AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 It's been a longtime whitout you feat Averell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : tag
● Face claim : sebastian stan
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: It's been a longtime whitout you feat Averell   Mar 4 Juil - 11:30


La journée avait été une fois de plus longue. Je marchais un peu mieux, mais ça me faisait toujours mal dans la jambe dès que je bougeais, alors je gardais une béquille pour me soutenir. J'avais parfois l'impression d'être un grand-père et je devais encore passer d'autres examens dans quelques jours, mais je n'étais pas inquiet pour ça, non ce qui m'inquiétait c'était que je n'avais pas revu Averell depuis quelques jours maintenant et ce n'était pas normal. Il venait pratiquement tous les jours me voir et du jour au lendemain plus rien, même plus un petit sms pour me dire qu'il m'aimait. Je commençais à craindre le pire. Je me suis donc décidé à aller directement le voir. Je ne pouvais pas rester sans nouvelles. