AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
● Crédits : avatar : sparkle + signa : bat'phanie
● Face claim : anushka sharma

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Lun 3 Avr - 2:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et voilà, un autre cactus. On pourrait penser que l’Indienne en avait assez chez elle, mais c’était devenu sa nouvelle lubie, les cactus. Elle ne trouvait pas ces plantes très belles et ne voyait pas vraiment l’utilité d’en avoir chez elle, mais parfois l’ennuie et la bêtise poussaient à faire tant de choses qu’on ne saurait expliquer. En l’occurrence ici c’est d’acheter des cactus dans le but de les cultiver. La journée n’étant pas aussi moche que la dernière fois qu’elle avait pointé le nez dehors – à savoir jadis – la brunette décida de profiter de cette éclaircie pour prendre un peu le soleil. La vérité était que Naina était partagée, autant elle avait envie de sortir prendre l’air parce qu’elle était fatiguée de voir tout le temps les mêmes choses chez elle, mais à cause de son bracelet elle ne pouvait pas non plus explorer autant qu’elle l’aurait souhaité. Depuis son arrivée en ville, elle avait senti qu’elle allait devenir grande copine avec l’ennuie et par conséquent, qu’elle allait devoir se débrouiller pour se distraire sans faire de vague. Très vite elle avait fait le tour de la ville dans le périmètre qui lui avait été accordé, la connaissant on pouvait penser qu’elle aurait trouvé le moyen de se sortir de cette situation. Eh bien… Non. La brunette avait bien tenté des choses mais ça s’était souvent soldé par des échecs, récemment elle avait décidé de transgresser son périmètre accordé pour voir ce que ça faisait. Son bracelet s’était mis à sonner et ça même si elle revenait sur ses pas, la forçant à attendre qu’une patrouille de police ne la prenne en charge. Comment s’afficher encore un peu plus. C’était  aussi ça qui la dérangeait. Autant elle se fichait bien de ce que pouvait penser les autres d’elle, mais dernièrement elle devait avouer que le regard des gens sur elle commençait à la gêner. Elle ne voulait pas être au centre de l’attention, pas dans cette ville où les ragots et les commérages étaient l’attraction numéro une.

Quoi qu’il en soit, elle faisait avec et continuait de vivre sa vie comme si l’avis des gens lui importaient peu. Le soleil était de retour et elle refusait de se laisser aller, surtout avec son beau cactus qu’elle venait d’acheter et qu’elle promenait fièrement dans les rues de la ville, au même titre que son bracelet qu’elle avait à la cheville. Elle s’arrêta devant un miroir qu’un magasin avait sorti – sûrement pour le vendre – et elle posa son cactus un instant sur une chaise qui traînait à côté d’elle. Rapidement elle passa une main dans ses cheveux pour se refaire une beauté et replaça ses lunettes solaires sur son nez avant de se regarder de haut en bas. « JEAN-CLAUDE VAN DAMN I LOOK GOOD ! » Elle fit un tour sur elle-même en ignorant la mamie qui passait au même moment et qui la dévisageait, elle avait sûrement entendue son commentaire. Mais elle s’en fichait, elle se trouvait belle aujourd’hui et il était important pour elle de le souligner. Enfin, pas qu’elle se trouvait moche habituellement mais ça faisait toujours plaisir que quelqu’un vous trouve belle. Même si ce quelqu’un n’est autre que vous-même. La logique est sûrement trop compliquée pour les gens, mais c’était la façon de penser de Naina. Elle poussa un soupir devant son reflet et s’approcha de plus près de façon à ce qu’elle ne puisse voir qu’elle, puis se recula de nouveau. Elle reprit son cactus entre les mains et en grande drama queen qu’elle pouvait être parfois et surtout, en grande connaisseuse de ses classiques, sortie une réplique d’un film Bollywood en hindi. Elle sentait le regard des gens sur elle, mais elle se parlait à elle-même alors elle se fichait bien des gens autour. « Good looks, good looks and… good looks. » Dit-elle finalement sur le meme ton que l’aurait l’actrice. Les vrais le savent.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cause in a sky full of stars
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you. ▬ If I lose myself I lose it all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Lun 3 Avr - 8:41

Put your hands in the air and wave them like you just don't care
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Naïna
 &
 Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Réveillée aux aurores par le chant des oiseaux, Théoda s’était étonnement levée de bonne humeur. Ne vous méprenez pas pour autant, elle n’en est pas forcément plus agréable que d’habitude… Après un jogging dans la forêt, une douche glacée et un thé, elle quitte son chez-elle en direction de son bureau, situé au centre de la petite ville. Il est sept heures lorsqu’elle arrive sur place. Les rues se remplissent gentiment, grouillantes de gens stressés courant avec leur café, leur lunch bag et j’en passe. Théoda observe la foule qui s’active en contre-bas depuis la fenêtre de son bureau, d’un air semi-amusé, semi-agacé. Elle aimait ça, autrefois. Elle aimait les gens, leurs habitudes, leurs rituels personnels. Désormais, elle méprise tout ça. Elle a appris à prendre du recul, à rester distante, et bien que son existence soit solitaire et parfois ennuyeuse, elle n’imagine plus vivre autrement.

Son regard sombre se détourne de la rue. Elle a du travail et il faut qu’elle se concentre. Les affaires ne marchent pas hyper bien, mais elles marchent. Et pour continuer sur cette lancée, il faut évidemment qu’elle satisfasse ses clients. La pile de courrier s’est accumulée en deux jours et elle décide de commencer par-là. Entre les factures du local commercial qu’elle loue, les relevés de son compte bancaire professionnel et des cartes de remerciements ou d’insulte, elle a de quoi faire. Elle parcourt une carte postale d’une ancienne cliente d’un air amusé. La femme l’a engagée il y a quelques mois pour prouver l’infidélité de son mari : typique. Depuis, elle a divorcé, dépouillé son ex-mari infidèle au tribunal et se dore au soleil à Bali. Elle envoie régulièrement des cartes à Théoda pour la remercier. Et chaque carte contient pratiquement le même texte, à un mois d’intervalle à chaque fois. On dirait presque un envoi automatique. Son agenda n’est pas très rempli, mais elle voit cependant un rendez-vous avec un nouveau client d’ici quelques minutes.

Un homme toque à la porte quelques minutes plus tard. Son visage est fin mais structuré. Son regard clair est dur et brille d’une lueur malsaine de désir de vengeance et d’appât du gain. Après s’être présentés tous deux, Théoda l’invite à s’assoir et lui propose un éventuel rafraichissement. « Bien, Monsieur James. Que puis-je faire pour vous exactement ? » Petit sourire charmant (bien que forcé) qui s’affiche sur son visage alors que ses yeux sombres parcourent le minois de son interlocuteur. Un peu tendu, tout d’un coup, l’homme se tortille sur sa chaise et baisse le regard. Cette attitude typique du mec qui réalise que c’est plus dur que prévu. Après quelques secondes de silence, il prend son courage à deux mains et lui explique la situation. Il veut épier une femme avec qui il travaille et compte sur Théoda pour la prendre en filature et lui rapporter tout ce qu’elle fait. De type indienne, taille moyenne, un joli visage, des cheveux bruns longs et soyeux et des yeux en amande d’une couleur ambrée. Plus elle l’écoute, plus la jeune femme sent que c’est malsain au possible, son affaire. Serait-il secrètement amoureux d’elle ? Les gens sont parfois prêts aux pires sottises, lorsqu’ils manquent de courage. Elle arque un sourcil et prend la parole lorsque son client se tait, un peu honteux. « Donc… Si je comprends bien : vous voulez que je suive une femme indienne dont vous souhaitez taire le nom, afin de vous faire une sorte de résumé de comment elle occupe ses journées ? » Son regard sombre est dur mais son visage traduit une sorte d’incompréhension. C’est un peu loufoque, quand même. Surtout que l'homme lui a déjà indiqué quelques lieux et heures précises du programme quotidien de la jeune femme. Elle tente de comprendre les raisons de l’homme, de le raisonner, mais après trente minutes, elle abandonne : Il veut de ses services pour ça et il compte la payer gracieusement. Seule condition, il ne lui dira en aucun cas le nom de sa cible. Ce qui n’arrange pas Théoda m’enfin… ça arrive encore régulièrement et vu la brève description physique et bien… Elle a une chance sur quinze de tombé sur la bonne personne. Mais son sens de l’observation ne devrait pas la trahir. Son travail consistera à la suivre deux-trois jours pour faire un bilan convainquant et surtout pour être joliment payée. Signature du contrat type, poignée de main ferme et le client se retire.

Très étrange, tout de même. Théoda a rarement de la peine à comprendre les demandes de ses clients mais là, il faut avouer qu’elle ne capte pas. Pourquoi ne la suit-il pas lui-même, ce drôle de type ? M’enfin… Elle hausse les épaules. Le travail, c’est le travail, après tout. Après avoir remis en ordre son bureau, elle se lève, attrape son manteau et sort. Plus vite elle retrouvera la demoiselle en question, plus vite elle sera payée. Décidant qu’elle serait plus à l’aise à pied, dans un premier temps, elle traverse la grande rue et se promène. Son client lui a dit qu’elle trainait souvent là le matin. C’est donc le meilleur endroit pour commencer, sans doute. De loin, elle apperçoit soudain une jeune femme typée, habillée d’une sorte de sari aux couleurs sobres. Sa longue chevelure brune tombe en cascade dans son dos alors qu’elle s’observe dans un grand miroir et fait sursauté une petite dame âgée. Un sourire spontané se dessine sur les lèvres de Théoda alors qu’elle entend l’indienne cité des paroles de films.  « Ça doit être elle… » murmure-t-elle pour elle-même en arquant un sourcil, un peu surprise tout de même. Elle a l’impression que quelque chose cloche, cependant…

 
camo©015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar : sparkle + signa : bat'phanie
● Face claim : anushka sharma

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Mer 12 Avr - 1:34


Honnêtement, vu tout le talent qu’elle avait, Naina ne comprenait même pas qu’on ne l’ait pas encore remarqué. Enfin, si elle n’avait pas été découverte à Los Angeles ou à San Francisco, ce n’était pas à Lakeview qu’on allait reconnaître son talent. Les gens ne voyaient en elle que l’élément perturbateur du quartier, tant mieux parce que c’était exactement ce qu’elle était. Cette ville manquait cruellement d’ambiance et le peu qu’il y pouvait y avoir était beaucoup trop dramatique pour elle. Le dernier en cours était l’incendie qui avait ravagé le salon de thé et bien évidemment, son nom apparaissait parmi les suspects. De son point de vue à elle, elle était flattée qu’on puisse penser qu’elle était l’auteur de cet incendie. Pas qu’elle en soit réellement fière, mais au moins ça donnait un vrai de sujet de conversation aux gens qui se chargeaient déjà de dire du mal d’elle. Elle avait croisé des regards et entendu des conversations sur son chemin depuis la soirée, comme à son habitude elle gardait le sourire et en jouait. Sa stratégie : ne pas confirmer mais ne pas démentir non plus, elle laissait planer le doute pendant que la police effectuait leur travail. Elle n’envenimait pas les choses mais elle ne les arrangeait pas non plus. Quelques jours après l’incendie elle avait reçu un appel de son père pour lui demander si elle était à l’origine de la destruction du salon de thé, exaspérée elle avait raccroché en le laissant penser ce qu’il voulait. De toute façon au stade où en était leur relation, qu’il pense ça d’elle n’allait pas changer la donne.

Devant son miroir alors qu’elle tournait sur elle-même – parce qu’en plus de faire chier les gens, tourner sur elle-même c’est son passe-temps – l’Indienne voyait bien les gens la dévisager mais elle répondait par un simple sourire qui en disait long. Du coin de l’œil, elle aperçu une jeune femme qui s’était elle aussi, mise à la contempler. Elle était populaire aujourd’hui. Elle se calma quelques instants pour l’observer discrètement, voyant bien qu’elle ne détournait pas le regard d’elle. Elle savait qu’elle était belle mais il ne fallait pas la regarder comme ça, elle ça en devenait presque gênant. Les gens pouvaient peut-être penser qu’elle était folle et qu’il lui manquait un ou deux neurones, mais au moins elle n’était pas sans gêne au point de fixer les gens de la sorte. Elle poussa un soupir avant de faire un signe de la main à la jeune femme en la regardant dans le miroir devant lequel elle se tenait. Miracle même, Naina lui offrit un sourire en continuait de bouger la main jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’elle s’adressait à elle. « Je vous vois madame. » Hurla-t-elle en pleine rue en faisant de plus grands signes à la jeune inconnue. « Oui c’est à vous que je parle, madame. Non pas vous, j’ai dit madame pas monsieur. Et poussez-vous, je ne peux plus voir avec votre grosse tête. » Lâcha-t-elle à un passant qui semblait penser qu’elle s’adressait à lui alors que pas du tout. Levant les yeux au ciel en croisant le regard perdu du monsieur qui s’était arrêté, elle poussa un soupire avant de récupérer son cactus et de s’avancer vers la jeune inconnue qui l’observait au loin. « Bonjour. » Dit-elle une fois arrivée à sa hauteur, son cactus sous le bras et son sourire bienveillant collé aux lèvres. « A vous voir m’observer depuis tout à l’heure, ça me laisse penser que vous êtes une grande fan de moi. Vous voulez un autographe peut-être ? Ou vous avez une bonne raison de me fixer de la sorte ? » Si ça se trouve, la personne qui se tient devant elle est une dangereuse criminelle qui était sur le point de la tuer. Entre nous, tant mieux comme ça elle mettrait fin à son ennuie et elle pourrait enfin se réincarner en autre chose que tocard dans cette ville de bouseux. A moins que… « Attendez, laissez moi deviner. » Elle poussa un soupire avant de réajuster son cactus et leva les yeux au ciel en comprenant ce qui était en train de se passer. « On vous a engagé pour me suivre, c’est ça ? Un homme, l’air sévère et brun, je me trompe ? »  Elle posait la question mais savait déjà que c’était son crétin de père qui était derrière tout ça.  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cause in a sky full of stars
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you. ▬ If I lose myself I lose it all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Dim 16 Avr - 10:23

Put your hands in the air and wave them like you just don't care
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Naïna
&
Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tout se passait bien dans le meilleur des mondes possible. L’indienne que Théoda avait comme cible était concentrée à se contempler, ce qui lui permit de sortir furtivement son téléphone portable. Un cliché, deux clichés et… Dans l’objectif de son smartphone, soudain, elle perçoit le regard de la jeune femme rivé sur elle. Et merde… Décidément, cette journée est pourrie au possible. Il est rare à jamais, que la détective se fasse prendre en flagrant délit alors qu’elle exerce. La discrétion a toujours fait partie de ses maîtres mots et surtout, de ses talents innés. À en voir le regard insistant de l’indienne, il faut peut-être que Théoda revoit ses compétences à la baisse. Chier. Elle fait mine de trafiquer sur son smartphone, style j’écris un SMS et je m’énerve toute seule, histoire que ça passe un peu plus inaperçu. À aucun moment sa position ne laisse supposer qu’elle a pris des photos, c’est déjà ça.

La voix de la jeune femme - qui tournait sur elle-même quelques instants plus tôt - s’élève dans la rue. Théoda ne relève pas le nez de son téléphone, même si elle suppose rapidement que la brunette s’adresse à elle. Lorsqu’un vieux monsieur râle et se plaint de la brusquerie de l’indie, elle ne peut décemment plus douter. Les pas pressés mais élégants de la jeune femme résonne et s’approche. Plus tellement le choix, va falloir lui faire face et inventer une connerie sans nom. Son regard ébène se relève et se fixe sur le petit bout de femme qui lui fait face. Elle a l’air déterminée et un poil agacée, ce qui est fort compréhensible. Un autographe ? Là, par contre, c’est l’hôpital qui se fout de la charité et Miss Featherstone ne peut retenir un petit rire qui s’échappe d’entre ses lèvres. Elle secoue légèrement la tête, prête à sortir une méchanceté du genre : « En même temps, dur de pas avoir son attention fixée sur vous avec le cirque que vous faites depuis une demi-heure devant ce miroir, avec votre cactus plus grand que vous. », mais l’indienne la devance et met directement en avant l’idée que quelqu’un l’a engagée pour la suivre. Là, elle rit de plus belle. Faute est d’admettre qu’elle est maligne. Ou un poil paranoïaque, peut-être, aussi… La description qu’elle fait du potentiel traqueur qui a engagé Théoda ne correspond pas du tout. Ouf. Elle va pouvoir démentir aisément.

« Je vous demande pardon ? » Elle arque un sourcil et dévisage la femme qui lui fait face. « Vous semblez un tantinet paranoïaque, si j’ose… » Un petit sourire sadique sur le visage, elle rajoute : « Ou alors, c’est la modestie qui vous étouffe, je ne sais pas… » Haussement d’épaules accompagné d'un petit sourire narquois. Elle détourne le regard et observe les différents passants curieux qui se sont arrêtés pour les observer de loin. « Bien que la situation actuellement le démente… Le monde ne tourne pas autour de vous ! » Elle enfile ses mains dans les poches du sweat rouge qui ornent ses épaules fines et musclées et soutient le regard de l’indienne qui semble bien décidée à ne pas la lâcher. Un petit soupire s’échappe d’entre ses lèvres. « Sérieusement… Pourquoi quelqu’un m’engagerait à vous suivre ? Vous vous donnez suffisamment en spectacle toute seule. Généralement, ce sont les gens trop discrets qui sont suivis, non ? »

camo©015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar : sparkle + signa : bat'phanie
● Face claim : anushka sharma

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Mer 19 Avr - 15:17


Plus elle s’avançait et plus Naina pouvait voir qu’elle fuyait son regard. Elle était sérieuse de sortir son téléphone et de faire semblant de pianoter dessus ? L’Indienne savait bien qu’elle ne parlait à personne et il ne fallait pas être un géni pour le deviner. Elle se sentait tout simplement prise au piège et essayait de se donner un air innocent et désinvolte, malheureusement pour elle, ça ne fonctionnait pas avec la jeune femme. Elle était une experte de ruse en tout genre, dont celle là. Elle avait limite inventé cette technique. Celle-là et celle de faire semblant de dormir lorsqu’on lui parlait. Oui, partout et tout le temps. Un inconnu nous parle dans la rue et il se trouve qu’il est un peu trop lourd ? Pas de panique, faites semblant de tomber de sommeil et ça marche. Testé et approuvé par les plus grands. Enfin, par Naina quoi. Et si vous trouvez cette méthode un peu trop idiote, comprenez bien que rien n’arrêtera un lourd de vous aborder, ni faire semblant de parler une autre langue et de ne pas comprendre ce qu’il vous raconte, ni même la franchise. Avec la méthode Patel vous passerez peut-être pour un narcoleptique mais ça en vaut la peine. C’est bien comme ça qu’on dit, non ? Narcoleptique ? Enfin bref, l’heure n’était pas à chercher du vocabulaire compliqué.

Bruyante comme à son habitude, elle interpella l’inconnue qui leva finalement la tête dans sa direction. Elle lui avait dit bonjour et ce que Naina nota, c’était qu’elle ne lui avait pas rendue la politesse. Décidément les gens. Elle poussa un soupir en se disant que le monde allait vraiment mal. La brunette voyait bien l’air suffisant que prenait la jeune femme en lui parlant, et bien que ça ne lui plaise pas elle devait garder son calme pour ne pas l’insulter en pleine rue. Après tout elle s’était assez fait remarquer pour le moment, non ? Cela dit, elle était en train de la provoquer. Elle n’était pas encore assez folle pour inventer que quelqu’un l’espionnait. Son cactus toujours sous le bras, elle le replaça pour éviter qu’il ne tombe et demanda à la jeune femme de lui confirmer si c’était bien la personne à qui elle pensait qui l’avait engagé. La réponse qu’elle obtint ne fut pas très concluante étant donné qu’elle n’était pas plus avancée sur la question. Elle ne confirmait pas mais n’infirmait pas non plus le fait qu’il puisse s’agisse de son père. Evidemment, secret professionnel donc elle ne pouvait rien dire. Dans la tête de Naina, il ne pouvait s’agir que de lui, mais puisqu’elle ne voulait pas le lui dire directement alors elle aviserait. « Le monde non, mais vous il semblerait que si vu comment vous me regardez depuis tout à l’heure. Mais puisque vous prétendez  le contraire… » Elle haussa les épaules d’un air désinvolte en toisant la jeune femme de haut en bas, écoutant ce qu’elle avait à dire. Elle poussa un soupire cette fois-ci plus bruyant en n’essayant même pas de cacher son agacement. « Eh bien voyons… » Elle prit un air faussement pensif et tandis la jambe comme une ballerine pour bien laisser voir son bracelet à la cheville qui ne passait pas inaperçu et qu’elle n’essayait de toute façon pas de cacher. Elle regardait le ciel en faisant mine de réfléchir et faisait bouger sa jambe dans tous les sens, pour s’assurer qu’elle voyait bien ce qu’elle insinuait. « Vous avez raison, on n’a aucune raison de me suivre. » Elle ramena sa jambe, toujours avec un sourire aux lèvres et tourna les talons pour reprendre sa route. Elle ne fit même pas deux pas qu’elle se retourna pour reprendre la parole. « Sinon j’ai déjà dit tout ce que je savais à la police, s’ils veulent m’arrêter ou me faire suivre qu’ils prennent au moins la peine de fournir de vraies raisons. Transmettez mes amitiés à celui qui vous a engagé, il doit bien me connaître depuis le temps. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cause in a sky full of stars
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you. ▬ If I lose myself I lose it all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Oxalys / endlesslove / tumblr.
● Face claim : Katrina Law

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Mer 26 Avr - 13:54

Put your hands in the air and wave them like you just don't care
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Naïna
&
Théoda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L’indienne est de plus en plus hautaine, ce qui irrite d’avantage Théoda. Non seulement elle s’est fait prendre comme une débutante, mais en plus, elle se fait traiter comme une espèce de débile par une fille qui, quelques instants auparavant, se pavanait devant un miroir en tournoyant sur elle-même. Les rôles sont inversés, et le joli sourire de la femme qu’elle a suivi l’agace plus qu’autre chose. La brunette prend sur elle pour ne pas devenir méchante. Après tout, c’est une « cible » et elle est engagée pour la suivre donc bon… Autant ne pas se faire haïr par la victime de son client tout de suite. Surtout qu’elle a fin nez, et ça, c’est plutôt rare venant d’une personne suivie. D’habitude, personne ne remarque jamais rien. D’accord, Théoda n’a pas été des plus discrètes, en l’occurrence, mais tout de même… ça montre un certain talent de la part de l’inconnue et ça pousse presque au respect. Ou a une preuve de paranoïa très poussée, m’enfin… N’en rajoutons pas. L’indienne joue la désinvolture mais les commentaires de Théoda l’ont agacée et elle a de la peine à le masquer. Ou elle n’en a tout simplement pas l’intention. La détective l’écoute. Elle reste silencieuse et l’observe, un petit sourire amusé dessiné au coin des lèvres. Cette scène a un petit je-ne-sais-quoi de comique. Et le petit air pincé de l’indienne est presque charmant, en fin de compte. De ce qu’elle clame, Théoda lui tournerait autour ? Elle la toise de haut en bas. Ça aurait pu, en d’autre circonstances, bien que la demoiselle ne soit pas tout à fait son genre de femme habituel.

Lorsque l’indienne se met à faire des extensions de jambes – telle une ballerine faussement douée, en l’occurrence – Théoda la regarde en arquant un sourcil. Le bracelet noir et épais qui clignote à la cheville de l’indienne prouve à la brunette qu’elle s’est officiellement plantée comme une bleue. Sérieusement ? Comment a-t-elle pu louper ça ? Et quel client serait assez STUPIDE pour demander à quelqu’un de suivre une personne surveillée H24 par la police ? Elle pousse un petit soupir de dépit. Cette journée craint au possible, en fait… Elle passe sa main dans sa chevelure brune. Elle a horreur de se tromper. Mais là, c’est pas se tromper... C’est carrément confondre un zèbre avec un cheval. Ça n’a aucun sens.

Elle hésite à parler. À s’excuser bien que ça lui écorcherait la bouche. À sortir une dernière excuse bidon. Ou à laisser simplement l’indienne partir sans rien dire pour ne pas se ridiculiser d’avantage. Finalement, elle opte pour une option encore plus alternative. « Je… ça m’a surtout l’air d’être un gros malentendu. » Elle grimace. Elle déteste admettre qu’elle s’est trompée, m’enfin. « N’allez pas croire que je vous tourne vraiment autour, hein mais… Je peux vous offrir un verre pour me faire pardonner de cette grossière erreur ? » Un sourire aguicheur étire ses lèvres alors qu’elle prononce le début de sa phrase. Puis une nouvelle grimace, mélangée à une mimique gênée, ponctue sa proposition. Elle se sent absolument conne, mais bon. Mieux vaut ne pas se faire détester par toute la ville, ça ne rapporterait rien de bon à  son business.

camo©015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, I'm in pieces.
It's tearing me up but I know a heart that's broke is a heart that's been loved. I hope that I see the world as you did 'cause I know a life with love is a life that's been lived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : avatar : sparkle + signa : bat'phanie
● Face claim : anushka sharma

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda    Dim 14 Mai - 3:14


L’Indienne se serait bien penchée en avant pour lui faire la révérence avant de se retirer, mais elle avait la flemme. Oui, même à Naina ça arrivait d’avoir la flemme de faire des effets spéciaux pour s’en aller, qui l’eut cru. Quoi qu’il en soit, elle ne savait pas vraiment ce que personne lui voulait ni même pourquoi elle la suivait, mais elle avait réussit à inverser le mood de la jeune femme qui n’était déjà pas au beau fixe. Pourquoi les gens n’arrêtaient pas de la provoquer ? Même quand elle essaie de faire de bonnes actions pour ne pas avoir des problèmes avec son karma, les gens continuaient. Lorsque l’inconnue admit avoir commit  une erreur, Naina ne sut pas quoi répondre. « Hum. » Se contenta-t-elle de répondre, réfléchissant à ce qu’elle pourrait demander en compensation. Elle ne savait pas comment ni pourquoi mais elle estimait que cette personne lui devait une compensation. Déjà parce qu’elle s’était trompée de personne et ensuite parce qu’elle avait forcé la jeune femme à discuter avec des humains aujourd’hui. Oui, l’humaine en question c’était elle. Mais c’était déjà beaucoup et ce n’était pas prévu à son programme du jour déjà bien chargé à ne rien faire. Cependant, elle voyait bien à l’expression de la jeune femme qu’elle n’aimait pas tellement reconnaitre qu’elle s’était trompée et c’était jouissif de la voir comme ça.

Finalement, elle regrettait presque qu’elle ne lui tourne pas autour. Sans quoi, cela aurait voulu dire que Naina avait raison et qu’elle aurait pu tranquillement reprendre son chemin. Elle poussa un petit soupir et jeta un coup d’œil à son  cactus qui était toujours sous son bras et qui ne semblait pas avoir bougé, et afficha un sourire. « Très bien. J’accepte votre offre de verre. » Elle afficha un petit sourire qui se voulait sympathique. Bien sûr, la brunette aurait pu seulement accepter ses excuses et rentrer chez elle, mais elle-même ne savait pas ce qu’elle voulait. Elle ne voulait pas de contact humain, ni même parler aux gens mais d’un autre côté, parler à quelqu’un d’autre que ses cactus lui faisait bien. Même si cette personne à qui elle parlait agissait comme une psychopathe à lui tourner autour il n’y avait même pas cinq minutes. Elle ouvrit la marche en direction d’une terrasse de café et prit place à une des chaises en tirant une chaise de la table d’à côté pour sa plante. Il était hors de question qu’elle prenne le risque de la laisser par terre et qu’on la lui pique, elle avait déjà assez à faire avec ses cactus qui mourraient à une vitesse des plus étranges. « Au fait, moi c’est Naina. On a dépassé le stade de ne pas apprendre les prénoms de chacune. » Dit-elle alors qu’elle tirait la chaise de son cactus de nouveau vers elle. Elle prit la petite carte qui se trouvait devant elle pour choisir sa boisson, mais très vite elle fut déconcentrée par la personne en face d’elle. Oui, la même qui lui tournait autour tout à l’heure. « Alors comme ça vous êtes payée pour suivre des gens ? » Elle joua avec la petite carte entre les mains d’un air désinvolte, puis se rapprocha d’elle pour qu’elle soit la seule à entendre ce qu’elle allait dire. « Vous cherchiez qui ? Une criminelle ? Une personne dangereuse ? Vous avez déjà été confrontées à des fous ? » S’enquit l’Indienne qui avait du mal à cacher son excitation. Finalement, elle allait se retrouver seule à cette terrasse de café parce qu’elle aurait fait fuir la jeune femme, mais il fallait la comprendre. Elle ne sortait pas beaucoup à Lakeview et par conséquent, ne voyait pas beaucoup de monde.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cause in a sky full of stars
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you. ▬ If I lose myself I lose it all.
Revenir en haut Aller en bas
 
Put your hands in the air and wave them like you just don't care || ft. Theoda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove-