qu’il venait de passer la journée les mains dans la merde et qu’il embaumait, ça n’aidait pas du tout ! Mais c’était Callum, et Angel savait à quoi s’attendre… Il savait aussi que son cadet ne voyait pas d’un bon œil son job actuel. Simplement il n’avait pas son mot à dire, et Angel était assez grand pour gérer sa vie sans la bénédiction des autres, aussi proche était-il d’eux. Il ne prit pas la peine de s’excuser de n’avoir pas respecté les règles étranges de son frère. Callum avait des manières particulières… et un besoin d’intimité très développé comparé au reste de la fratrie… Angel préféra cependant taire ce qu’il pensait à ce sujet.

L’aîné des Black attendait en grimaçant. Callum finit par lui tendre un gel douche. « Madeleine. » Ça lui ressemblait bien, songea Angel. Avec ses histoires de hygge auxquelles personne ne comprenait grand-chose, Callum avait ses petites habitudes et ses traditions – dans le même genre que le sac de chaussettes en moumoute dans l’entrée ou bien la transformation de la maison en manoir vaudou, avec des bougies dans chaque pièce –. Il allait remercier son frère mais celui-ci avait capturé son regard de ses yeux durs et refusait de lâcher la bouteille. La question qu’il posa ensuite ne manqua pas de déstabiliser Angel, et de faire monter d’un cran sa colère et son impatience. « J’en conclus que tu viens pas de passer douze heures à ramasser de la merde et éponger de la pisse. » Il tira sur le gel douche, mais Callum semblait décider à ne pas lâcher le morceau. Le ton de son aîné se fit plus dur. « Bordel Callum, c’est quoi le problème ? C'est parce que j'ai pas toqué c'est ça ? J’peux pas prendre une douche quand je rentre du taf ? T’avais qu’à y aller toi, au lieu de rien foutre là… C’est pas mon problème si tu préfères attendre et mariner dans ton jus… » Il n’était pas d’humeur à prendre des pincettes, et toute cette histoire lui tapait de plus en plus sur les nerfs !

Il voulait juste prendre une putain de douche, quel mal y avait-il à ça ? Et pourquoi Callum le faisait-il autant chier pour des conneries… Angel poussa un soupir bruyant. « Bon, tu me la file ta madeleine ou bien je me coltine à ressortir en acheter parce que princesse Callum a décidé de jouer les emmerdeuses ? » Il aurait pu regretter ces mots, dans d’autres circonstances. Mais c’était trop tard. Il relâchait la pression accumulée à travers les pics qu’il lançait à son frère, et même si c’était mal, ça faisait un bien fou !



― made by hope ―

_________________
invisible
I was not trying to tear you down, the words that I could've used I was too scared to say out loud ▬ If I cannot break your fall, I'll pick you up right off the ground. If you felt invisible, I won't let you feel that now.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Sunny days are coming to us.
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Mar 14 Fév - 23:16

Douze heures à ramasser de la merde et éponger de la pisse. Douze... putain d'heures. Callum ne comprenait vraiment pas ce qu'il se passait avec son frère, qui n'était pourtant pas con à bouffer du foin. Angel n'avait jamais été dans une situation aussi dégradante. Ça mettait son frère hors de lui, et il y avait plusieurs raisons à son énervement. La principale était bien sûr qu'il pensait que son frère valait terriblement mieux que ça. Mais ce n'était pas tout. Il y avait cette petite voix, dans sa tête, qui lui soufflait que c'était gênant. Gênant d'être le frère de l'homme qui nettoie les toilettes du centre commercial. Et cette honte, il la ressentait et ne l'assumait clairement pas. Ce n'était pas la première fois que Callum éprouvait des sentiments qu'il essayait de refouler, vis à vis de ses frères. La jalousie, la honte. Leurs relations étaient si complexes ! Il n'y avait qu'avec sa sœur que tout était plus simple.

Il ne lâchait pas le gel douche, occupé à tourner sa langue 7 fois dans sa bouche en fixant son frère aîné. Réfléchir avant de parler, une nécessité dans cette maison. Nécessité qu'Angel passait souvent à la trappe, et qui avait conduit à un nombre important de disputes. Oh, bien entendu, Callum en avait provoqué bien d'autres, mais ce n'était pas le concours de celui qui mettra le plus l'autre hors de ses gonds. « Tu sais très bien que ce n'est pas ta douche, le problème » siffla-t-il entre ses dents, énervé de constater que son frère faisait la sourde oreille. Pourtant, il était persuadé qu'Angie savait qu'il détestait l'idée qu'il occupe ce poste, si on peut appeler cette merde ainsi. Son blond de frère s'énerva, l'affublant d'un horrible surnom et le gratifiant au passage d'être une emmerdeuse. Callum secoua la tête de droite à gauche et lâcha le pot de gel douche en soupirant. « Quand est-ce que tu comprendras que tu vaux mieux que ça, Angel... » Ce n'était pas vraiment une question, il n'attendait pas de réponse de son frère en réalité.

Le peintre s'apprêtait à lâcher l'affaire quand la dernière chanson de l'album se lança. Elle était intitulée « Angel Down » et parlait de la foi... mais ce n'est pas ça qui retint son attention. Plutôt le titre, ange déchu. Le brun se sentit énervé, une fois de plus. Il regarda son frère partir vers la salle de bain sans rien dire. La musique l'enveloppait. Tout à coup, sa voix s'éleva dans le hall, poursuivant Angel jusque dans la salle de bain. Il chanta de concert avec Lady Gaga ces paroles, et juste celles-ci : « Foolish and weaker, oh oh oh, I'd rather save an angel down ». Et il attendit, que son frère se retourne. Parce qu'il savait très bien qu'Angie l'avait entendu, et qu'il prendrait ça comme une provocation. Il n'avait pas tort : évidemment que c'en était une. Un sourire narquois se glissa sur ses lèvres, qu'il n'essaya pas de retenir. Il allait peut-être se prendre un poing dans la gueule, ça ne serait pas la première fois qu'ils en venaient aux mains tous les deux. Mais l'important, c'était que Callum venait de prendre une décision. Celle de sortir son frère de là. De l'inciter à choisir un métier, un vrai. L'inciter tellement efficacement qu'il se sentirait obligé de relever le défi. Et quoi de mieux, pour ce faire... que de lui dire qu'il n'était bon à rien d'autre qu'à ça ? Ramasser la merde des autres. Il ne le pensait pas, évidemment. Quand il fut sûr d'avoir l'attention de son frère, il lui lança, les bras croisés sur la poitrine : « T'as raison Angie, j'suis désolé d'avoir fait ma princesse. J'ai tendance à oublier que t'es un bon à rien ». Un pieu mensonge qu'il espérait qu'Angel lui pardonnerait, quand enfin il commencerait une formation pour changer de vie et faire un travail à la hauteur de ses capacités.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar @arya | signa by bat'phanie | citation signa by linkin park (invisible)
● Face claim : max riemelt

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Mer 15 Fév - 1:19

honesty national day
Callum && Angel



Evidemment qu’il savait. C’était bien ça le problème. Angel savait parfaitement pourquoi son frère le faisait chier. Il savait parfaitement qu’il ne pourrait pas y échapper si facilement. Mais à l’heure actuelle, il avait juste envie qu’on lui foute la paix et qu’on le laisse prendre sa douche peinard. Il fixait Callum d’un air mauvais, lui soufflant des mots provocateurs, qui n’atteindraient pas le jeune homme, parce que rien ne semblait jamais l’atteindre, et que ça aussi, ça exaspérait Angel au plus haut point. Le blond allait faire demi-tour lorsqu’enfin, Callum se décida à lâcher son os. A ce stade, son aîné avait presque envie de lui balancer à la figure et de se barrer, juste pour lui signifier qu’il n’avait pas besoin pour prendre sa douche, et qu’il avait fait une belle connerie en osant penser que lui demander son aide était une bonne idée…

Les mots de Callum claquèrent dans l’air et le silence leur répondit, tandis qu’Angel tournait les talons sans rien dire, croisant une dernière fois les yeux de son frère, avant de s’en aller. Il avait tort. Il avait toujours tort. Ca n’avait rien à voir avec la valeur. Rien du tout. Mais il ne comprenait pas. Il ne comprendrait jamais.

La musique insupportable du jeune homme résonnait dans le silence gênant, et Angel eut la folle envie de claquer la porte de la salle de bain simplement pour couvrir la voix nasillarde de la chanteuse, rien qu’un instant. C’est ce moment que Callum choisit pour s’y remettre. Lui et sa ténacité légendaire. Sur ce point, ils étaient bien les mêmes. De vrais Black, encore plus têtus que des mulets, et aussi acharnés que sur le bouton d’appel d’un ascenseur. Angel laissa échapper un grognement de rage, alors qu’il faisait demi-tour, les paroles de la chanson que son frère venait de lui crier faisant écho dans son esprit colérique. Et lorsqu’il le vit là, ses bras croisé sur sa poitrine et son air faussement agacé sur la face, il eut envie de lui en coller une. Ce qu’il dit termina le travail.
Angel vint saisir son cadet par le col et le plaqua au mur avec une violence non contenue. Ses yeux lançaient des éclairs, et il était fou de ne voir dans ceux de Callum qu’une étincelle triomphante. Il n’avait jamais eut peur de lui, il le savait. Mais il aurait eut, rien qu’une fois, que ce soit le cas. Que Callum s’abaisse devant lui. Qu’il lui fiche la paix, tout simplement.

Il n’en fit rien, et Angel manqua d’en laissé échapper un soupir de désespoir. Il resta ainsi sans rien dire pendant quelques secondes, puis relâcha sa prise sur son frère, brisant le contact, fulminant de rage, les poings serrés. « Un bon à rien, hein ? » C’est ce qu’il avait dit… Il releva des yeux papillonnant sur son frère. « T’as raison ouais, j’suis un bon à rien. Et toi t’es qu’un p’tit salopard. » Il pleurait presque de colère et son corps s’était mit à trembler, tant il était crispé et contenait sa fureur. « Tu crois que j’ai pas essayé autre chose ? Tu sais très bien que si, Callum… et tu sais très bien qu’à chaque fois, ça foire. » Il marqua une nouvelle pause et s’éloigna encore un peu plus du jeune homme. « T’as pas le droit de me reprocher ça. Tu sais très bien pourquoi je le fais. » Il savait. Simplement, il n’approuvait pas. Et Angel n’arrivait plus à lui expliquer. A se justifier. Lui-même détestait son job, mais si ça pouvait nourrir sa famille et leur permettre de garder la maison de leurs parents, alors il était prêt à se sacrifier. Sauf que Callum ne l’était pas lui. Et qu’il lui en tenait rigueur chaque fois.

Aujourd’hui semblait être l’ultime face à face à ce sujet. Angel sentait son cadet aussi plein de détermination que lui, et son calme insupportable faisait écho au brasier ardent que le blond peinait de plus en plus à retenir.



― made by hope ―

_________________
invisible
I was not trying to tear you down, the words that I could've used I was too scared to say out loud ▬ If I cannot break your fall, I'll pick you up right off the ground. If you felt invisible, I won't let you feel that now.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Sunny days are coming to us.
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Mer 15 Fév - 18:21


Callum était prêt à beaucoup de choses, pour sa fratrie. Supporter la violence d'Angel en faisait partie, et c'était même ce qu'il cherchait en appuyant pile où ça faisait mal. Le faire sortir de ses gonds, assez pour l'obliger à réagir. Au fil des années, le brun avait compris qu'il ne servait à rien de négocier avec son frère aîné. Angie n'était pas de ceux qui s'installent autour d'une table, exposent leur façon de penser, écoutent les opinions des autres et font en conséquence. Lui, il marchait aux impulsions, aux défis aussi. Aujourd'hui, Callum comprenait enfin que s'il voulait que le blond ouvre les yeux, il devrait le manipuler un peu – bien qu'il ne pensait pas un mot de ce qu'il allait lui dire. Il supporta sans rien dire la douleur dans son dos – Angel n'avait pas retenu sa force brute, mais ce n'était pas ça qui ferait peur à son cadet qui avait toujours considéré la violence comme le langage de ceux qui n'ont rien à dire. Ils s'affrontèrent quelques secondes, les yeux dans les yeux. Call' ne cilla pas, droit et fier. Finalement, Angel relâcha sa prise en fulminant littéralement. La fumée aurait pu lui sortir des oreilles que ça n'aurait pas étonné son frère. Callum s'en voulu quand il entendit les paroles de son aîné, qui confirma qu'il était un bon à rien. Il entendait à sa voix qu'il était sur le point d'exploser, mais pas de la façon attendue par le brun, qui regrettait presque d'avoir provoqué son frère de la sorte. Presque... mais il irait au bout de son idée, parce qu'il était temps qu'il fasse quelque chose pour lui. Angel pensait trop au reste de la famille, il l'avait toujours fait en se positionnant comme le chef de gang. Une place qui lui allait comme un gant, mais qui le bouffait lui, en tant qu'individu. Callum aimait son frère, il ne supportait plus de le voir s'abaisser à ce travail pour les autres membres de la famille, pour la maison. A croire qu'il ne pensait pas Call' capable de subvenir aux besoins de la famille, et pourtant c'était le cas. Il garderait une plus petite partie de son salaire pour lui pendant quelques temps, qu'importe l'argent de toute façon ? Quand on est bien entouré, qu'importe... il était de ceux qui pensaient que les meilleures choses dans la vie étaient gratuites, ainsi il se jura de subvenir aux besoins des Black le temps que son frère s'occupe de lui. Angel lui dit qu'il avait essayé d'autres choses, et que Callum savait très bien qu'à chaque fois, ça foirait. Il ajouta qu'il n'avait pas le droit de lui reprocher ça, parce qu'il savait pourquoi il le faisait.

« Je crois que c'est une excuse, Angel. Tu sais ce que je pense ? Je pense que t'es bien conscient que t'es incapable de faire ce que je te demande depuis des années. T'as bien trop peur qu'on n'ait plus besoin de toi, pas vrai ? » lui dit-il, froidement, calmement. « Tu refuses de prendre le temps d'apprendre un métier, et tu te caches derrière ta façade en nous disant qu'il faut ramener de l'argent pour les factures. Tu préfères jouer les Calimero, tu préfères bosser toute la journée les mains dans la merde des autres pour nous montrer que t'es indispensable, ou je rêve ?! ». Callum se rendit compte, en parlant, qu'il y avait par contre un fond de vérité à ce qu'il était en train de dire à son frère. Il cherchait à le provoquer... avait d'abord voulu le faire passer pour un bon à rien, mais il se rendait compte que ce n'était pas ça, le problème. Peut-être était-ce vraiment ce que son frère pensait, dans le fond ? C'était un coup de poker. Le brun continua sur sa lancée. « De l'argent, j'en gagne assez. Avec Even, on s'en sortirait très bien juste le temps que tu te formes. Mais t'as peur, c'est ça ? » Il s'approcha de son frère et fit quelque chose qui ne lui ressemblait pas. Il le poussa aux épaules – ce qui ne devait être qu'une pichenette, pour Angie qui était habitué à bien pire. « Ou alors, t'es réellement trop con pour empiler des briques ? C'est ça que tu veux nous faire croire ? Hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar @arya | signa by bat'phanie | citation signa by linkin park (invisible)
● Face claim : max riemelt

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: honesty national day (callum)   Dim 26 Fév - 19:09

honesty national day
Callum && Angel


Il avait raison, et ses mots résonnaient en lui comme autant de coups de poignard qu'on aurait prit plaisir à enfoncer dans ses chairs. Callum visait juste. Terriblement juste, et Angel sentait son corps trembler, à mi-chemin entre l'envie de démolir son frère et celui de simplement pour ne plus avoir à entendre la vérité sortir de sa bouche et lui éclater en pleine face. A bien des égards, il était aussi violent avec son aîné que l'inverse. Angel s'était toujours défendu et exprimé avec ses poings, laissant sa colère couler en lui sans barrière, sans limites. Mais Callum maniait les mots comme on manie des couteaux, et chacun de ceux qu'il lançait sur son frère arrivait dans le mil. En plein coeur. C'était comme un électrochoc, une sensation à la fois désagréable et honteuse.
Angel continuait à l'écouter, le regard brûlant, le corps tremblant toujours. C'était d'une justesse atroce, et le jeune homme sentait le calme de son frère s'ébranler, alors qu'il lui crachait à la figure tout ce qu'Angel refusait d'admettre, refusait même de penser. Il crispa ses poings, histoire d'éviter qu'ils ne volent droit sur Callum. ll peinait de plus en plus à retenir sa fureur, à présent noyée sous un malaise grandissant.

Il avait toujours voulut être un bon frère. Un frère exemplaire. Déjà quand ses parents étaient vivants, il avait, avec ses deux aînés, principalement Even, pris la charge des plus jeunes. Et à présent qu'ils ne restaient plus qu'eux cinq, frères et sœurs brisés par la vie et la perte, plus que jamais, il s'était juré d'être là pour eux, qu'importe le prix, qu'importe les efforts et les sacrifices. A s'en oublier. A s'en effacer. A s'en abandonner dans une existence rythmée par l'inquiétude, le stress, la colère, l'autorité bafouée...

Le jeune homme écouta son frère demander s'il avait peur, s'il était trop con pour faire autre chose que ramasser la merde. Evidemment, il avait fait d'autres choses... mais depuis quelques temps, il était perdu. Il fut surpris que Callum ose le pousser, et retint une riposte. Il se sentait vidé. Creux. Son frère n'avait jamais fait ça auparavant. Jamais. Angel releva sur lui un regard triste. Il le fixa ainsi longtemps, le corps tendu, son esprit cherchant vainement une porte de sortie. Il finit par flancher, s'appuyant silencieusement contre le mur avant de se laisser glisser par terre, sa tête serrée entre ses mains. « T'imagine même pas... » Il ne dit rien de plus dans l'immédiat. Il était incapable d'avouer à son frère qu'il avait raison sur toute la ligne. Pire, il avait peur que s'il le disait tout haut, la honte le submerge, et qu'il ait envie de se jeter d'une falaise. « Quand papa et maman étaient absents, c'est Even et moi qui nous occupions de vous tous... J'ai toujours vu ça comme une chance. Quelque chose d'unique, d'extraordinaire, d'évident. » Il ne pouvait pas nier qu'il avait adoré s'occuper de ses frères et sœurs, même si ça n'avait pas toujours été facile. « Je suis prêt à tout pour que vous soyez heureux. A tout. » Même passer ses journées à se voir pris de haut et considéré comme pas mieux que la merde qu'il ramassait.

Il releva finalement la tête en soupirant et l'appuya contre le mur sans regarder Callum. « J'ai toujours pris ce qu'on me donnait, parce qu'on pouvait pas se permettre de faire les difficiles. Et j'ai jamais envisagé d'étudier un jour. » Il avait abandonné cette idée très tôt. Une nouvelle évidence ; il ne serait jamais diplômé et ça n'avait aucune importance. Il était démerde, il n'avait pas de temps à perdre sur les bans de l'école à apprendre des choses qui ne lui serviraient jamais lorsque chez lui, des bouches attendaient d'être nourries. « J'aurais voulu que toi, tu puisses. Je sais que tu en as toujours rêvé... » Callum était le plus intelligent d'entre eux tous. Et souvent, Angel s'en voulait qu'il n'ait jamais pu faire ce qu'il aimait. Il se tourna finalement vers son frère. Sa colère sourdait encore dans ses tripes, mais il était comme lessivé, éteint. « Rien ne changera, Callum. J'ai toujours fait des p'tits boulots comme ça, sans promesses. Je vais pas récurer des chiottes toute ma vie. Me former n'aura aucun intérêt. » Il était persuadé de cela ; bientôt il trouverait mieux que ce job pourri, et puis dans un an, il ferait encore autre chose, et dans dix ans... C'était ainsi qu'il était habitué à vivre, et c'était ainsi qu'il vivrait. « J'ai confiance en toi. Mais c'est pas à toi de supporter tout ça. » Il en revenait toujours à la même chose : il était celui qui devait faire des sacrifices, se démener. Les autres devaient vivre. Juste vivre.


― made by hope ―

_________________
invisible
I was not trying to tear you down, the words that I could've used I was too scared to say out loud ▬ If I cannot break your fall, I'll pick you up right off the ground. If you felt invisible, I won't let you feel that now.


Revenir en haut Aller en bas
 
honesty national day (callum)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Myrtle Creek :: Magnolia Lane-