AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Las ketchup || ft my boi Marcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : avatar : tearsflight + signa : anaelle
● Face claim : anushka sharma
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Las ketchup || ft my boi Marcus    Sam 1 Juil - 5:06



L’avantage de l’été, c’était que ça faisait sortir Naina de son trou. On s’entend bien que l’avantage, c’était surtout pour elle que pour les gens de cette ville, parce qu’à force de se faire remarquer partout où elle allait, les gens avaient tendance à la regarder bizarrement avant même qu’elle ne fasse quelque chose. La médisance des gens. Bon, certes, elle finissait toujours par faire une bêtise, mais ça c’était seulement parce que les gens lui donnaient le mauvais œil à force l’observer de la sorte, aucun rapport avec sa maladresse ou sa bêtise. Et elle savait que cette théorie était vraie parce que sa mamie le lui avait dit, et le premier qui traitait sa mamie de menteuse allait finir avec les deux jambes pétées alors attention. Tout ça pour dire qu’aujourd’hui elle était de sortie et qu’elle avait décidé d’embarquer le chien de son colocataire avec elle, comme ça si elle se faisait chier elle pourrait toujours faire semblant de jouer avec le chien. A défaut de ne pas avoir d’amis, vous savez. Même si en réalité elle préférait être en compagnie d’un chien que de ses amis parce que le chien au moins, il ne parle pas et ne demande pas à ce qu’on l’écoute raconter sa vie.

Au programme du jour, elle était allée se promener dans le parc avec le chien pour profiter du soleil et faire faire un peu d’exercice au chien. Ce qu’elle n’avait pas prévu en revanche, c’était que ce crétin de chien se mette à courir dans tous les sens au point d’obliger Naina à courir elle aussi. Et elle ne le répètera jamais assez, elle ne court pas. Pas si sa vie n’en dépend pas, parce qu’elle n’en voyait pas l’intérêt. Le point positif à cette petite course : elle faisait enfin un peu d’exercice, elle qui se plaignait qu’elle avait l’impression de prendre du poids au moins elle bougeait. Le point négatif : elle faisait un peu d’exercice et autant dire qu’elle n’était pas prête pour ça. Mais à tous les coups, le chien l’avait senti qu’elle avait besoin de faire de l’exercice, les animaux n’arrêtaient pas de se montrer sournois avec elle, alors elle ne voyait pas d’autres options. Elle arriva tout de même tant bien que mal à calmer la bête et décida d’aller manger un morceau parce qu’elle sentait qu’avec tout ce sport, elle avait bien besoin de reprendre des forces, mais hors de question de se traîner le chien avec elle. Elle fit donc un détour pour aller ramener les chiens chez elle, et si on la pensait flemmarde, on ne pouvait pas lui enlever le fait qu’elle avait quand même prit la peine de faire tout le chemin inverse depuis le parc jusque chez elle, parc qu’elle ne voulait pas s’encombrer d’un chien. Bête ? Oui, sûrement. Mais au moins elle n’avait plus un chien sur le dos, et tant mieux.

Arrivée au restaurant de sushis, elle s’installa à une table et commanda sans plus attendre parce que le trajet lui avait donné faim. Une fois son plat de servit, elle prit en bouche son premier sushi et remercia le ciel intérieurement d’avoir inventé quelque chose d’aussi délicieux. Le ciel ou les japonais, elle ne savait pas très bien vers qui se tourner. Cependant, il manquait ce petit quelque chose à l’Indienne qui sommeillait en elle, et elle ne pouvait pas déroger à la règle. Sans vraiment se montrer discrète, elle sortit sa sauce piquante de son sac et commença à arroser un de ses makis. Tout de suite ça avait bien meilleur goût. En même temps, tout avait meilleur goût avec de la sauce piquante, et sans vouloir vexer ses nouveaux amis les japonais, c’était même meilleur que leur wazabi. Il ne fallut cependant que quelques secondes avant qu’on ne la remarque avec sa bouteille sur la table, et qu’on lui fasse un commentaire déplaisant. Comment ça elle n’avait pas le droit d’avoir ça ici ? « Montrez-moi une loi qui m’interdit d’avoir de la sauce piquante sur moi ou dans cet établissement. » Elle voulait garder son calme pour ne pas claquer le jeune homme qui était venu l’interrompre,  mais dans toute sa splendeur et comme à son habitude, elle avait décidé de se faire remarquer. Elle se leva et prit sa bouteille de sauce qu’elle renversa sur son plat de sushis carrément, en regardant droit dans les yeux celui qui visiblement, n’allait pas tarder à faire une crise cardiaque. « LA SAUCE PIQUANTE VAINCRA ! » Hurla-t-elle en fourrant un de ses sushis dans sa bouche. A ceux à qui ça intéresserait, oui, elle avait mal dosé sa sauce piquante et en avait trop mis. Donc concrètement, la bouche de l’Indienne était en train de prendre feu mais elle gardait la face.

_________________
and now we are alive
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you.  If I lose myself I lose it all.› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mielle pops
● Face claim : Chace Crawford
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Dim 2 Juil - 22:30

Las ketchup

― Naina & Marcus ―

Les déjeuners au bureaux se font de deux façons. Soit il y a la boite repas préparée la veille, soit, il y a les restaurants ou les livraisons. En général, tu préparais à manger la veille, parce que tu mangeais léger en journée, ne prenant pas toujours de longues pauses repas et avec des journées très chargées en ce moment. Aujourd'hui tu n'avais pas préparé ton repas. En même temps, Kaci était venu passer la soirée à l'appartement et tu n'avais pu la laisser un instant seule en plus de ne pas voir le temps défiler en sa présence.
Alors tu avais pris le chemin du restaurant, ayant peu envie de te faire livrer, tu avais besoin de prendre l'air. L'absence de Edward était pesante et ton cousin n'était que peu coopératif concernant les tâches de ton frère à s'occuper. De plus, étant son petit-frère on aurait dit que tout le monde comptais sur toi pour gérer ses dossiers alors que dans la logique c'est Liam qui a fait tout un bordel pour être le deuxième héritier de l'entreprise. Une chose que tu ne manquerais pas de lui faire remarquer à la prochaine réunion.

Le restaurant japonnais était maintenant devant toi et tu étais bien content d'y arriver car ton estomac réclamait pitance.
Prenant place à une table un peu excentrée pour être tranquille, tu ne fait pas attention à l'ambiance qui est déjà présente, te concentrant plutôt sur le menu et te demandant ce que tu pourrais alors t'inspirer pour faire un petit repas de ce genre à ta petite-amie, à défaut de pouvoir sortir avec elle en public...
Tu prends rapidement commande en expliquant que tu avais une pause de repas assez limitée. Ce que le serveur répondit qu'il serait servit dans les plus brefs délais. De toute façon, tu avais choisis des ramens et tu savais que ce plat était rapide et simple à préparer.
Et ce n'est que une quinzaine de minutes plus tard que ton bol est déposé devant toi avec du vin. Tu remercies d'un geste de la tête ignorant alors à cet instant que toute l'ambiance du restaurant allait changer du tout au tout et que ta délicieuse pause repas allait se transformer en enfer.

Ton attention est attirée par une jeune femme qui se met en spectacle. Décidément, tout les lieux pouvaient servir de scène. Tu la regardes un instant alors qu'elle semble être en vive discussion avec un des serveurs de l'établissement et bizarrement, tu souhaites du courage à ce pauvre gars au vu de la voix pincharde de la nana.
Tu reportes finalement ton attention sur ton assiette sans plus te préoccuper de ce qu'il était entrain de se dérouler à quelques pas de toi. Avant de sursauter à une exclamation au et forte de la femme, te faisant lâcher tes baguettes dans tes ramens, manquant de peu de salir tes vêtements avec l'éclaboussure de la soupe.

Tu soupires en essuyant tes mains et et élevant alors toi aussi la voix afin que cette bonne femme puisse t'entendre. « Et ton silence il peut vaincre aussi ? » Tu sais que ce n'est pas très gentil, qu'il existe des moyens plus agréables pour le dire et sans doute avec plus de tact mais tu n'en avais pas envie. Pas aujourd'hui. Alors le tact irait se faire foutre très loin de Lakeview. « Certains aimeraient déjeuner en paix. » Toi en l’occurrence alors que tu en ajoutes une couche mais également les autres clients qui étaient venu pour manger et pas pour se faire agresser les oreilles par une gonzesse en pleine menstruation. Parce que ce tu ne pouvais croire que cette meuf semblait aussi chiante tout les jours de sa vie. Personne ne pouvait l'être. Même Quinn s'avérait être quelqu'un d'agréable selon les dires de Kaci, chose qui était encore à vérifier le jour où ta petite-amie accepterait d'officialiser publiquement. Soit pas avant des semaines ou des mois.

Mais pour en revenir à la situation présente, une fois l'attention de la femme détournée sur toi, tu lèves alors ton verre dans sa direction et retournes à tes sms que tu échangeais avec ta moitié ignorant alors cette femme à nouveau. Après tout, chacun avait des lubies et si la sienne était de foutre de la sauce piquante partout autant pour elle. Toi tu voulais juste déjeuner tranquillement, discuter un peu avec ta parfaite petite-amie et retourner bosser jusque dix-huit ou dix-neuf heures au vu de ce qui traînait encore dans la pile des urgences à traiter.


― made by hope ―

_________________

Toi et moi on est des âmes sœurs, c'est ce que tu dis, ce que tu m'as appris, c'est ce qui est vrai. Je t'aime à la folie, je ne peux me passer de toi... Maki

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : tearsflight + signa : anaelle
● Face claim : anushka sharma
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Lun 24 Juil - 2:54


Comme à chaque fois, Naina essayait de se mêler de ses affaires et comme à chaque fois, les gens y venaient y foutre leur nez. Nez moche, soit dit en passant. Par exemple ici, elle aurait compris que seul le japonais vienne lui chercher des embrouilles parce que bon, de la sauce piquante sur des sushis il fallait le faire. Mais à son sens, l’Indienne considérait qu’il aurait mieux fait de se taire et de ne rien dire. A chaque fois qu’elle entrait dans  un restaurant et qu’elle voyait qu’on manquait ouvertement de respect à un plat de son pays, ou mieux encore, que tous les Starbucks du monde avaient finis par adopter le « chai tea » elle n’en faisait pas tout un plat. Ou du moins, elle attendait d’être sortie pour le faire, elle ne s’affichait pas devant les gens et affichaient encore moins les gens. Oui, bon. Ca c’était un mensonge. Et c’était d’ailleurs ce genre de comportement qui décourageait Emilio de sortir en public avec Naina, pas parce qu’il avait honte, mais parce qu’il craignait toujours de la nouvelle victime de la jeune femme. On ne le dirait pas comme ça, mais elle était parfois ingérable. Mais pour en revenir au restaurant japonais, elle comprenait que l’employé du restaurant s’en prenne à elle, mais pas l’autre gringo qui n’avait visiblement aucune idée de qui se tenait devant elle. Attention, elle n’était personne et dans cette ville à part à cause du fait qu’elle soit bruyante et basanée, les gens ne la remarquaient pas. Mais elle était chiante et s’il pensait réellement que s’adresser à elle – surtout sur ce ton – allait la faire taire, c’était qu’il se mettait le doigt dans l’œil et bien profondément jusqu’au coude. Pour son bien comme pour celui du serveur qui n’avait pas quitté sa table, il ferait mieux de reculer.

La bouche en feu et les larmes aux yeux parce qu’elle venait clairement d’abuser sur la sauce piquante, et posa la bouteille. Outrée, abasourdie et surprise. Tout ça, mais pas une once de gêne parce qu’elle dérangeait les clients qui étaient venus manger en paix. Elle jeta d’ailleurs un regard autour d’elle pour voir si les autres partageaient l’opinion de l’étranger mal élevé et fini par lever les yeux au ciel en croisant le regard d’une femme, qui détourna les yeux quand ceux de l’Indienne se posèrent sur les siens. Lâche. Comme si elle n’avait pas assez faire avec l’histoire de la sauce piquante et de sa bouche en feu,  il fallait en plus que l’autre en rajoute. Elle eut un mouvement de recul, la faisant presque trébuchée si elle ne s’était pas rattrapée à sa chaise, lorsqu’elle vit le même jeune homme lever son verre dans sa direction. Choquée. Très bien. Deux options s’offraient à elle : ou bien elle décidait enfin de se reprendre et donc, de capituler en laissant tomber sa sauce piquante. Ou bien elle continuait de faire un peu plus son show. Amoureuse de la dramaturgie à cause des nombreux films qu’elle regardait – on passait le temps comme on pouvait – elle décida de continuer encore un peu plus.

Un sourire lui étira la bouche alors qu’elle prit le verre d’eau qu’il y avait devant elle, et mima le geste de l’inconnu un peu plus tôt. Elle porta le verre à sa bouche et croisa celui du japonais qui était venu jusque sa table pour l’embêter, levant les yeux au ciel quand ce dernier poussa un soupir de soulagement. Croyait-il. Elle se rassit sur sa chaise et attendit calmement – juste le temps que l’homme tourne les talons et que tous les regards arrêtent d’être braqués sur elle – et une fois que tout le monde ait l’attention détournée, elle se leva d’un petit bond. La bouteille de sauce qu’elle n’avait pas refermée dans sa main, qu’elle dissimulait derrière son bras, elle s’avançait comme si de rien n’était. « Au fait. » Dit-elle à l’attention de l’inconnu mal élevé une fois qu’elle arriva à sa hauteur. Avec une agilité poussée par la bêtise, elle versa une bonne quantité de sauce piquante dans le bol sur la table, le regard impassible qu’elle planta dans les yeux de celui qu’elle allait à présent emmerder. « Bon appétit. Je suis sûre que c’est bien meilleur comme ça. » Elle posa la bouteille sur la table du monsieur – elle n’en avait plus besoin vu comment elle en avait abusé – et tira la chaise en face de lui pour s’asseoir. Parce qu’en plus d’être sans gêne, elle était tout simplement insolente.

_________________
and now we are alive
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you.  If I lose myself I lose it all.› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mielle pops
● Face claim : Chace Crawford
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Ven 28 Juil - 10:39

Las ketchup

― Naina & Marcus ―

Pour une des rares fois où tu profitais d'un déjeuner seul, sans collègues, sans clients entre deux demi-journées de travail, voilà que tu n'arrivais pas totalement à trouver la paix puisque une cliente à décidé de ne pas tenir compte de savoir-vivre. D'ailleurs la-dite cliente s'est levée après que tu aies haussé la voix. Parce que non, elle ne te faisais pas peur. Ce n'était pas une personne comme une autre qui allait t'effrayer.
Tu souris quand elle prend place. Elle ne manquait pas de culot et tu aimais bien ça, ça changeait un peu de tout ceux qui courbe l'échinent devant ta famille. Avec beaucoup de chance tu risquais de l'apprécier. « Merci. » Tu regardes la bouteille de sauce, la prend dans tes mains pour voir quel genre de sauce c'était avant de la refermer et la poser sur la table. « Mais je vais devoir refuser votre proposition, je ne raffole pas de la sauce piquante dans les ramens. Je suis assez traditionnel par rapport à la cuisine. » Et bien que tu aimais essayer de nouveaux plats, faire des grands mélanges n'était pas ta spécialité non plus. Et puis, pas sûr que Kaci apprécie tes expériences, bien qu'elle semble vraiment apprécier quand tu lui fais goûter de nouveaux petits plats et que tu prends le temps de cuisiner.

C'était un de tes plaisirs aussi, de faire de délicieux repas pour ta moitié, pour continuer de la surprendre. Parce que tu n'as pas d'autres façon que d'exploiter ton goût pour l'art culinaire qu'en lui préparant des petits repas. Un de tes passe-temps aussi, avec celui d'être tout ton temps libre avec ta petite-amie. Peut-être que tu pourrais l'emmener manger ici, après tout, ce n'était pas mauvais, même excellent.
Tu continues tranquillement ton plat, et tant pis si cela paraît impoli mais la demoiselle qui a rejoint ta table n'avait qu'à prendre sa propre assiette. Toi tu n'avais pas le temps de glandouiller, tu avais un rendez-vous dans le début d'après-midi. Donc tu continuais de manger avec la compagnie que tu avais et pas prévu d'avoir.

