AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 as chance would have it (joke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
● Crédits : anaëlle.
● Face claim : Kaya Scodelario

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: as chance would have it (joke)    Mer 7 Juin - 23:43

Michael Nott & Joey Nott
Joke #1


Ce soir est une soirée comme les autres. Alors mon programme est bien entendu de sortir avec quelques connaissances faites au fil des mois que j'ai pu passer à Lakefield. Faut dire qu'ici ce n'est pas une très grande ville alors en sortant assez régulièrement on tombe souvent sur les mêmes têtes. Et comme je suis de nature plutôt sociable ils sont vite devenus des amis. Enfin des amis, c'est vite dit. Pour beaucoup ce sont essentiellement des camarades de sortie, je sais pertinemment que si nous n'avions pas en commun de sortir régulièrement il y aurait peu de chance pour que nous nous fréquentions. Bref. Je me prépare donc à les rejoindre. J'enfile ce qui me tombe sous la main soit un petit haut qui en dévoile juste assez et un short. Je passe ma main dans mes cheveux de manière à les remettre en place et ne prenant même pas la peine de me remaquiller, je mets mes talons, m'empare de mon sac et faire la porte de la chambre que je squatte chez Michael depuis près d'un mois. Un bref regard vers Barbara qui est assise dans le canapé et après lui avoir lancé « Mike n'est pas là ? » je bois le verre d'eau que je me suis servie entre temps, un sourire narquois sur les lèvres parce que je sais qu'elle ne supporte pas que je lui parle de cet homme qu'elle considère encore comme le sien. Idiote. Sans surprise pour réponse je n'ai droit qu'à un "hum" que je décèle comme étant un "non". Je pourrais essayer d'en savoir plus mais je doute que ce soit le cas puisque ces deux-là ne sont pas en très bon terme depuis quelques temps. Pour mon plus grand plaisir je dois l'avouer, je ne supporte pas cette pimbêche blonde qui lui sert de femme. Déjà à l'époque je ne savais pas la voir en peinture mais depuis qu'elle est en cloque d'un autre, il est peu de dire que je la méprise. Ne prenant donc même pas la peine de lui souhaiter une bonne soirée je quitte l'appartement et me rends chez une amie qui habite dans une des rues adjacentes.

Après avoir bu un verre le temps qu'elle finisse de se préparer puisque Jess est beaucoup plus précautionneuse que moi lorsqu'il s'agit de son apparence, nous partons finalement en direction du Red Door. Un bar essentiellement fréquenté par les étudiants une fois encore ce soir. C'est d'ailleurs ce que je devrais être si je n'avais pas décidé de partir avec Adam. En pensant à ce dernier je déglutis mais ne souhaitant pas m'y attarder plus longuement et ainsi gâcher mon humeur je m'empare directement du shooter qu'on nous offre à Jess et moi à peine sommes-nous arrivées. Je le bois d'une traite, le liquide me brûlant légèrement la gorge mais habituée à cette sensation je ne grimace même pas. Les hostilités sont lancées. Finalement après quelques verres et franches rigolades avec nos amis du soir, Jess s'approche de moi et me dit « Ne te retourne pas mais il y a un gars qui te mange des yeux. » Instinctivement je fais pour me tourner mais elle me retient. « Bouge pas il arrive. » Elle glousse et même si je sais que cette rencontre ne bouleversera nullement ma vie, l'alcool que j'ai déjà ingurgité suffit à me rendre curieuse. Je souris donc à mon amie et attends cet inconnu qui je l'espère aura au moins la délicatesse de m'offrir un verre.



@Michael Nott
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Schizophrenic&bat'phanie
● Face claim : Evan Peters.

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: as chance would have it (joke)    Jeu 8 Juin - 1:18

As chance would have it.
Jo&Mike.


« Mike, tu viens boire un verre avec nous ? » Regardant dans le vide mon écran d’ordinateur, je levai à peine les yeux vers mon collègue, me passant une main dans les cheveux. « J’sais pas … ». En moins de deux, il était à mes côtés, s’asseyant à moitié sur mon bureau, empiétant mon espace vital. « Allezzz quoi. C’est pas comme si t’avais une femme qui t’attendait à la maison. Mets le boulot de côté, pour une soirée. En plus, avec Connor, on a décidé d’aller au Red Door. T’sais, le bar ou y a plein de minettes » Je l’interrompis d’un simple signe de la main, soupirant. « Je sais très bien tout cela, Ken’ ». Je me levai, allant me servir un verre d’eau à la fontaine à eau, non loin de la porte de mon bureau. « Et si, j’ai une femme qui m’attend à la maison. Malheureusement, mais vu que c’est le cadet de mes soucis … » je souris faiblement, tout en retournant derrière mon bureau pour en éteindre mon ordinateur. Mon sourire s’élargit. « Tu m’as convaincu. Ce soir, je suis des vôtres ». Sur ces dernières paroles, j’attrapais à la va vite ma veste, et je sortis du bureau, suivit par Kenneth.

19h30. Le bar était encore passablement vide. En même temps, vu l’heure … il ne fallait pas trop en demander. Plutôt que de devoir patienter comme de pauvres crétines que l’ambiance pointe le bout de son nez, d’un commun accord nous avions décidé d’aller manger un petit quelque chose, non loin de là. Faire un fond à l’estomac. Mon téléphone vibra dans ma poche, que je sortis par simple reflexe. Barbara. Tu es ou ? Je t’attends pour le repas ou tu vas ENCORE passer ta soirée à ton bureau ? » Je pianotais rapidement une réponse. Oui oui, je reste au boulot. Je ne sais pas encore à quel heure je rentrerais. Ne m’attends pas.

De retour au Red Door, la soirée poursuivit son cours, la salle de remplissant de plus en plus, plus l’heure avançait. Dans notre coin, les boissons devant nous, nous discutions de tout et de rien. Et surtout pas de travail. C’était la règle, selon Connor et Kenneth. Une fois en dehors de nos bureaux, plus un mot sur notre métier ni nos affaires en cours. Mon téléphone se mit à vibrer à nouveau dans ma poche, plus longtemps cette fois-ci. Je le sortis de la poche, de sorte de juste réussir à voir l’appelant. Soupirant, je le remis à sa place, non sans avoir mis le mode silencieux avant. « Une admiratrice secrète ? » Connor. Je secouais la tête, dépité. « Si seulement, non » je m’interrompis le temps de tremper mes lèvres dans mon whisky. « Ma femme, qui va certainement continuer à me harceler durant toute la soirée, pour que je ... ». rentre. Mon dernier mot fut avalé par Kenneth. « Hey, les gars, regardez à quatorze heure. De la bonne chair fraîche ». Machinalement, deux têtes se tournèrent vers l’endroit indiqué. « Tu te poses encore la question du pourquoi t’es seul, Ken’ ? Si peut-être tu apprendrais à parler un peu mieux », dis-je, levant les yeux au ciel. Mais je le comprenais parfaitement, et il avait raison. Au loin, deux jeunes femmes, qui, de derrière, avaient l’air très charmantes. Kenneth et Connor se levèrent, le regard lubrique. « On fait un pari ? Le premier qui arrive à avoir le numéro de l’une d’elles ? » et aussitôt dit, aussitôt fait. Il se dirigea comme une furie dans leur direction, suivi par Kenneth, tout sourire. Me retrouvant tout seul, je vidai mon verre d’un trait avant de faire un détour par le bar, m’en commander un deuxième, qui ne me fera pas de mal. Au loin, je voyais mes deux collègues discuter gaîment. Je décidais – sur un coup de tête – de les rejoindre, surtout que Kenneth avait l’air de gagner son pari. En effet, il se tenait derrière la jeune femme brune, les bras autour de sa taille, son visage appuyé sur son épaule. Comme si elle était sa possession. Sa chose.

En quelques enjambées, je fus à leur hauteur, et … bouche bée. Dans ses bras, ce n’était pas n’importe quelle fille. D’un voix basse, menaçante, je m’approchais de mon collègue. « Enlève de suite tes sales pattes de là ». Prêt à en découdre. Je n’eus pas besoin de le répéter, heureusement pour lui. Il se détacha de la jeune femme, perplexe. Jaloux, moi ? Noooon. Je me retournais ensuite vers la jeune femme en question. « Joey ». Les deux me regardèrent avec des grands yeux, surpris. « C’est ma sœur », donnais-je tout simplement comme explication. Je penchai quelques secondes vers elle. « Sors un moment, tu veux bien ? », sans vraiment lui laisser le temps de répondre, je la pris par la main tout en l’entraînant vers l’extérieur du bâtiment, une cigarette déjà prête dans la main.

Made by Neon Demon

_________________
Born this way.
I was an angel, living in the garden of evil. Screwed up, scared, doing anything that I needed, shining like a fiery beacon. You got that medicine I need ; fame, liquor, love, give it to me slowly, put your hands on my waist, do it softly. ▬ No one’s gonna take my soul away.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : anaëlle.
● Face claim : Kaya Scodelario

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: as chance would have it (joke)    Jeu 8 Juin - 2:24

Michael Nott & Joey Nott
Joke #1


Après un bref instant à patienter, l'intéressé arrive enfin à nos côtés et me demande si je passe une bonne soirée. Je m'aperçois alors qu'il est accompagné et son copain semble avoir des vues sur Jess. L'un ou l'autre, peu m'importe au fond alors je n'y prête pas plus attention que ça et me contente plutôt de répondre « Très bien merci. On vous attendait justement parce que nos trois gus nous ont lâchement abandonné. » Je montre nos amis qui sont entrain d'essayer -en vain- de chopper ce soir. Clairement si je notifie aux deux zigotos que nous sommes accompagnées c'est surtout pour qu'ils comprennent bien que nous ne sommes pas deux pauvres jeunes femmes sans défense. J'aimerais ne pas avoir à le faire mais malgré l'alcool je reste malgré tout prudente avec les tarés qui traînent de nos jours. Le jeune homme me dit que c'est une honte de lâcher une aussi jolie fille que moi et je lui lance un sourire charmeur. Oui je compte bien débourser le moins d'argent possible ce soir. Certes j'ai le droit à "de l'argent de poche" avec Michael cependant pas assez pour couvrir toutes mes dépenses. Heureusement ma tactique semble fonctionner à merveille puisque l'inconnu qui s'est présenté comme s'appelant Kenneth, se positionne derrière moi ses mains sur mes hanches et me souffle alors à l'oreille qu'il adore le parfum de mes cheveux, la chaleur de ma peau ainsi que sa douceur et me demande finalement si j'ai besoin de quelque chose pour me désaltérer. Sans doute croit-il qu'il va pouvoir me mettre dans son lit si j'ai l'esprit un peu plus embrumé. S'il savait! Bien entendu je réponds que c'est avec plaisir mais avant qu'il n'ait le temps d'aller me chercher un verre j'entends une voix que je reconnaîtrais entre mille... Celle de Michael. Oui, de "mon" Mike.

D'abord angoissée à l'idée que ça dégénère, je suis rassurée lorsque je m'aperçois que ce fameux Kenneth ne pose pas de problèmes et s'éloigne de moi. Je plonge alors mon regard dans celui de Mike et ne peux empêcher une légère grimace quand il notifie que je suis sa sœur. On pourrait prendre celle-ci comme si ça m'embête d'être prise en flagrant délit par mon grand frère mais je sais au fond de moi que c'est toute autre chose. Je ne suis pas sa sœur. Je ne veux être la sœur de personne et surtout pas de Michael à vrai dire. Braquée, je pourrais résister lorsqu'il m'ordonne presque de sortir dehors tout en me tirant par la main ; néanmoins j'obtempère. Un peu parce que ce contact est agréable je dois l'avouer. Puis arrivés dehors, un peu à l'écart de l'entrée je le vois déjà prêt à s'en griller une. Je ne peux m'empêcher de la lui arracher du bec et la glisse dans mon décolleté sachant pertinemment qu'il n'ira pas la chercher. A moins que ce soit parce que j'espère qu'il aura un jour le cran de faire une telle chose ? Quoiqu'il en soit je lui lance « Ta sœur te dit que ce n'est pas bon pour ta santé. » Je marque une légère pause puis reprends « Et n'oublie pas qu'elle a besoin que tu sois en pleine forme pour pouvoir la tirer des bras de tous les hommes qu'elle rencontre. » Un reproche ? Oui. A commencer parce qu'il m'a présenté comme étant sa sœur et que je n'aime pas ça. Mais aussi d'avoir réagit de la sorte. Ça voulait dire quoi sérieusement ?  Afin de le lui faire remarquer j'ajoute donc « Non mais sérieusement c'était quoi ce cinéma ? Depuis quand une jeune femme de 22 ans n'a pas le droit de flirter avec un homme qu'elle rencontre dans un bar ? » Et parce que je ne peux pas m'empêcher de jouer avec lui je conclus  « Si je ne savais pas que tu me considères comme une sœur et que tu es marié à ta greluche, je te penserais jaloux... » Un sourire à la fois narquois et séducteur se dessine sur mes lèvres tandis que mon regard plonge cette fois plus intensément dans le sien... Allez Mike, c'est parti pour une nouvelle partie! Es-tu prêt à jouer ? Pour de vrai ?   

Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Schizophrenic&bat'phanie
● Face claim : Evan Peters.

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: as chance would have it (joke)    Jeu 8 Juin - 3:18

As chance would have it.
Jo&Mike.


Une fois à l’extérieur, sur la petite terrasse de l’établissement, je n’eus même pas le temps de sortir mon briquet que ma cigarette se dématérialisa de ma main pour finir dans le décolleté de ma « sœur ». Génial. Soupirant, je la regardais, secouant la tête, l’air de dire de quoi je me mêle ?. Je m’appuyais contre le mur, en sortant une autre de mon paquet, je l’allumais directement. « Ne commence pas à faire ta rabat-joie, tu veux ? ». La suite me fit bien sourire. Ce n’était pas en fumant UNE cigarette que je deviendrais impotent de la seconde à l’autre. A la limite, avec une toute autre substance, peut-être, et encore, ou alors avec le whisky que je tenais à la main, mais pas avec une simple foutue cigarette. Pour simple réponse, j’haussais les épaules, un « Hum » franchissant mes lèvres.

Tirant sur mon mégot, je continuais d’écouter son monologue, fermant brièvement les yeux, profitant de la fraicheur caressant mon visage. C’était inversable là. J’avais l’impression d’être entré dans la cinquième dimension. Voire la sixième, si elle existait. Je n’en croyais pas mes oreilles. C’était du Joey tout craché. Je me décollais du mur, m’approchant d’elle, mon regard se plantant dans le sien, ne la lâchant pas d’une semelle. « Si je comprends bien, tu ne veux pas que je fume », commençais-je, tout en lui désignant la tige fumante que je tenais entre mes deux doigts « pour pouvoir te protéger des bras poilus t’enserrant à la taille, mais tout en pouvant continuer à flirter librement ? » C’en était presque comique. « Faut savoir ce que tu veux, ma petite. Laisse-moi alors fumer tranquillement », poursuivis-je, en la narguant, tirant une nouvelle fois sur ma cigarette, lui recrachant la fumée au visage. Pas très respectueux, je le concevais bien, mais elle l’avait cherché. Un rire, qui s’était coincé dans ma gorge, sortit soudainement. Je dus me retenir pour ne pas qu’il évolue en fou rire. Ok, ça sonnait plus que faux. Je n’y pouvais rien. « Moi ? Jaloux ? Hahaha ». Je dus m’accouder à nouveau au mur, pour ne pas me plier en deux, les larmes aux yeux. Moins que crédible. « Mais merde, vous avez quoi tous avec l’autre là ? Déjà Kenneth, maintenant toi. Et, pour ta gouverne, non, je ne suis pas jaloux ». Etonnamment, je réussi à le dire sur un ton plus que sérieux. « Tu es ma sœur, que tu le veuilles ou non, certes que par nom de famille, et que je te considérais toujours comme telle » Enfin … « Je suis donc TON grand-frère, et c’est mon rôle de protéger ses petites sœurs ». Je tirais une dernière fois sur ma cigarette avant de la jeter dans un cendrier, à l’entrée. « Tout simplement. Ne vas pas t’imaginer des choses ». Je laissais passer un petit moment de silence, avant de reprendre la parole. « Je connais Kenneth, et je sais qu’il ne t’auras pas laisser t’en sortir si facilement. Tu veux que ça finisse comme la derni … » Je m’interrompis juste à temps. Ce n’était peut-être pas la meilleure chose à dire.

Je m’approchais ensuite d’elle, mon regard toujours dans le sien, ne ratant pas une miette. Elle voulait jouer à ce petit jeu ? Ok, comme elle le souhaitait. J’étais souvent gagnant, d’ailleurs. Je m’arrêtais à quelques centimètres d’elle, tout en étant assez proche par la même occasion. Un sourire narquois s’afficha sur mon visage. Ma main plongea la première dans son décolleté, récupérant ma cigarette volée. « Je reprends ce qui m’appartiens » La cigarette ? Elle ?

Made by Neon Demon

_________________
Born this way.
I was an angel, living in the garden of evil. Screwed up, scared, doing anything that I needed, shining like a fiery beacon. You got that medicine I need ; fame, liquor, love, give it to me slowly, put your hands on my waist, do it softly. ▬ No one’s gonna take my soul away.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : anaëlle.
● Face claim : Kaya Scodelario

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: as chance would have it (joke)    Ven 9 Juin - 1:28

Michael Nott & Joey Nott
Joke #1


Je peux voir que ma façon d'agir ne lui plaît pas. Notamment lorsque je lui prends sa cigarette. Alors sans doute pour me remettre à ma place il s'empare d'une autre et l'allume venant la fumer à mon nez. Me crachant même la fumée dans le visage tout en  me faisant remarquer que je ne sais pas ce que je veux. Bah tiens, ça lui va bien à lui de dire ça. Je le lui ferais bien remarquer mais je suis plutôt occupée à toussoter, à la fois étonnée et agacée d'un tel comportement. Je ne comprends pas bien pourquoi il réagit de la sorte, Monsieur n'aimerait-il pas que je lui fasse remarquer qu'on pourrait croire qu'il est jaloux ?! En tout cas il profite de m'avoir déstabilisé avec son arrogance pour reprendre à ce propos et m'explique alors que c'est totalement faux, insistant sur le fait que je suis sa sœur et qu'il agit de la sorte pour cette unique raison. Mais bien entendu Michael, continue de te voiler la face. Ce jeu, cette connexion, cette attraction bref on peut l'appeler comme on le veut mais il peut nier que ce truc qu'il y a entre nous je ne l'ai pas inventé. J'ouvre donc la bouche pour lui rappeler que si je n'étais QUE sa soeur, ses lèvres n'auraient jamais goûté aux miennes, ses yeux ne m'auraient pas tant de fois déshabillé mais je ferme celle-ci aussitôt me fait-il remarquer que ce petit jeu avec Kenneth aurait pu mal finir. D'abord comment connaît-il son prénom ? Et ensuite pourquoi est-ce qu'il me parle de ça ? Je lui en veux de faire allusion à ce qu'il s'est passé avec Jack. Mon cœur se serre dans ma poitrine et mon regard fuit dorénavant le sien.

Pourtant lorsqu'il s'approche un peu trop de moi et plonge sa main dans mon décolleté afin de récupérer "ce qui lui appartient" s'explique-t'il, je ne peux m'empêcher de le regarder à nouveau. Il est là, à quelques centimètres à peine de moi, un sourire narquois sur les lèvres. Michael Nott, tu es entrain de jouer à un jeu dangereux. Un jeu auquel aucun frère ne jouerait avec sa sœur. Et je sais pertinemment qu'au fond de lui il le sait... D'ailleurs pour seule réponse à cette provocation je lui lance « Oh mais ne te justifies pas, tu ne t'es de toute manière jamais gêné pour me prendre quelque chose. Même quelque chose qui ne t'appartenait pas. » Je fais bien entendu référence à ce baiser qu'il m'avait volé lorsque nous étions plus jeunes. Certes je lui avais rendu la pareille, il n'empêche que c'était tout de même lui qui avait franchi ce pas en premier. Tout à fait digne d'un frère. Et parce que j'en ai marre qu'il joue avec moi sans réellement se mouiller je plonge à nouveau mon regard dans le sien et lui lance « Bref. Kenneth doit être revenu avec le verre qu'il m'a promis alors je pense que je vais y retourner puisque nous semblons avoir fait le tour de cette discussion entre frère et sœur. » Sans réellement m'en rendre compte j'ai encore amoindri la distance qui séparait nos deux corps et me retrouve ainsi presque collée à Mike. Je souris lorsque je le remarque, la chaleur de son corps se diffusant aux extrémités qui effleurent le mien puis ajoute, un peu comme une dernière main tendue « A moins que tu aies quelque chose à ajouter ? » Et à cet instant je ne sais même pas vraiment si je préférerais qu'il me laisse y retourner afin de m'enivrer pour oublier cet épisode ou qu'il me retienne ici prolongeant ainsi cet énième jeu auquel nous nous prêtons et dont je suis invraisemblablement plus friande que je ne le pensais.    

Revenir en haut Aller en bas
avatar
● Crédits : Schizophrenic&bat'phanie
● Face claim : Evan Peters.

Sunny days are coming to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: as chance would have it (joke)    Sam 17 Juin - 20:38

As chance would have it.
Jo&Mike.


Tandis que j’étais en train de m’approcher de Joey, je m’arrêtais brusquement, les sourcils arqués. De quoi voulait-elle parler ? J’avais beau réfléchir – pendant au moins cinq bonnes minutes – mais je ne trouvais pas. Je la connaissais suffisamment pour savoir que derrière ces paroles, il se cachait quelque chose, mais mon cerveau n’était juste pas en état de deviner dans ses pensées. Je préférais alors jouer au con, espérant avoir une quelconque réaction de sa part. « Ha bon ? Et de quoi s’agit-il ? » demandais-je, tout en rangeant mon dû dans son paquet d’origine, à l’abri des doigts dévastateurs de ma sœur adoptive. Toutefois, je continuais de m’approcher d’elle, ne m’arrêtant qu’à quelques centimètres. Nos visages se touchant presque. Mes yeux plongèrent dans les siens, alors qu’elle fit de même. C’était à qui allait lâcher le premier. Et je perdis. Soupirant, je levais les yeux au ciel. Je reculais ensuite, les mains dans les poches, allant m’adosser contre le mur en face, ne la lâchant pas du regard. Haussant les épaules, je répondis, sur un ton détaché. « Tu fais ce que tu veux. Me semble que t’es majeure et vaccinée. Et je ne te retiens pas ici de force ». Ce qui, en soit, était vrai. Le silence s’ensuivit pendant un court instant, et je poursuivis, sur un ton un peu plus … brusque. « T’es encore là ? Vas-y, ne perds pas de temps. Pense au pauvre petit Kenneth qui t’attends désespérément à l’intérieur, ta boisson à la main », ricanais-je. « Qui doit certainement se ronger les ongles d’inquiétude de ne pas te voir revenir … ».

Je me décollais du mur, réduisant la distance qui nous séparait. A sa hauteur, je pris son menton dans ma main, surélevant sa tête, tout en plongeant mon regard dans le sien. « Trêve de plaisanterie. D’un, il s’est sûrement déjà trouvé une autre proie, plus facile. Deuzio, il ne te touchera jamais. Il a bien trop peur de moi, et maintenant qu’il sait qui tu es … il repartira la queue entre les jambes. Terzio … », je n’en avais pas au fait et je m’arrêtais donc là. parce que tu m’appartiens. Heureusement, ces mots ne s’échappèrent jamais d’entre mes lèvres et restèrent bien au chaud dans mon cerveau. Je me retins de justesse de m’allumer une deuxième clope, alors que je venais d’éteindre la précédente. « Sérieusement, tu fais ce que tu veux, quand t’es pas chez moi ou sans moi – ce qui là, n’est plus le cas – mais pas Kenneth merde. Tu le ne connais pas, moi si. Je sais de quoi il est capable, et crois-me, tu ne préfères pas savoir. C’aurait été quelqu’un d’autre, je m’en foutrais. Malheureusement, tu n’es pas tombée sur le bon, et te voilà coincée avec moi », à la fin, je souris, d'une manière narquoise.

« Si tu veux te lancer dans la gueule du loup, n’hésite pas. Retourne à l’intérieur, te faire peloter par ce cher Kenneth », j’haussais les épaules, tout en me ramassant pout prendre le verre que j’avais posé en arrivant dehors – et oublié – et j’en bus une longue gorgée, tout en ne la lâchant pas du regard. Attendant une quelconque réaction de sa part. La connaissant, je savais qu’elle n’allait pas se laisser faire et ça ne m’étonnerait même pas si je m’en prendrais une en plein visage. Entièrement méritée, soit dit en passant.

Made by Neon Demon

_________________
Born this way.
I was an angel, living in the garden of evil. Screwed up, scared, doing anything that I needed, shining like a fiery beacon. You got that medicine I need ; fame, liquor, love, give it to me slowly, put your hands on my waist, do it softly. ▬ No one’s gonna take my soul away.
Revenir en haut Aller en bas
 
as chance would have it (joke)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Chestnut Heights :: the Red Door-