AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The greatest day I've ever known - Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
● Crédits : Bazzart
● Face claim : Dominic Sherwood

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: The greatest day I've ever known - Charlie   Ven 26 Mai - 12:32


 
Le soleil se couchait sur la plage de son enfance. Les vagues s’échouaient les unes après les autres sur le sable, régulièrement. En ce début juillet, il faisait encore chaud malgré l’heure tardive, et il sentait le sable chauffé par le soleil réchauffer ses pieds nus. Au loin, il pouvait entendre les cris des mouettes. La soirée était paisible, et c’est l’esprit tranquille et reposé qu’il regardait l’océan face à lui.

En sept ans, Sasha avait vécu énormément de choses. Tout n’avait pas été idyllique, mais ce dont il se rappelait le plus, c’était la joie, le bonheur que la vie lui avait apporté. En voyant sa famille s’épanouir sur cette plage, il ne pouvait que sourire. Il avait appris à s’ouvrir, à sourire, à aimer… Il s’était redécouvert, bien que sa vraie personnalité n’était pas partie si loin que ça, finalement. A presque trente deux ans, il était heureux.

Ce voyage en Grèce n’avait pas le goût amer de ceux qui avait précédés sa rencontre avec l’homme qui partageait sa vie. Il avait un goût sucré, doux… Le goût du bonheur.
Bien sûr, c’était parfois encore difficile. Une vie de famille ne pouvait pas être sans quelques embuches, mais le jeu en valait la chandelle.  

En voyant la bague en argent qui ornait son annulaire gauche, il ne pouvait que sourire au souvenir de cette journée magnifique, ainsi qu’à tous les moments qui avaient suivi, et qui l’avait précédé.

A quelques mètres, il pouvait voir Charlie, l’homme de sa vie. Il n’avait plus peur de le définir de cette façon. Ils avaient mis du temps avant de trouver leur bonheur, mais quand il le voyait sur cette plage, Sasha ne regrettait aucune seconde de leur histoire.

Se glissant doucement dans son dos, il passa ses bras autour de sa taille. Ils faisaient presque la même taille, et Sasha pouvait poser son menton sur son épaule. Il resta un moment comme ça, sans bouger. Si les contacts ne leur posaient plus aucun problème, il se rappelait souvent à quel point ça avait été difficile d’en arriver là. Alors il profitait de la chaleur de son amour dès qu’il en avait l’occasion.

Ils n’étaient pas ici par hasard. Sept ans de vie de couple, ce n’était pas rien. Posant un léger baiser dans sa nuque, Sasha lui souffla quelques mots à l’oreille, comme un secret qui ne devrait surtout pas s’envoler. « Sept ans déjà. »   Il était tellement fier de tout ce qu’était Charlie. L’avoir à ses côtés était la condition sine qua non à son bonheur. Il l’aimait si fort que parfois, il se demandait si vivre sans cela était possible.

Devant eux, un adolescent et petite fille de deux ans s’amusaient dans le sable. Pendant que le premier tentait de construire un château, la seconde riait aux éclats en le détruisant.

Adélie avait deux ans. Elle avait été abandonnée dans une ruelle alors qu’elle n’avait pas deux mois. Sasha l’avait trouvée alors qu’il rentrait chez eux, un soir après une journée de travail chargée. Quand il l’avait ramenée à la maison, il savait qu’il serait très difficile de la laisser dans un orphelinat. Ils n’avaient jamais réussi à le faire, et avaient tout tenté pour la garder à leurs côtés. Deux ans plus tard, c’était une petite blonde, pleine de vie et aux cheveux bouclés qui s’amusait devant eux, aux côtés de son frère.

L’histoire de Jace avait été bien plus compliquée et difficile. Aujourd’hui encore, Sasha ne connaissait pas tout de son passé. Il lui laissait le temps de lui en parler, il leur restait encore de belles années à partager. Jace et Adélie étaient inséparables, malgré qu’ils aient plus de dix ans de différence.

Quelques années avant, Sasha ne se serait pas vu papa. Pourtant, il aimait son rôle, et par-dessus tout, il aimait ses enfants plus que tout. « Vous êtes merveilleux. Tous les trois. »   Il n’aurait jamais pu rêver une vie meilleure. Malgré les obstacles, ils avaient trouvé leur bonheur.
― made by hope ―

_________________
- Alors, tu es tombé amoureux ?
- Malheureusement, je reste moi-même mon seul véritable amour.
- Au moins, tu ne risques pas d'être éconduit.
- Pas forcément. Je m'envoie balader de temps en temps, histoire d'entretenir la flamme. ©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Jamie Campbell Bower

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The greatest day I've ever known - Charlie   Lun 29 Mai - 22:16

The greatest day I've ever known

― Sarlie ―

Sept années. Voilà maintenant sept années que tu connaissais et fréquentait Sasha Vasilis. En réalité, ce n'était plus de la fréquentation à ce stade. Voilà maintenant plusieurs années que vous êtes un couple lié par l'amour et le mariage. Vous avez mis un peu de temps avant de trouver quelque chose de stable, avant que vous ne vous ouvriez totalement l'un à l'autre. Mais cela n'a que plus solidifié vos liens.
Votre histoire est faite de de haut et de bas. Tu as mis un peu de temps avant de totalement l'accepter, avant de totalement t'accepter aussi. Tu te souviens encore de son emménagement chez toi. Tu venais d’enchaîner les mauvaises passes et il passait plus de temps chez toi que chez lui faisant que vous aviez un peu plus officialisé les choses. C'est un souvenir que tu ne peux oublier, d'avoir vu la clef de ton appartement sur son trousseau alors que tu venais de sortir de ton lit et que lui avait filé sous la douche en rentrant du boulot. Et maintenant vous viviez dans une jolie maison qui était trop grande pour vous deux avant de se remplir de cri et de joie d'une famille.

Les bras de ton amoureux autour de toi, tu t'es laissé aller dans son étreinte. Le bonheur n'avait pas été des plus facile à saisir mais maintenant qu'il était là, tu ne comptais plus le laisser partir. Ton regard est posé sur la mer devant vous. La Grèce. C'était vos vacances annuelles dans son pays d'origine qu'il te faisait un peu plus découvrir et aimer.
Tu avais tellement changé ses dernières années. La preuve, tu ne portais qu'un débardeur blanc collant ton corps et un short léger. Tu ne cachais plus ton corps, montrant alors à tous tes tatouages que tu cachais avec le reste. Tu tournes un peu la tête dans sa direction pour embrasser sa joue. « Tout les quatre. » Ta voix était revenue après un long moment. Tu as du beaucoup travailler cela et tu sais que c'est grâce à Sasha et son amour que tu as réussi à le faire. Sans lui, tu ne serais pas là aujourd'hui. Bien sûr, tu avais toujours des rechutes, parfois, pendant des coups durs, tu ne parlais plus et repartais dans tes anciennes habitudes. Sasha était toujours là pour t'aider et n'avait jusque là pas baissé les bras. Tu lui en étais reconnaissant pour l'éternité.
« On a une famille merveilleuse. » Ce n'était pas vos enfants de sang. Cela aurait été impossible pour le plus grand. Mais pour la petite cela aurait pu se faire. Vous n'aviez jamais parlé de famille avant, tout du moins pas comme un projet ou une envie poussée. Ce n'était qu'une idée évoquée qu'un jour cela soit possible. Et tout c'était fait naturellement.

Adélie était votre premier petit trésor. Tu n'étais pas certain de ce que vous faisiez mais pour vous, il était impensable de laisser cette petite princesse dans un orphelinat. Sasha l'avait ramené et jamais elle n'a quitté votre maison. Vous avez beaucoup bataillé pour cela, un long combat qui a porté victoire. Cette petite princesse blonde que tu osais à peine toucher la première fois, petite princesse qui t'a fait devenir muet la première semaine parce que tu avais peur. Peur de devenir ta mère, peur de devenir ton père, laissant Sasha tout gérer alors que tu étais prostré dans votre lit, totalement fermé à tout. Tu bénis l'amour de ton mari pour avoir tenu le choc, entre nuit trop courte par les pleurs de bébés et toi incapable de te gérer sans compter son travail. Mais aujourd'hui tout n'était qu'amour, surtout après que la petite, laissée sous ta surveillance une heure parce que Sasha devait partir à la pharmacie. Adélie pleurait et personne n'était là pour la calmer, t'obligeant à te lever, enroulé dans ta couverture. Tu te souviens de ce que Sasha à trouvé à son retour. Toi, en tailleur sur le sol, Adélie dans tes bras, tout les deux enroulés dans la couette comme un rouleau de printemps et Elios ronronnant sur tes genoux à faire vos siestes.

L'arrivée de Jace, tu l'as beaucoup mieux gérée. Parce que dans un sens, quand tu l'as vu, tu t'es vu toi. Un jeune, paumé, obligé de se débrouiller pour réussir bien que la différence entre vous deux était que Jace n'était pas du genre à courber l'échine comme tu l'avais fait. C'est toi qui l'a ramené à la maison un soir, alors qu'il semblait faire des choses peu recommandables. Il ne voulait pas, mais tu es revenus chaque soir jusqu'à ce qu'il accepte. Ça a été long et difficile aussi mais aujourd'hui il avait accepté de vivre avec vous et même de retourner à l'école. Il vous faisait confiance et c'était tout ce que tu voulais. Sasha était un peu tendu au début mais tu as su rapidement le convaincre de ce que tu faisais. Vous ne saviez pas grand chose de lui et vous n'en savez toujours pas beaucoup mais il s’ouvrait à vous chaque jour. Bien que tu savais d'avance que tout n'était pas gagné. Tu te sens proche de lui et ferais tout pour qu'il ne vive pas la même chose que toi.

Tu te retournes dans les bras de Sasha et entoure son cou des tiens. Tu viens l'embrasser tendrement en profitant de ce petit moment tout les deux. Parce que quoi que l'on dise, l'arrivée des enfants dans votre vie à chamboulé beaucoup de choses dont votre intimité. Et cela sera encore le cas jusqu'à ce que Adélie soit un peu plus grande mais cela ne te gênait pas. Cela rendait vos étreintes encore plus passionnées et romantiques. « Si on m'avait dit le jour où je t'ai renversé ce café dessus que j'allais finir par t'épouser et avoir des enfants avec toi... » Ce jour restait tellement clair dans ta tête que tu ne comptais pas l'oublier de si tôt. Tu ris doucement. En essayant d'imaginer ta possible réaction à cette époque. Tu prends la main de Sasha dans la tienne et tu embrasses ses doigts avec amour.
Bien qu'avant tu ne supportes pas d'être tactile, aujourd'hui c'était tout le contraire. Tu ne passes pas une seconde en sa compagnie sans le toucher un minima. Tes doigts passent sur sa joue et contournent ses yeux. Le bleu d'abord, le brun ensuite. Ses yeux vairons, ses magnifiques yeux que tu ne fais qu'aimer un peu plus chaque jour. Tu étais là quand son œil malade est devenu totalement brun le rendant si parfait. Tu chuchotes sans le quitter du regard. « J'aurais dit à cette personne qu'elle était folle, que je n'aurais jamais pu vivre jusque là, que j'allais mourir avant trente ans et qu'elle ferait mieux de consulter. » Tu sais que parler de mort n'est pas une bonne idée, Sasha a cela en horreur. Mais pas toi, parce que c'est vrai. Ce démon du passé fait partie de votre vie, que vous le vouliez ou non et réussir à en parler n'était qu'une victoire sur ce cauchemars.

Tu te retournes vers votre progéniture avec un sourire, une petite idée en tête et l'envie de te dégourdir les jambes. « Que dirais-tu de laisser Lili a ta mère et de passer un peu de temps avec Jace ? » La mère de Sasha adorait les enfants, elle connaissait déjà Adélie pour l'avoir vu l'année dernière et pendant les fêtes. Le père de Sasha aussi les adorait. Mais c'était la première année qu'ils rencontraient Jace et bien que tu aies peur que votre fils se renferme et s'éloigne un peu comme il en avait l'habitude de le faire. Il avait beaucoup progressé et bien que toujours timide face à vos proches, il s'ouvrait de plus en plus et tu en étais heureux.
« On pourrait l'emmener crapahuter dans les rochers ? T'en penses quoi ? » Et puis, cela vous permettrais aussi de vous balader tout les deux. Jace était grand pour pouvoir découvrir les environs et vous, de le surveiller tranquillement en le gardant à l’œil.

― made by hope ―

_________________

My fucking pain it's easy to see
That it is my cross to bear
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Bazzart
● Face claim : Dominic Sherwood

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The greatest day I've ever known - Charlie   Jeu 8 Juin - 16:02



Sentir son amour dans ses bras était une sensation dont il ne pouvait plus se passer. Ils avaient eu tant de mauvaises passes, mais c’était certainement ça qui faisait qu’ils étaient si proches aujourd’hui. En sept ans, jamais il n’avait cessé de l’aimer. Ses sentiments le surprenaient même à être de plus en plus forts.

Les enfants étaient une source de bonheur infinie. Les élever tous les deux était fatiguant, et pourtant jamais il ne regretterait de les avoir accueillis. Sasha se sentait épanoui. Son travail lui plaisait, il avait renoué le contact avec ses parents… Tout allait si bien que parfois il se demandait si ce n’était pas un rêve. Dans ces moments-là, Charlie  était toujours présent pour lui rappeler que c’était bel et bien leur vie.

A chaque fois qu’il entendait la voix de son mari, Sasha sentait de petits frissons dans sa nuque. Il se rappelait encore de la première fois où il l’avait entendue. Ca avait pris du temps, mais un soir, alors qu’ils trainaient dans le canapé, Charlie lui avait parlé. Au début, il n’avait même pas su quoi dire, quoi faire. Alors il était juste resté là, attendant la prochaine fois où ce doux son arriverait à ses oreilles. Au début, ça avait été rare, puis de plus en plus fréquent. Lors de leurs mauvaises passes, Charlie arrêtait de parler, mais Sasha avait tout son temps, alors il l’attendait, comme il le faisait toujours.

Avec Charlie, il avait appris la patience, il avait appris à apprécier ce qu’on lui donnait au moment où on lui donnait. La vie lui avait offert un mari merveilleux, ainsi que deux enfants formidables.

En l’entendant, Sasha ne put que sourire, alors que Charlie embrassait sa joue. Il avait encore du mal à se voir comme il était vraiment. Marié, père. Il se demandait encore parfois s’il jouait bien son rôle, s’il était à la hauteur. Mais jamais Charlie, Adélie ou Jace ne semblaient déçu de lui. Alors il essayait d’être encore meilleur, pour eux.

Depuis l’arrivée d’Adélie, et ensuite celle de Jace, ils n’avaient plus vraiment le temps de profiter l’un de l’autre comme ils pouvaient le faire avant. Même s’ils s’endormaient tous les soirs collés l’un à l’autre, ils étaient bien trop fatigués pour en profiter bien longtemps. Tous les matins, Sasha se levait avant Charlie, et faisait tout pour ne pas le réveiller. Parfois, il restait un peu plus longtemps au lit pour le regarder, quand Adélie décidait de dormir un peu plus tard qu’à l’ordinaire.

Répondant doucement à son baiser, Sasha passa ses mains sous le fin tissu de son débardeur pour lui caresser les hanches du bout des doigts. A ce moment-là, l’idée de laisser les enfants pour emmener son amour plus loin lui traversa l’esprit. Parfois, leur proximité lui manquait, mais il se rappelait pourquoi ils le faisaient, et ça lui suffisait amplement. « Tu n’y aurais pas cru, mais j’aurais tout donné pour te faire changer d’avis. » Ils avaient eu des moments difficiles. Si rapidement Sasha avait su qu’il était l’homme de sa vie, Charlie l’avait repoussé pendant longtemps.

Ses paroles l’attristaient, et il le savait. Des souvenirs qu’il aurait bien voulu oublier les traversaient l’esprit. Secouant doucement la tête pour chasser ces images, Sasha le serra plus fort dans ses bras, collant son visage dans le cou de Charlie, pour ne surtout pas le laisser partir. Il avait déjà eu si peur de le perdre. Sans lui, Sasha deviendrait fou. Sa vie n’avait aucun sens s’il n’était plus là pour en faire partie. « Heureusement, tu es toujours là. Tu aurais raté tellement de choses merveilleuses. » Il ne savait pas si son amour comprendrait bien ses paroles, alors qu’il se serrait toujours contre son cou.

Il le lâcha, et ils se tournèrent tous les deux vers les enfants qui jouaient toujours dans le sable. La maison de ses parents était toute proche, et sa mère serait ravie d’avoir la petite Adélie rien que pour elle pour la soirée. Jace était un adolescent qui avait besoin de se défouler, et sa petite sœur n’arrivait pas encore à les suivre. Sasha avait l’habitude de la porter, mais pour une fois, ils pourraient bien la laisser à sa grand-mère. « Je pense qu’elle serait ravie d’avoir la petite pour un moment. » Les retrouvailles avec sa famille avaient été difficiles au début, mais ses parents avaient été compréhensifs. Ils avaient tous vécu des moments horribles, et ils avaient réussi à guérir et à se retrouver.

Même s’il était bien trop protecteur avec Charlie, il trouvait que c’était une bonne idée. La plage où ils se trouvaient était en bas d’une falaise, et de nombreux rochers lisses la bordaient. Il n’y avait pas de risque de s’écorcher sur une pierre pointue. « Va pour les rochers. » Ses chaussures trainaient un peu plus loin. Il aimait tant marcher pieds nus dans le sable, qu’il n’arrivait jamais à les garder bien longtemps.

Adélie riait aux éclats alors qu’elle détruisait une fois de plus le château de sable de son frère, ce qui fit sourire Sasha. Elle était un rayon de soleil dans leurs vies, et même Jace n’avait pas résisté longtemps.

Sasha alla l’attraper avant de la soulever dans les airs. Comme ça, elle ne risquait pas de s’échapper. Elle était un poids plume dans les bras de son père. Il savait qu’il la portait trop souvent, mais il était un papa poule et bien trop gaga avec sa fille.

Une fois la petite blonde correctement installée dans ses bras, il se tourna vers Charlie. « La princesse est prête à aller voir mamie. » Si Sasha était trop proche d’Adélie, il savait parfaitement que Jace faisait bien plus confiance à Charlie, et il le respectait. Il les aimait tout autant l’un que l’autre, mais préférait laisser du temps et de l’espace à son fils. Un jour, il s’ouvrirait à lui, mais d’ici là, il serait patient.
Sa petite puce dans les bras, Sasha attendait le reste de sa petite famille pour remonter vers la maison de ses parents.

― made by hope ―

_________________
- Alors, tu es tombé amoureux ?
- Malheureusement, je reste moi-même mon seul véritable amour.
- Au moins, tu ne risques pas d'être éconduit.
- Pas forcément. Je m'envoie balader de temps en temps, histoire d'entretenir la flamme. ©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Jamie Campbell Bower

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The greatest day I've ever known - Charlie   Ven 16 Juin - 13:24

The greatest day I've ever known

― Sarlie ―

Les doigts de Sasha sur ta peau avaient un effet apaisant. Tu te sentais bien là en cet instant. Sur un petit nuage de bonheur. « Je confirme. » Oui tu en aurais raté des choses. Tout du moins tu aurais surtout tout raté de ta vie avec Sasha qui est la chose la plus merveilleuse qui te soit arrivée. Certes, tout ce qu'il s'est passé avec ta famille aussi était une bonne chose, d'avoir appris qui était ton vrai père, rencontré tes frères et sœurs. Mais le point essentiel restait globalement ta famille. « Parce que je t’aurais raté toi. Et les enfants. » Tu l'as embrassé sur la commissure des lèvres avant d'aller prendre en charge la petite qui jouait toujours dans le sable. Tu évitais vraiment d'évoquer le passé mais tu ne pouvais nier les choses. Tu y pensais, te demandant parfois ce qu'il se serait passé si Sasha n'avait pas été dans ta vie. Ou si tu avais rechuté encore plus dans ta dépression par la suite. Chassant ces mauvaises ondes, tu souris en les rejoignant alors qu'ils riaient.
Tu laissais souvent Sasha prendre la petite dans ses bras, au contraire de toi. Parce que tu as toujours eût un peu de distance avec elle au début, que tu en a parfois encore. Surtout quand tu es peu sûr de toi. Bien que ce ne soit pas le cas aujourd’hui, mais tu préférais voir Sasha aux anges de pouvoir jouer au papa poule. Tu aurais bien du temps pour t’en occuper ensuite, lorsqu’il la laisserait cinq minutes. Et puis tu l’avais bien à la maison une grande partie de la journée.

Laissant ton époux et votre fille rire, tu t'approchais de votre fils bien qu'il ne vous appelle pas encore papa. Il faisait entièrement partit de la famille pour toi bien que tout ne soit pas encore totalement gagné. « Jace ? » Tu poses la main sur son épaule après qu'il t'ait vu approcher. Parce que tu connais sa réticence au contact quand il ne s'y attend pas. Comme toi tu l'as été quelques années auparavant et que tu connais les dégâts que cela peut faire sur une personne et une situation donnée.
« On va aller déposer Lili à mamie et on va vers les rochers. Tu veux venir ? » Un simple hochement de tête pour réponse et un sourire de sa part. Pas besoin de plus pour savoir qu’il était heureux de passer du temps avec vous. Jace n’était pas aphasique comme toi tu l’avais été, juste renfermé et peu bavard par moment. Tu mettais cela sur le fait qu’il avait rejoint la famille depuis peu et qu’il avait encore besoin de temps pour lui.
Tu te tournes vers ton époux et viens embrasser le front de votre fille. « Et nous on est prêt à aller se promener pendant que mademoiselle va aller jouer avec mamie. » Tu chatouilles un peu Adélie et tu souris en entendant son rire de bébé. Posant ta main sur l'épaule de Jace, tu le pousses doucement à la suite des deux autres membres de votre famille pour marcher à côté de lui.Te perdant dans la contemplation du dos musclé et parfait de ton mari.

Une fois dans la maison familiale des Vasilis, tu écoutais distraitement la conversation entre ton époux et sa mère. Tu ne parlais pas encore tout à fait correctement le grecque bien que tu aies commencé à bien t’améliorer. Tu reconnaissais des mots, des morceaux de phrases mais surtout… Tu ne te lassais jamais d’écouter Sasha parler sa langue maternelle. Tu te souviens même lui avoir demander plusieurs fois de parler grecque juste parce que tu sentais des frissons sur ta peau à ces moments là.
Te reprenant en comprenant que vous pouviez partir et que la petite était entre de bonnes mains, tu as pris la main de Sasha avant de presque courir dehors. Tu aimais le soleil et la chaleur sur ta peau. Tu voulais en profiter un maximum. Et naturellement, tes pas t'ont menés vers les rochers que tu commençais maintenant à bien connaître.

Tu n’avais pas besoin de dire à ton fils qu’il pouvait partir devant et que vous le surveillez de loin. Il était adolescent et totalement capable de se débrouiller. C’était un peu ça entre vous. Tu arrivais à le comprendre d’un seul regard, à décrypter son caractère sauvage et à l’amadouer. Parce qu’il était simplement de la même trempe que toi à son âge.
Alors vous déambuliez tout les trois sur les grosses pierres. Parfois tenant la main du blond qui te servait de mari, parfois te débrouillant seul.
Et une fois certain que Jace était occuper à observer tu ne savais quoi, tu attrapas Sasha par la ceinture de son short pour venir le coller à toi. « Ce soir, c’est toi et moi sur cette plage. » Une petite promesse légère et anodine que tu faisais à Sasha. Pas grand-chose en soit. Juste que cette soirée à venir se ferait en amoureux. Parce que tu voulais profiter de lui, de vos vacances, de cet endroit paradisiaque qui s'offrait à vous. Et que les enfants ne seraient pas tout seul pendant que vous alliez vous amuser à des jeux d'adultes.

Tu déposais tes lèvres sur les siennes avec amour et passion, lui montrant ce à quoi il aurait droit plus tard. Un avant-goût de votre soirée. Puis tu te reculais, titillant un peu ses envies, restant collé à lui, lui donnant juste la limite de ce qu'il pourrait avoir. Le frustrant un peu avec amusement. « Mais en attendant allons voir ton fils, je crois qu'il a trouvé quelque chose dans un des trous d'eaux. » Tu viens embrasser sa joue avant de filer sur les rochers. « Le premier arrivé à gagné ! » C'était un peu gamin mais tu avais envie de t'amuser. Et puis, il n'y avait pas d'âge pour tout cela.
Tu t'approches en reprenant ton souffle, tu sais que Sasha t'a laissé gagné, après tout, il a grandit ici et sait se débrouiller. Tu lui souris avant de te concentrer sur Jace. « Qu'est-ce que c'est ? » Tu t'es penché à côté de l'adolescent pour voir ce qu'il observait, le laissant expliquer ce qu'il venait de trouver. Quelques étoiles de mers et coquillages. Tu regardais de temps en temps ton époux qui semblait lui aussi prit dans l'observation de ces petites bêtes.
En voyant votre fils ainsi passionné tu te dis qu'il serait peut-être intéressant de lui prendre un animal de compagnie. Un petit être vivant dont il pourrait s'occuper et prendre soin. Peut-être que ça pourrait l'aider à s'ouvrir. Toi cela t'a beaucoup aidé d'avoir Elios à la maison, qui passait d'ailleurs ses vacances chez ta sœur. Tu en parlerais plus tard à Sasha savoir s'il accepterait une autre petite bouille à quatre pattes dans la maison.

― made by hope ―

_________________

My fucking pain it's easy to see
That it is my cross to bear
Revenir en haut Aller en bas
 
The greatest day I've ever known - Charlie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Big Blue World :: Flashforwards-