AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
● Crédits : mcfly
● Face claim : Bill Skarsgard
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Mer 29 Mar - 18:29

que désirs deviennent souvenirs.


Je ne comprenais vraiment pas la réaction de mon petit frère. Même si ça pouvait paraître étrange je n'arrivait pas à comprendre ce qui le perturbait tant. Il m'avait posé des questions qui au final étaient tout à fait normal pour un garçon de son âge, je me disais que j'aurais peut-être du être plus vigilant sur la chose, que j'aurais pu lui en parler plutôt mais je ne savais pas comment faire. J'avais préféré attendre tant que les questions n'étaient pas trop régulière. Je ne m'étais jamais dis qu'il y avait des situations qui méritaient des explications. Ça m'avait échappé. J'ai fini par lui demander pourquoi il me demandait tout ça.
roller coaster

_________________
Highway of fallen kings

❀ When you look at me I wonder if you see All the things you thought I could be Or all the crazy nights All the stupid fights All the tears that filled our eyes.All my life All I ever did was try and try I never meant to be your problem child
Revenir en haut Aller en bas
● Face claim : croa !
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Mer 5 Avr - 8:08

Mission reçue ce matin. Ce petit plaisir malsain de devoir réveiller en l’être des sentiments inattendus – mélange de peur, de haine et de honte – me délecte d’avance. J’attends la fin de la journée avant de mettre à bien ma mission. Entre @Thomas Morgenstein qui vadrouille et @Angus Morgenstein qui va à l’école, il vaut mieux attendre un horaire convenable pour être sûr qu’ils soient les deux à la maison. Et je ne vous explique pas mon plaisir quand je vois le cadet Morgenstein rentrer de l’école tout sourire et que, quelques instants plus tard, c’est la domestique qui sort, à moitié dénudée et en sueur. Si je ne devais pas cacher mon identité – pour des raisons plus qu’évidente – je vous jure que j’aurai été remercier Thomas d’un si bon timing. Je pouvais difficilement rêver mieux.

Le soleil se couche gentiment et la pénombre s’installe. Ma capuche recouvrant en bonne partie mon visage, je m’approche de la maison de mes victimes à pas de loup. Je les vois monter à l’étage, Angus en pleures… Une fois n’est pas coutume. Je repère un arbre touffu et bien camouflant et décide de grimper pour les épier d’avantages. De là, les branches me cachent encore mieux que si j’étais resté près des cyprès dans le jardin et, dans l’épaisseur des feuilles, je suis certain que je ne me ferai pas repérer. Si je suis bien caché et que, par conséquent, je n’y vois pas grand-chose, je suis pourtant aux premières loges puisque la fenêtre de la chambre d’Angus est entre-ouverte et que j'entends absolument tout. Lorsque la situation est expliquée maladroitement au petit Angus, je réprime un sourire un peu moqueur. Et puis ensuite, c’est le silence qui s'installe. Chacun des frères semblent digérer ce qui vient de se passer : c’est le moment parfait. Je sors le téléphone jetable reçu le matin-même et tapote rapidement jusqu’à retrouver les brouillons que j’avais composés un petit moment auparavant. –  SMS envoyé ! –  J’entends retentir les deux téléphones simultanément, signe que tout fonctionne à merveille.

Je n’ai plus rien à faire ici. Je fourre le téléphone dans ma poche et la referme avant de commencer ma descente. Ils sont trop absorbés à lire mon SMS pour regarder par la fenêtre, et quand bien même… Ils ne me verraient pas car j’ai déjà atteint le sol et couru vers la haie épaisse. Il fait définitivement nuit et je ne suis plus qu’une ombre. Je m’assure que personne ne risque de me voir. La voie est libre. Je rejoins le trottoir, retire ma veste à capuche noire pour une tenue un peu moins suspecte et, à l’angle de la rue, je retire la carte SIM et la batterie du téléphone avant de le détruire avec mon talon et de le mettre dans la prochaine poubelle. Mission accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
● Face claim : Dylan Sprayberry
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Mer 5 Avr - 12:30

Roulé en boule, Gus ne répondit pas lorsque son frère lui demanda de qui il s'agissait. De même, il ne réagit pas lorsqu'il entendit son téléphone faire un signal sonore pour indiquer l'arrivée d'un message. Il n'était pas en état et de toute façon, ce cellulaire lui servait uniquement à contacter son grand-frère en cas de besoin. Il resta immobile, toujours roulé en boule. Thomas se voulut rassurant, mais ses mots n'eurent pas l'effet désiré. Même le fait qu'il le prenne dans ses bras n'avait pas eu l'air de fonctionner. Au contraire, Gus le repoussa subitement.
"Méchant! Vous êtes tous méchants!" hurla-t-il en se levant du lit où il avait pris place. Il fit quelques pas, tenant sa peluche par la patte. Les larmes coulaient toujours le long de ses joues, mais cette fois-ci, c'était de fureur. Il était furieux, car il venait de réaliser énormément de choses. Son monde s'écroulait, d'une part. Il n'était pas habitué à devoir gérer tout cela, tout ce stress. Il ne savait pas gérer et il entrait dans un point de cassure.

D'ailleurs, il jeta Lapinou, qui se cogna contre un mur avant de s'écraser au sol. "Je vous déteste tous! Tout le monde est vilain! On peut pas vous faire confiance!" s'écria-t-il, faisant les cent pas, tremblant de nervosité. Il donna un coup de pied dans sa commode puis un gros coup de poing dans le mur. Il n'avait jamais été aussi agressif de sa vie. Jamais.
Ce fut à cet instant, la main saignante, qu'il se rendit compte de son geste. "Lapinou!" s'exclama-t-il ensuite en s'approchant de sa peluche, paniqué.
"Je suis désolé Lapinou, je voulais pas te faire du mal!" continua-t-il. Et c'est reparti pour les pleurs.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mcfly
● Face claim : Bill Skarsgard
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Dim 9 Avr - 13:03

que désirs deviennent souvenirs.


J'étais encore étourdi par la nouvelle que Gus venait de m'annoncer et en colère. Très en colère. Comment est-ce que je n'avais rien vu? Pourquoi est-ce qu'il ne m'en avait pas parlé plutôt? Comment est-ce que je pouvais faire pour qu'il oublie ça, pour qu'il aille mieux? Pour qu'il ne se sente pas aussi mal? Je me sentais tellement impuissant et ça m'énervait. Je voulais tout faire pour lui, c'était mon petit frère, je me devais de me battre pour lui et je n'arrivais à rien. J'avais tenté de la rassurer mais il ne l'a pas entendu de cette manière. Il m'a repoussé, chose qu'il ne faisait jamais. J'ai haussé les sourcils et je me suis retrouvé comme un con à le regarder à ne pas savoir quoi lui dire à ne pas savoir quoi faire. J'ai entendu la sonnerie de mon téléphone. Je n'ai pas regardé tout de suite, ce qui m'inquiétait c'était mon petit frère. Il s'en prenait à Lapinou. Je n'y comprenais plus rien.

«Angus! Arrête.»

Ce n'était pas un ordre, plutôt une supplication. Je n'avais pas envie qu'il devienne comme moi. C'était la première que je voyais autant de violence en lui et je n'avais pas envie que ça continue. J'allais l'arrêter, lui faire comprendre que ça ne servait à rien et au moment ou j'ai tenté de me rapprocher il a donné des coups dans son armoire puis dans le mur. J'ai l'impression d'halluciner. J'ai l'impression qu'il vient de prendre quelques années de plus d'un coup et ça me fait un effet très bizarre. Et puis il redevient doux et s'excuse auprès de sa peluche qu'il aime temps. Je me suis accroupie à ses côté et j'ai regardé sa main blessé.

« Allez viens, on va soigner ça. »

Je l'ai laissé se relever, je ne savais pas s'il était vraiment calmé, il pleurait toujours et je ne savais pas comment arrêter ses pleurs. Je me suis levé et je suis sorti de la chambre cherchant une solution. J'ai regardé mon téléphone qui avait sonné tout à l'heure et quand j'ai vu le message j'ai changé de couleur. J'ai blêmi et j'ai vu rouge. Comment est-ce qu'ils pouvaient être si indélicat, si présent partout autour de nous ? Il était là … quelque part autour de nous. Il n'y avait pas d'autre solution. La colère l'a une fois de plus emporté et je me suis précipité dans ma chambre, j'ai sorti une batte de base-ball que j'avais gardé, c’était celle de Lillian, il avait toujours aimé ce sport. Je suis descendu en trombe dans le salon et je me suis retrouvé dehors batte à la main et j'ai lancé :

« Allez montre toi ! Viens me chercher. »

Il allait me trouver si c'était ce qu'il voulait. J'ai fait le tour de la maison, furieux qu'on ai pu nous espionner. Furieux de me rendre compte qu'on n'était pas vraiment chez nous. Mais je devais me rendre à l'évidence, il n'y avait personne. Je me suis retrouvé dans le jardin au niveau de la chambre de Gus, elle était juste au dessus de moi. J'étais tellement hors de moi que j'ai fini par balancer la batte contre le mur de la maison. Ça ne servait à rien mais ça m'aidait à évacuer. Dans le sous sol j'avais un punching ball dans la salle de sport. Je pouvais passer mes nerfs dessus comme je voulais. Je suis resté quelques minutes là a me dire que c'était ridicule de me mettre dans un état pareil. Alors j'ai fini par marcher vers la maison. J'ai récupéré la batte et je me suis rendu compte que je l'avais cassée. Je suis rentré dans le salon par la porte de derrière et sans savoir pourquoi ça me faisait autant d'effet je me suis effondré. Je pleurais comme un gosse, parce que je n'étais visiblement pas assez compétent pour m'occuper de ma famille, parce que j'étais à bout. Cette fois ils avaient tiré un peu trop la ficelle et elle me claquait à la gueule et ça faisait mal.
[/hide]
roller coaster

_________________
Highway of fallen kings

❀ When you look at me I wonder if you see All the things you thought I could be Or all the crazy nights All the stupid fights All the tears that filled our eyes.All my life All I ever did was try and try I never meant to be your problem child
Revenir en haut Aller en bas
● Face claim : Dylan Sprayberry
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Jeu 4 Mai - 9:35

C'était bien la première fois que Angus se montrait aussi violent, qui plus est avec sa peluche favorite, cet ami qui le suivait partout depuis des années. Il pleurait encore lorsque son frère, qu'il avait pourtant repoussé à de multiples reprises dans les minutes qui précédaient, était sorti chercher de quoi prendre soin de sa pauvre main abîmé.

Le petit Gus resta prostré dans la même position, se perdant dans ses pensées et se remémorant des souvenirs douloureux. Soudain, il entendit la voix de son frère. Thomas semblait rudement en colère. Après quelques minutes d'hésitation, pendant que tout cela était uniquement de sa faute, l'adolescent descendit les escaliers qui menaient vers la salle de séjour.

Il y trouva son grand frère en pleurs. Croyant que cela était de son fait, Gus s'approcha doucement du grand brun. Il aurait pu pleurer de nouveau et s'apitoyer, mais il ne le fit pas. Au lieu de Cela, le jeune homme posa une main tendre sur l'épaule de son frère adoré. Il savait qu'il n'était pas très tactile, mais déposa un petit bisou baveux sur sa joue.
"Tu veux serrer Lapinou dans tes bras?" Demanda-t-il en tendant sa peluche dans la direction de son interlocuteur. La question pourrait paraître stupide, mais elle ne l'était guère. Pour Angus, serrer Lapinou était une évidence lorsqu'il se sentait mal et il était persuadé que cela pouvait aider tout le monde.

Il offrit un petit sourire à son frère, avant de reprendre la parole:
"Je suis désolé d'être ce que je suis, ça vous rend triste et ça ne vous crée que des problèmes..." ajouta-t-Il finalement, toujours dans pleurer ni geindre, ce qui était un effort très considérable. Mais en même temps, il avait tellement peur qu'on le déteste. Thomas s'était mis dans cet état à  cause de lui, il ne pouvait pas imaginer d'autres raisons.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mcfly
● Face claim : Bill Skarsgard
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Dim 14 Mai - 22:43

que désirs deviennent souvenirs.


Je craquais complètement. Ces fichus corbeaux me faisaient perdre la tête. J'en avais assez de tout ce cirque. Je me suis laissé aller et je me trouvais bien pathétique. Je détestais ce sentiment de faiblesse. Je détestais ne pas savoir gérer mes émotions et ne pas pouvoir contrôler les choses. J'étais vulnérable, plus que jamais. Ils touchaient trop de points. Je ne comptais pas les laisser faire sans qu'il n'y ait de représailles. Ils allaient voir de quel bois je me chauffais. J'ai pris conscience de mon état de larve lorsque mon frère est venu me rejoindre. Je l'ai laissé me déposer un bisous baveux, je détestais quand il faisait ça en générale, mais j'étais content qu'il soit là. Je savais pourquoi je me battait. Je ne l'aurais fait pour personne d'autre que lui. J'ai séché mes larmes d'un coup de manche et j'ai fait oui de la tête lorsqu'il m'a demandé si je voulais serre son lapinou dans mes bras. C'était tellement rare qu'il veuille le prêter à quelqu'un. J'en étais presque honoré. J'ai pris l'ours en peluche dans mes mains et j'ai posé ma tête dessus. Je comprenais pourquoi Gus aimait tant ce lapin, il était réconfortant. Je lui ai retendu ne voulant pas lui priver trop longtemps de son lapinou. J'ai levé la tête vers mon petit frère quand il m'a dit qu'il était désolé d'être ce qu'il était et je lui ai répondu :

« Ne le sois pas. Je t'aime comme tu es et ceux qui n'en sont pas capable n'ont rien à faire chez nous. Tu es mon petit frère et je te protégerais quoi qu'il m'en coûte. Peu importe ce qui disent les autres. »

C'était la première fois que je lui disait ces mots. La première fois que je lui disais réellement que je l'aimais et que je ferais tout pour le protéger. Personne ne nous enlèverais ça. Je me suis levé et je lui ai dit :

« Viens-là. »


J'ai ouvert mes bras pour qu'il vienne me faire un câlin, je savais qu'il en avait besoin mais j'en avais sûrement plus besoin que lui en ce moment.  
[/hide]
roller coaster

_________________
Highway of fallen kings

❀ When you look at me I wonder if you see All the things you thought I could be Or all the crazy nights All the stupid fights All the tears that filled our eyes.All my life All I ever did was try and try I never meant to be your problem child
Revenir en haut Aller en bas
● Face claim : Dylan Sprayberry
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Ven 26 Mai - 17:50

Gus était attristé de voir son frère dans cet état, et c'était peu dire. Il était même complètement dingue. Cela le faisait souffrir, cette vision de Thomas dans le désespoir et il ne pouvait s'empêcher de songer que c'était de sa faute, à cause de ce qu'il était: un adolescent anormal qui ne créait que des ennuis. Dans les lycées normaux, les enfants n'avaient pas besoin d'être accompagnés, ils étaient indépendants. Lui, il en était incapable. Il essuya cependant ses larmes et vînt rassurer celui qu'il aimait tant. C'était son grand-frère, toute sa vie, le seul qui prenait véritablement soin de lui, inconditionnellement.
Il prêta un instant son doudou à Thomas, puis écouta ses mots en baissant les yeux. Il s'approcha et accepta avec plaisir le câlin proposé par son frérot, se laissant aller dans les bras de celui-ci, posant sa tête contre son épaule, profitant de ce contact dont il avait rarement le droit. Il ferma les yeux un moment, serrant Lapinou entre eux.

Puis, les interrogations revinrent au goût du jour. Les joues rouges et la mine un peu gênée, il reprit la parole:
"Mais... je veux pas que tu passes ta vie à me protéger. C'est pas comme ça pour les autres, ils savent se débrouiller. Tu crois que tu serais plus heureux si je disparaissais?" demanda-t-il finalement, de but en blanc. Pour Angus, ce n'était pas une question si dramatique que cela pouvait en avoir l'air, c'était une question comme lorsque l'on demandait à quelqu'un ce qu'il voulait manger ou ce qu'il voulait faire. C'était juste une question à laquelle il attendait une réponse sincère.
Peut-être que les gens qui le tourmentaient avaient raison et qu'il était celui qui empêchait sa famille d'avancer. Peut-être qu'il n'avait pas à être là, qu'il était une erreur de la nature.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mcfly
● Face claim : Bill Skarsgard
Chassez le naturiste, il revient au bungalow.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus    Mer 21 Juin - 20:08

C'était rare qu'on ai ce genre de moment lui et moi. Pour ainsi dire ça n'arrivait pratiquement jamais et pour cause, je détestais les effluves d'émotions, je détestais la proximité et je détestais montrer mes faiblesses, mais ça avait été différent cette fois. J'avais merdé et on m'avait poussé à bout. Je ne pouvais plus vivre comme ça. Il allait falloir que je mène mon enquête et que je m'en prenne directement à eux. C'était risqué mais au moins ça m'aiderait à penser à autre chose. Je les aurais ces salauds. J'ai fini par lâché Gus et par lui rendre son doudou. J'ai été surpris par sa question et je lui ai répondu :

« Non, je ne serais pas plus heureux, je serais même plus malheureux si tu n'étais plus là. Tu es la personne pour qui je serais prêt à faire n'importe quoi Gus et je ne veux pas t'entendre me dire des choses pareilles. Tu es mon frère et tu le sera toujours, quoi qu'il se passe. »

Je ne voulais pas l'abandonner. Je ne pouvais pas envisager une seconde de le perdre. Je ne serais rien sans lui.

«Et les autres on s'en fou. Ils ont leur vies on a la notre. Je suis désolé que tu m’aie vu comme ça. Je ne veux pas que tu penses que c'est de ta faute, parce que ça ne l'est pas. »

Il n'y était pour rien. Il n'avait juste pas eu de chance et c'était plutôt la faute de notre père si gus n'était pas comme tout le monde, mais ça c'était une autre histoire. Je ne voulais pas qu'il pense qu'il était responsable de mon état aujourd'hui. J'avais craqué certes, mais ça n'arriverait plus.

« Écoute Gus, pour ce que tu as vu tout à l'heure et ce que tu m'as dis … je suis désolé de n'avoir rien remarqué et je suis désolé que tu m'aie vu avec Sarah, ça serait bien d'ailleurs si tu … si tu pouvais ne rien dire à personne … ça ferait … mauvais genre et je pourrais avoir des soucis. Tu me promet que tu ne diras rien ? Quand à ton … à ce crétin de première ne t'en fais pas. Il va payer pour ce qu'il a fait. »

Oh oui, il allait payer. Je n'avais pas l'intention de laisser quelqu'un s'en prendre à ma famille sans qu'il n'y ait de conséquence.

_________________
Highway of fallen kings

❀ When you look at me I wonder if you see All the things you thought I could be Or all the crazy nights All the stupid fights All the tears that filled our eyes.All my life All I ever did was try and try I never meant to be your problem child
Revenir en haut Aller en bas
 
ce qui se passe au 113 reste au 113 feat gus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove :: Lincoln Avenue-