Tu pousses doucement le pot de sauce piquante dans sa direction avec un sourire. « Une autre fois peut-être ? » Cela n'était pas un non définitif. Et puis tu usais d'un peu de sauce piquante dans tes plats plutôt mexicains ou créoles. « Si jamais on se recroise, on ne sait jamais ce que l'avenir peut nous réserver. » Tu hoches la tête de côté. Tu ne sais pas quand tu pourrais avoir l'occasion de la voir à nouveau mais après tout, Lakeview n'était pas si grande que cela. Peut-être que vos pas vont vous ramenez à vous recroiser. Dans une autre situation loufoque peut-être.

Tu finis tes ramens tranquillement, finissant ton verre de vin également, le posant vide sur la table. Croisant alors tes mains devant toi et regardant ton invitée. « Marcus et vous ? » Tu te rends compte que tu ne connais pas la femme en face de toi. Et que si elle reste discuter avec toi pendant que tu manges autant en profiter pour faire connaissance. Après tout, qu'est-ce que cela coûtait ? C'était toujours intéressant de faire de nouvelles rencontres. Tu aimais bien rencontrer des nouvelles personnes, simplement ce n'était pas toujours facile a cause de ton nom. Les gens te jugeaient du premier regard et bien souvent tu ne pouvais montrer qui tu étais vraiment.
Mais ce serait peut-être différent. Cette fille semblait différente et sans aucun doute amicale. Elle semblait se foutre un peu de tout et peut-être qu'elle ne te jugerait pas. « Parce que je ne vais vous appeler indéfiniment la trouble-fête. » Ou par tout autre nom qui pourrait la caractériser mais ce ne serait absolument pas poli.

― made by hope ―

_________________

Toi et moi on est des âmes sœurs, c'est ce que tu dis, ce que tu m'as appris, c'est ce qui est vrai. Je t'aime à la folie, je ne peux me passer de toi... Maki

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : tearsflight + signa : anaelle
● Face claim : anushka sharma
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Jeu 10 Aoû - 0:59


Ce qu’elle pouvait être emmerdante. Elle le savait, ses proches le savaient, le chat du voisin le savait. Tout le monde était donc au courant qu’elle était chiante, il n’y avait donc aucune raison pour que les personnes du restaurant ne soient pas au courant. En particulier l’inconnu qui avait cru bon de s’interposer, pas directement certes, mais il était le seul qui soit intervenu, ce que Naina appréciait moyennement. De plus, elle avait cette impression de le connaître mais n’arrivait pas à mettre le doigt sur qui il était. On pourrait penser que la ville de Lakeview n’est pas assez grande pour qu’on oublie les gens, surtout pour une habituée des grandes villes comme la jeune Indienne. Mais il fallait croire que ce n’était pas le cas parce que même si elle se creusait la tête, elle ne voyait plus du tout où est-ce qu’elle avait pu croiser le jeune homme. Tandis qu’elle prenait place devant lui avec son fidèle – et seul – ami la bouteille de sauce piquante, la brunette essayait de faire marcher son cerveau qui refusait tout bonnement de faire un effort. Son appétit avait été coupé quand l’autre con – pas celui qui est intervenu hein, le serveur – était venu la déranger, à la place, elle était surtout curieuse de savoir qui était cet inconnu. Elle le toisa rapidement du regard pour essayer de deviner sa profession à ses habits, peut-être que comme ça elle se souviendrait d’où est-ce qu’elle avait pu l’apercevoir par le passé. Peut-être avait-il effectué des travaux chez elle ? Pas possible, son costume valait beaucoup trop cher. Elle savait qu’il ne fallait pas juger les gens à leurs habits, mais il ne fallait pas être intelligent pour voir que deux de ses costumes suffiraient à racheter cet endroit. Tout ça pour dire qu’il avait l’air beaucoup trop riche pour sembler être seulement un ouvrier. Certes cela expliquerait pourquoi est-ce qu’elle ne se souvient de lui que très vaguement, mais non, ça ne devait pas être ça. « Oui, sûrement une autre fois. » Elle ne savait pas ce qui arriverait une autre fois, mais elle répétait automatiquement ce que venait de dire le jeune homme, toujours perdue dans ses pensées.

Elle en fut tirée lorsqu’elle entendit du bruit qui provenait de la table où elle était installée quelques minutes plus tôt, et leva les yeux au ciel tellement fort qu’elle cru que ses yeux allaient rester bloqués. Elle le savait qu’elle était désagréable mais ce n’était pas non plus la peine de se plaindre dans sa barbe et de lancer des coups d’yeux dans sa direction. Elle avait limite envie de lui tendre son majeur pour qu’il puisse voir à quel point qu’elle appréciait le fait qu’il continue de parler d’elle, même après qu’elle ait décidé de la fermer, mais n’en fit rien. Elle n’était plus seule à présent et il valait peut-être arrêter de se faire remarquer. « Crétin. » Souffla-t-elle en se fichant qu’il ait entendu ou pas. Elle tourna la tête vers l’inconnu du restaurant japonais qui finissait tout juste de manger. Naina ignorait depuis combien de temps elle était dans ses pensées, mais au moins ça avait permit au jeune homme de manger en paix comme il le voulait. Un sourire étira le visage de l’Indienne lorsqu’il se présenta, comme si le fait de connaitre son prénom allait l’aider à y voir plus clair dans ses recherches, mais en fait c’était tout le contraire. A moins d’avoir oublié des gens dans sa courte vie, elle ne connaissait personne du prénom de Marcus. A vrai dire, elle ne connaissait pas grand monde, mais même. « La trouble-fête j’aime bien, on m’a déjà appelé pire. » Elle haussa les épaules en partant d’un petit rire et se pencha  jusque la table voisine en étendant le bras pour récupérer la bouteille de vin qu’ils n’allaient pas finir. Du moins, pas tant que la brunette serait là. « Je vais bientôt mourir et ma dernière volonté c’est votre bouteille. Vous n’allez tout de même pas enlever à boire dans la bouche d’une mourante ? » S’enquit la jeune femme avant même que la personne n’ouvre la bouche pour protester. Elle se redressa sur sa chaise et se saisit du verre à présent vide de Marcus pour se servir un verre et prit la parole. « Naina. Et si on vous demande, je vais bientôt mourir. » Un petit signe de tête vers la table dont elle venait de dérober la bouteille et prit une gorgée de son verre. Cheap. « C’est bizarre, j’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part. Et même si au fond de moi j’espère que vous êtes un inspecteur sur le point de faire fermer ce restaurant, je sais que ce n’est pas le cas. Vous êtes avocat ? Vous avez une tête à être avocat en tout cas. Ou alors c’est le costume qui parle. »

_________________
and now we are alive
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you.  If I lose myself I lose it all.› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : mielle pops
● Face claim : Chace Crawford
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Mer 23 Aoû - 16:09

Las ketchup

― Naina & Marcus ―

Dans sa façon d'annoncer les choses, tu ne savais pas comment prendre en compte les mots de ta vis-à-vis. Elle était sérieuse ou elle plaisantait ? « Une mourante ? » Tu ne pouvais le dire et tu te posais un peu la question. Tu préfères quand même en sourire un peu, te disant qu'elle le prenait avec le sourire donc soit elle se moquait des gens soit elle vivait très bien avec ce fait. « Étrange façon que de passer ses derniers instant comme ça. » Tu rigoles un peu à sa façon de faire, sans gêne totale. Et ce qu'elle ajoute ensuite, tu fais encore plus rire. Oui, vraiment sans gêne. Jamais tu n'aurais fait la même chose qu'elle.

Naina. Prénom étrange, tu ne saurais dire d'où mais cela sonnait plutôt bien. Tu hausses un sourcil. Elle ne te connaissait pas, ou ne t'avais pas reconnu. Ce n'était pas courant ici mais c'était somme toute agréable. Après tout, elle ne te jugerait pas par nom de cette façon. A moins qu'elle ne s'attende pas à croiser quelqu'un comme toi dans le quartier et que cela ne lui vienne pas à l'idée que ce soit un Dixen en face d'elle.
Tu souris en finissant ton verre de vin. Oui, en général, pour ceux qui s'intéressaient moins à ta famille, on disait juste que c'était un air de déjà vu, déjà croisé quelque part. Ce qui n'était pas étonnant puisque qu'en tant que fils de famille fondatrice de la ville, tu avais un peu le devoir d'être présent un minimum à tout ce qui était organisé. « C'est fort possible. Je suis souvent présents aux évènements de la ville. » Si ce n'était pas pour dire à tous. Bien que le dernier, la fête des fondateurs et le bal à eu un déroulement assez intéressant pour toi. Tu as passé pas mal de temps dans une salle à part à câliner Kaci plutôt qu'à te montrer.
« Je peux ? » Tu montres la bouteille de vin qu'elle a chipé sur l'autre table et n'attends pas sa réponse pour te servir un nouveau verre. Tu souris en entendant ses propositions et son rapport au costume que tu portes. Oui, tu fais un métier qui est en rapport. Bien que tu aimerais plutôt passer ton temps habillé d'un jean et d'une chemise simple ou tee-shirt comme tu le faisais le reste du temps que tu ne passais pas au bureau. « Ni inspecteur, ni avocat. » Loin de là. Tu étais plutôt dans une branche moins prestigieuse de l'économie américaine. Après tout, les multimilliardaires étaient souvent critiqués, et leurs boulots encore plus. Les riches s'enrichissant sur le dos des plus pauvres.

« Lorsque vous entendez le nom Dixen, vous pensez à quoi ? » Tu croises les mains sur la table et regarde Naina avec sérieux, bien que le sourire en coin était toujours là. Savoir ce qu'elle pouvait penser de ta famille. Savoir aussi si elle allait faire un et un dans sa tête alors que tu annonçais ton nom de famille sans vraiment dire que c'était le tiens. « Qu'est-ce qui vous viens en tête en premier ? » Au moins tu verrais un peu à quoi t'en tenir avec Naina. Bien que tu aies l'impression qu'elle en a rien à foutre de qui tu es exactement. Comme elle ne t'a pas reconnu, au contraire des trois quart des habitants de la ville. C'est ça aussi que tu aimerais parfois. Passer inaperçu dans la foule, avoir la vie de Monsieur Tout-le-monde. Ne pas être jugé sur des rumeurs et des on-dit.

― made by hope ―

_________________

Toi et moi on est des âmes sœurs, c'est ce que tu dis, ce que tu m'as appris, c'est ce qui est vrai. Je t'aime à la folie, je ne peux me passer de toi... Maki

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : tearsflight + signa : anaelle
● Face claim : anushka sharma
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Las ketchup || ft my boi Marcus    Sam 16 Sep - 21:52


Naina aurait pu trouver une meilleure excuse, mais c’était la seule qui lui était venue à l’esprit. Et de toute façon, elle n’avait même pas envie de chercher plus loin, se disant que rien de ce qu’elle aurait pu inventer aurait réussit à surpasser celle-là. Elle adressa un sourire qui se voulait complice au jeune homme en face d’elle pour qu’il marche dans son jeu, et hocha doucement la tête face à son air surpris. « Oui mais au moins ça évite les questions parce que ça met les gens mal à l’aise, alors moi ça m’arrange. » Répondit l’Indienne sur le même ton que Marcus en se servant un verre qu’elle porta à sa bouche avant de déposer la bouteille sur la table. De toute façon, avec l’excuse qu’elle avait sortit il n’y avait pas de risque pour qu’on la lui réclame, maintenant ils devaient avoir trop peur d’attraper le même microbe qu’elle et de mourir dans les prochaines 24 heures. Toujours est-il qu’elle aurait aimé avoir pu immortaliser la tête qu’avait pu faire les personnes de la table d’à côté lorsqu’elle se servit. Elle était sûre que c’était le genre de chose qu’on aimerait pouvoir figer à l’infini, même si c’est avec un Kodak qu’elle devait recharger avec une pellicule, à l’ancienne. [NDLR : niquez-vous on fait comme on peut.]

Sa curiosité l’obligeant à ouvrir sa bouche, elle ne pu s’empêcher de poser des questions – qui pouvaient paraître stupide – pour donner comme un coup de pouce à sa mémoire afin qu’il se rappelle d’où il avait bien pu voir Marcus. L’air sérieux, elle commença à faire des suppositions dans les plus farfelues les unes que les autres. Même si outre l’inspecteur qu’elle proposait comme métier, avocat aurait pu totalement passer. Naina s’imaginait déjà le jeune homme en train de plaider au tribunal devant un juge ou ce genre de chose, il avait une bonne tête à faire ça. « Aux évènements de la ville ? Non, je n’assiste pas à ce genre de chose, je préfère perdre mon temps chez moi plutôt que d’entourée d’une bande de crétins. » Ce qui était vrai. Elle ne s’était rendue qu’aux évènements de la ville qu’à deux reprises. La première : elle s’est retrouvée enfermée dans les vestiaires à gonfler des préservatifs en compagnie de Nix. Il était d’ailleurs la seule raison pour laquelle elle y était allée ; en blague – parce que l’Indienne a beaucoup d’humour – elle l’avait inscrit au speed-dating avant de le laisser dans son merdier. Elle avait prétexté un oubli, comme quoi elle n’avait pas pensé à s’inscrire à la même occasion que lui et qu’il était trop tard. A la fin de la soirée ils avaient fini par voler des gâteaux avant que le salon de thé ne prenne feu. La deuxième fois, elle avait mangé des cupcakes toute la soirée et avait passé la soirée dans les toilettes à faire un tutorial sur periscope pour montrer aux gens comment aller aux toilettes lorsqu’on portait  une soirée traditionnelle indienne. [NDLR : gros merci à toute la production derrière ce petit DIY. Notamment à Pandora pour son cadrage et à Emilio pour sa patience. On dira ce qu’on veut mais il sait bien surveiller une porte.] Il n’y avait aucun doute, elle savait comment faire la fête quand on voyait comment se terminer chacun des évènements auxquels la jeune femme assistait.

Naina se contenta de faire un petit signe de la main lorsqu’il prit la bouteille pour se servir un verre à son tour, tandis qu’elle continuer de chercher. « Donc ni inspecteur, ni avocat. » Une main sous son menton pour signaler qu’elle réfléchissait vraiment, elle reprit la parole au bout de quelques secondes. « J’ai envie de tenter plombier parce qu’on sait jamais, faut pas se fier aux apparences. » D’une main distraite, elle commença à jouer avec le pendentif qu’elle avait d’accroché à la petite chaîne qu’elle avait au cou, avant d’essayer de réfléchir encore plus intensément. « Dixen ? Ah mais oui ! » Les yeux grands ouverts comme si elle venait d’avoir une révélation, elle se dit que si elle faisait au moins semblant de savoir qui il était, peut-être que ça la reviendrait. Mais non. « Ouais, en fait non. Ca ne me dit absolument rien. Mais j’imagine que vous êtes une figure importante la ville pour supposer que je vous reconnaisse rien qu’à votre nom de famille. » La jeune femme porta son verre à sa bouche pour en prendre une gorgée et le reposa devant elle, un mince sourire étirant ses lèvres. « Alors, c’est quoi votre histoire ? Vous êtes libres de vous inventer une vie, de devenir inspecteur, avocat ou même fakir. »



_________________
and now we are alive
These four lonely walls have changed the way I feel. The way I feel, I'm standing still. And nothing else matters now, you're not here. Where are you ? I've been calling you ? Where else can I go ? Memories turn to dust, please don't burry us. I got you.  If I lose myself I lose it all.› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
 
Las ketchup || ft my boi Marcus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Myrtle Creek :: Yokatomo Sushi-