AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Dim 2 Avr - 8:00

Can I really say "nice to meet you" ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eileen
  &
  Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Assise depuis des heures à son bureau, Théoda finit par pousser un profond soupire de désespoir. Son affaire n’avance pas. Aucun cliché n’est valable. Aucune preuve à l’appui. Elle prend sa tête dans ses mains, lassée. Souvent, elle se demande sérieusement pourquoi elle est revenue. Elle se demande souvent aussi pourquoi est-ce qu’elle s’est lancée dans cette affaire de bureau d’investigation. Durant des journées comme celles-ci, elle remet en doute ses compétences. Pourtant… Pourtant dieu sait qu’elle est douée dans son domaine. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si elle croule sous les dossiers. Lakeview est certes tranquille en apparence, mais lorsqu’on y est, lorsqu’on y vit… On se rend bien compte que c’est les secrets qui y résident qui la font vivre. Et tout le monde à beau râler sur les corbeaux et sur leurs façons malsaines et peu orthodoxes de procéder… Il faut l’avouer, tout le monde attend la suite. Tout le monde trépigne de savoir qui sera la prochaine cible de ces piafs, tant que ce ne sont pas eux qui sont directement concernés. Cela peut paraitre triste, d’un certain point de vue mais, c’est la nature humaine et sa curiosité malsaine – sa façon de ne pas être foutue de s’occuper de son propre business – qui fait ça.

D’un air distrait, elle tâtonne sur son espace de travail à la recherche de sa tasse de thé. Cette dernière est vide et plonge la jeune femme dans une nervosité surdimensionnée. Elle se lève, attrape son sac et sort. Après avoir verrouillé la porte, elle sort de l’immeuble en contrôlant sa montre. Déjà quinze heures ? Pourquoi diable le temps passe si vite… Elle arrive d’un pas pressé au salon de thé et commande un Chaï à l’emporter. Le soleil qui brille et filtre à travers les petits stores de l’échoppe l’encourage… Elle va aller se poser au parc un moment, histoire de prendre un peu de recul sur son travail. Souvent, ça aide.

Arrivée au parc, elle se pose sur un banc et observe les gens qui l’entourent. Un couple allongé dans l’herbe nouvelle du printemps se roucoule des « je t’aime » écœurants. Une mère célibataire observe, de loin, son enfant jouer. Un jeune homme promène trois énormes chiens et donne l’impression que c’est plutôt lui qui se fait promener par le bout du nez que le contraire. Elle porte sa boisson à ses lèvres. Le liquide encore brulant lui picote la langue et lui apporte une sensation de bien-être immédiat alors qu’elle poursuit son inspection. Son regard se porte alors sur une jeune femme brune à la peau claire. Son visage fin est à moitié masqué par un énorme appareil photo reflex. Penchée sur un sujet bien précis, elle semble déconnectée du monde qui l’entoure. Son visage, qui se découvre lorsqu’elle éloigne le boitier de son appareil de sa joue, est fin et harmonieux. Théoda ne peut s’empêcher de l’observer, simplement. Et puis, en souvenir de ses récents dossiers, elle a une idée qui lui traverse l’esprit. Elle avale une gorgée de son thé devenu tiède en songeant à quelle approche choisir. Elle n’est pas sociable, elle le sait. C’est d’ailleurs toujours une épreuve… Après quelques secondes, elle envoie ses peurs balader, se lève et se dirige vers la jeune femme d’un pas tranquille mais décidé. Elle s’éclaircit la voix avant de lâcher : « Joli matériel. » Un petit sourire un poil forcé mais charmant quand même se dessine sur ses lèvres alors qu’elle pointe l’appareil du doigt. « Vous faites de la photo depuis longtemps ? »
 

 
camo©015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice
● Crédits : Moonlight (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Alicia Vikander

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Lun 17 Avr - 0:35


Lassitude. Voilà avec quoi commence cette journée. Habitude que j'ai prise soit de me lever tôt ou tard, dans l'unique but d'éviter les parents qui me demandent quand est-ce que je vais enfin trouver un vrai travail plutôt que de faire des petits boulots ici et là... si c'était aussi facile que ça. Mon amie nostalgique aussi, bien présente, un peu plus chaque jour. La Louisiane qui me manque. Cette vie là-bas, sans contraintes, au jour le jour. Ma vie ici qui n'y ressemble plus du tout. Cette sensation et besoin de liberté totalement emprisonnés quelque part au fond de moi. Non, ma vie aujourd'hui ne ressemble en rien à ce don j'ai réellement besoin. Mais peut-être est-ce aussi ça la vrai vie... peut-être que c'est de cette façon que la vie ce construit ? Cette impression aussi, qu'il n'y a que de cette façon que j'arriverais à récupérer les miens. Ma famille que j'ai délaissée trop tôt, dans une période où nous aurions dû rester soudés. Mon erreur d'avoir suivis les amis plutôt que ma famille, que je paie amèrement maintenant...

Si j’avais commencé ma journée affalée sur le canapé devant une série un bol de céréales coincé entre les genoux, le soleil qui perçait à travers la baie vitrée de la maison parentale m’avait rapidement fait changer d’avis. Après une douche et un habillage rapide, débardeur, chemise, jeans et mes doc’ j’avais quitté la maison mon appareil photo à l’épaule, un peu d’argent dans la poche et j’allais m’adonnais à mon activité devenue presque quotidienne depuis que j’étais revenue à Lakeview et surtout en tant que meuf qui cherche toujours du travail… et non ce n’était pas de chercher du boulot, mais d’aller faire de la photo, remplir un book qui allait me servir à rien du tout, peut-être avoir des photos pour ouvrir ma propre entreprise ? Encore que pour ça, il fallait de l’argent, et mon banquier pouvait affirmer que j’en manquer cruellement.

Mes pieds m’avaient mené jusqu’au parc. Par ce beau temps, chose exceptionnelle dans l’Oregon et surtout à cette époque de l’année même si nous revenions enfin vers les beaux jours, nous étions dans l’Oregon… Et rien que pour ça, je pouvais détester mes parents, car s’il y a bien une chose que je n’aime pas, c’est le froid ! Mes pas me guidaient sur la pelouse, au grès du vent. Au grès des scènes qui défilaient sous mes yeux. Cet oiseau qui faisait sa toilette, ce couple dans l’herbe, cet écureuil qui grimpait à l’un des arbres du parc. Le nez collé à mon objectif je capturais les instants qui me semblaient intéressant, presque important même. Des instants de vie, simple et pourtant beau.  Assise dans l’herbe les yeux rivés sur l’écran digital alors que mon pouce appuie sur le bouton pour faire défiler les clichés sous mes yeux. Je sursaute lorsque j’entends une voix dans mon dos. Mon nez qui se lève aussitôt, se posant sur une jeune femme qui me surplomb. La question et le mouvement de sa main qui me fait reposer les yeux sur mon appareil que je tiens toujours entre les doigts, le temps de quelques secondes avant de revenir sur elle. Sourire qui vient se dessiner naturellement sur mes lèvres. « Quelques années oui. » Ce n’est pas comme si j’avais fait mes études dans la photo, pour pouvoir en vivre, même si aujourd’hui, mes plans avaient pris un léger retard… « Pourquoi, vous cherchez un photographe ? » Peut-être avait-elle besoin d’un photographe pour un mariage, baptême, ou quoi que ce soit d’autre… Ou simplement curieuse ?

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LIVE YOUR DREAMS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Mer 26 Avr - 11:22

Can I really say "nice to meet you" ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eileen
 &
 Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mal à l’aise d’avoir pris les devants de cette manière, Théoda triture son gobelet de thé un peu nerveusement. Elle n’est pas habituée à aller vers les gens. Elle n’est plus habituée au contact humain et son idée de venir parler à la jeune photographe lui semble soudainement être la pire qu’elle a eu depuis longtemps. Pourtant, le regard doux de la demoiselle qui se pose sur elle lorsque cette dernière se retourne la soulage un peu. Elle ne sait pas trop dire pourquoi, mais c’est apaisant autant que sa réponse. Le sourire qui se dessine sur son visage d’artiste trahit sa passion et le sourire forcé que Théoda affiche se décrispe et devient un peu plus sincère. La jeune inconnue n’y va pas par quatre chemins. C’est plus qu’appréciable. À sa question, Théoda acquiesce d’un petit mouvement de tête. Elle s’accroupit près de la jeune femme afin qu’elles soient à la même hauteur. Malgré son mauvais caractère habituel et sa façon naturelle de prendre un peu les gens de haut, elle déteste s’adresser à quelqu’un de cette manière dominante. Elle baisse ses yeux sur sa tasse, cherche comment formuler sa demande peu conventionnelle. La jeune femme qui lui fait désormais face la regarde, interrogative. Sans doute s’attend-elle à une énième femme qui veut un shooting ou qui a besoin d’un photographe pour un heureux évènement. Ce n’est pas le cas de la détective qui soudainement se sent un peu cruche. Elle prend son courage à deux mains. Après tout, ce n’est pas son genre de tourner autour du pot pendant des heures. « Effectivement, j’aurai éventuellement besoin de quelqu’un qui a plus de talents que moi dans ce domaine… » Elle relève ses yeux sombres vers son interlocutrice. « Mais ce n’est pas forcément pour ce à quoi vous pourriez vous attendre… » Un nouveau petit sourire se forme au coin de ses lèvres.

En équilibre, elle décide finalement de s’assoir en tailleur aux côtés de la jeune femme. La sensation de l’herbe sous son corps l’apaise plus que de raison alors qu’elle porte à nouveau son thé à ses lèvres. Le liquide est désormais presque froid. La brise légère d’un mois d’avril capricieux se lève et transporte malgré elle le chant lointain des oiseaux et le bruissement des feuilles nouvelles. Si la nature ne la calmait pas de cette manière, jamais au grand jamais elle n’aurait osé s’adresser à une parfaite inconnue. Et pourtant…

Elle détourne le regard et décide d’entrer dans le vif du sujet. Libre à la demoiselle d’accepter ou non. « Vous ne chercheriez pas un travail, par hasard ? » À la manière de la photographe de froncer les sourcils, Théoda comprend qu’il va falloir qu’elle soit plus explicite si elle veut obtenir une réponse claire. « Je.. Je suis détective privée. Et bien que la photographie soit un domaine sans doute passionnant je… Je n’ai clairement pas un talent inné. » Un petit rire gêné s’échappe. C’est la première fois depuis longtemps et, étonnement, ça lui fait presque du bien. « Je conçois que ce ne soit pas très artistique comme domaine mais… Vous seriez éventuellement d’accord de me donner une sorte de cours ? Que je comprenne un peu plus ces histoires de focales, d’ISO et d’ouverture ? » Pour l’instant, seule l’idée d’apprendre lui a traversé l’esprit. Elle est seule depuis trop longtemps pour imaginer travailler avec quelqu’un. Pourtant, une petite voix lui souffle que ça ne lui ferait pas de mal. Et le sourire bienveillant qui s’affiche sur le visage de son interlocutrice la rassure à nouveau.
 

 
camo©015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice
● Crédits : Moonlight (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Alicia Vikander

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Ven 28 Avr - 0:43


L’intérêt que me porte la jolie brune m’interpelle et attire toute mon attention. Sa question également. L’idée d’avoir du travail de cette façon me plait. Surtout que j’ai bien conscience que dans ce monde, cela ne tombe jamais tout cuit dans le bec. Alors me faire aborder avec cette idée ! Mon regard noisette suit la jeune femme qui s’accroupit devant moi, pour se mettre à ma hauteur alors que je tiens toujours mon appareil entre les mains, l’écran qui a fini par s’éteindre pour se mettre en veuille. La réponse à ma question qui tarde un peu, je baisse les yeux sur la tasse de l’inconnue lorsqu’elle-même le fait pour les remonter rapidement sur ses cheveux que je détaille. Ils m’ont l’air doux, j’en serais presque jalouse ! Sa voix qui parvient à mes oreilles et me fait soudain lever le regard sur elle, alors que mes pupilles captent les siennes. Je hoche un peu la tête au fur et à mesure qu’elle parle, lui laissant comprendre que j’écoute. Lorsque la phrase finale se pose je fronce un peu les sourcils penchant même la tête légèrement sur le côté. Elle pique ma curiosité, elle a besoin de moi, mais pas pour ce que je pourrais m’attendre ? En plus de cela elle a besoin de quelqu’un ayant plus de talent qu’elle dans ce domaine. J’avoue ne pas faire les connexions et ne pas savoir du tout ce qu’elle attend d’un photographe.

Je l’observe alors qu’elle s’assoit finalement en tailleur face à moi. Moi-même que prend une position plus confortable. Ainsi l’une à côté de l’autre, on pourrait croire à deux amies qui discutent tranquillement et pourtant elle n’est qu’une illustre inconnue. Lorsque je la vois lever sa tasse jusqu’à ses lèvres, je prends soudain conscience que je n’ai pas bu depuis des heures, enfin cela me semble comme des heures en tout cas. Et je n’ai rien pris à boire alors que j’emporte toujours au moins une bouteille d’eau avec moi. Je tourne le regard sur le sujet que je prenais en photo quelques secondes plus tôt. Mais plus rien. Je grimace légèrement avant de regarder la jeune femme lorsqu’elle me demande si je ne cherche pas du travail. Mon regard qui s’illumine d’un seul coup alors que ma supposition s’avère bonne. « Et bien le hasard fait terriblement bien les choses, car oui, je cherche du travail ! » Pourtant je fronce quand même les sourcils une fois encore, n’arrivant toujours pas à comprendre ce qu’elle attendait de moi précisément. Et lorsqu’elle m’avoue être détective privée, les connexions se font. Du moins quelques unes en tout cas. Elle se met alors à rire, j’en viens à penser que j’aime son rire.

Elle enchaîne pourtant sur le côté non artistique de ce qu’elle me propose, alors que dans le fond, je n’ai qu’une vague idée de ce qu’elle veut. « Ça consiste en quoi en fait ? » Je fronce une fois encore les sourcils, à force je vais finir par en avoir des rides… « Faut faire comme dans les films, prendre une photo les gens sur qui vous… enquêter ? » Les séries policières ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, peut-être un peu NCIS dans leurs premières saisons et Narcos plus récemment… « Ça m’dérange pas d’vous aider, faut déjà voir ce que vous avez comme matos et après à voir si vous faites que de jour ou de nuit. » Je réfléchis quelques secondes. « Et j’suppose que vous devez faire des photos d’nuit aussi ? » Je me frotte le menton de l’index, alors que de mon autre main je tiens toujours mon appareil par l’objectif. « Dans les deux cas t’façon, j’suppose qu’il faut qu’vous soyez discrète donc pas de flash, donc un objectif avec une bonne ouverture, mais jouer sur la vitesse d’obturation. » Je baissais soudain les yeux sur les mains de la belle brune, observant le temps que quelques secondes en silence.  « Il va falloir travailler sur la stabilité d’vos mains aussi, dans des conditions pareilles, faut trembler le moins possible sinon c’est floue a tous les coups et j’doute que le floue vous sers a quelque chose, j’me trompe ? » Mon regard se lève sur le sien alors qu’un nouveau sourire vient étirer mes lèvres découvrant légèrement mes dents blanches.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LIVE YOUR DREAMS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Sam 3 Juin - 12:52

Can I really say "nice to meet you" ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eileen
&
Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce sentiment indéchiffrable de se sentir continuellement de trop, pas à sa place, mal à l’aise en toutes circonstances, la perturbe alors qu’elle baisse le regard sur son gobelet de thé presque vide. À quoi joue-t-elle exactement ? Est-elle vraiment intimement convaincue que la jolie jeune artiste qu’elle vient d’aborder, comme de rien, va sauter sur sa proposition alors que, finalement... elle n’a pas grand-chose à y gagner ? Cette boule, qui se forme dans sa gorge alors qu’elle veut reprendre la parole, l’empêche de rouvrir la bouche. Elle la sent qui grossit comme un vilain furoncle. La bile lui remonte légèrement. C’est triste, tout de même, d’être si peu à l’aise avec les gens qu’on s’en rend carrément malade. Théoda le sait. Son plus grand problème, depuis la mort de son fiancé, s’est de s’être entièrement fermée au monde qui l’entoure.

Imperceptiblement, elle tente de se remémorer la sensation de bien-être qui l’envahit lorsqu’elle médite, histoire de faire descendre cette affreuse balle de golf nichée dans sa gorge. Pour donner le change, elle trafique son mug de thé avec ses doigts, le passe d’une main à l’autre… Son blocage se dissipe gentiment et elle profite de porter sa boisson à ses lèvres. Son regard sombre se relève vers la demoiselle qui lui fait face. Ses traits sont fins, son expression est douce et bienveillante, et lorsque Théo plonge ses pupilles dans les siennes, elle comprend qu’elle peut. Qu’elle peut parler, être elle-même, le temps d’une minute. Qu’elle peut sourire, rire même sans que cela ne soit trop étrange. Elle ne sait pas si c’est le fait que la brunette en face d’elle soit une parfaite inconnue, ou si c’est simplement qu’elle a enfin réussi à relâcher la pression qui lui comprimait l’abdomen, mais elle se sent en confiance. Alors elle explique, bien qu’un peu gênée de sa demande incongrue, à la jeune femme qui l’écoute, attentive comme jamais.

Lorsqu’elle termine son petit speech, l’inconnue affiche un petit sourire, demandant plus de détails. Il n’est évidemment pas forcément très clair de savoir ce que la détective souhaite vraiment. Pour dire vrai, elle-même ne le sait pas non plus. La mention des films déclenche un petit rire cristallin qui s’échappe d’entre ses lèvres. Leur échange est détendu, et finalement, la crispation de Théoda s’envole. « Oui, c’est un peu comme dans les films… » elle sourit. « Mais en mieux et en plus… excitant. » Elle insiste sur le dernier mot, un sourire plus malicieux au coin des lèvres. La photographe lui déclare qu’elle pourra l’aider, avant de partir ensuite dans des explications plus techniques. Théo essaie tant bien que mal de s’accrocher aux quelques mots du vocabulaire photo qu’elle connait mais elle se sent vite dépassée. Une petite grimace déforme son visage avant qu’elle ne passe sa main dans sa longue chevelure sombre. « J’ai clairement besoin d’aide, décidément. » Elle fait une petite moue et lâche, plus pour elle-même que pour son interlocutrice : « c’est dur à admettre. »

Un petit silence s’installe. Quelques fractions de seconde de répit durant lesquelles le regard de la jeune femme en face se pose sur les mains fines et tremblantes de Théoda. Évidemment, la détective le remarque. Évidemment aussi, la jeune femme qui lui fait face peut difficilement faire abstraction des tremblotements incontrôlés. Sa remarque, à priori sans méchanceté aucune, la met à nouveau mal à l’aise. Si l’inconnue ne semble pas se poser des questions sur la source de ces tremblements non-contrôlés, Théoda, elle le sait. Et s’il y a bien une chose dont elle est certaine, c’est que cela ne regarde aucunement la jolie jeunette qui lui fait face. Elle décide donc de lâcher un petit rictus nerveux avant de répliquer : « Effectivement, il faudra travailler là-dessus aussi. » Elle relève ses prunelles vers la demoiselle et, avec une petite mimique, elle ajoute : « Vous risquez d’avoir du fil à retordre. »


camo©015


Spoiler:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administratrice
● Crédits : Moonlight (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Alicia Vikander

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?   Lun 5 Juin - 2:03


Je regarde la brune qui me fait face alors qu’elle m’explique brièvement, sans trop de détails, pas assez justement pour me faire une idée précise de ce qu’elle attend exactement. J’essaie de me faire une idée mentale de la chose, ne pouvant me rapporter qu’aux quelques films que j’ai pu voir sur le sujet, ou l’abordant. Mais n’était pas une grande cinéaste, cela reste vague ! Lorsqu’elle se met à rire, l’expression de son visage est tellement belle que j’ai ce besoin viscérale dans le creux de mon cœur de vouloir la prendre en photo pour immortaliser son expression. Mais je ne le fais pas et s’est vraiment dur ! Car elle ferait une superbe photo. Lorsqu’elle avoue que c’est mieux et plus excitant que dans les films, je me penche un peu en arrière tout en ayant un soupire de délivrance en levant les yeux au ciel. « Dieu merci ! Quelque chose d’un peu exaltant dans cette ville. » Oui cette ville me parait bien pâle à côte de la Louisiane. Où chaque soir est une fête. Il n’y a pas un soir ou de la musique ne s’échappe pas des bars pleins a craqué de gens qui chantent, dansent et partage une bière tout simplement. Tout le contraire d’ici ou a vingt-deux heures tout est fermé… Oui, je suis nostalgique de la Louisiane !

Je commence alors à réfléchir comment pouvoir aider la jeune femme. Essayant déjà d’imaginer les planques de nuits ou de jours, le mieux serait d’avoir un seul et même appareil, mais ce type d’appareil coute cher. Donc en fonction des moyens de la brune, peut-être que je pourrais lui prêter le mien en attendant, à voir ce qu’elle avait déjà, mais comme elle n’a pas l’air de si connaitre, j’ai un peu peur qu’un vendeur lui ai vendu un truc totalement inutile… Je ne serais pas étonnée qu’elle ai même l’objectif de base vendu avec le boitier. Erreur de débutant, surtout lorsqu’il faut quelque chose de spécifique, du moins quand l’utilisation est spécifique. La jolie brune me sort de mes pensées et me stoppe de parler en avouant qu’elle a décidément besoin d’aide. Les mots qu’elle murmure à la suite qui me font sourire, pas pour me moquer, juste que je connais ce sentiment. « Il n’y a rien de honteux à demander de l’aide. » Elle lève le regarde sur moi et le mien ce fait doux sur elle, pour la rassurer, presque d’une amie qui cherche à réconforter l’autre même si je ne connais rien d’elle et que nous ne sommes pas amie ! Surement un réflexe plus ou moins naturel chez moi… ou de grande sœur !

J’observe la jeune femme qui tremble et je lui en fais la remarque. Car clairement le jour cela ne posera pas encore trop de problèmes - encore que … - mais la nuit, sans flash il va falloir avec une poigne ferme et sans le moindre tremblement sinon ses filatures ne vont servir a rien. Je rigole lorsqu’elle avoue que je vais avoir du fil à retordre. « Je peux être un vrai tyran lorsque j’attends des résultats alors croyez-moi ! » Je me demande si je devais vraiment aller au bout de ma pensée, histoire de ne pas lui faire peur tout de suite, mais ma franchise est déjà au bord de mes lèvres. « Vous allez en avoir tellement marre de moi, que vous allez vite apprendre. » J’éclate de rire à nouveau pour alléger un peu ma confession. J’espère ne pas être aussi dure que je le lui annonce. Le calme revient et alors que je la regarde toujours, je tends ma main vers elle. « Je m’appelle Eileen, Eileen Weiss. » Après tout, si nous sommes amené à travailler ensemble, autant nous présenter !

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LIVE YOUR DREAMS
Revenir en haut Aller en bas
 
Eileen ≈ Can I really say "nice to meet you" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove-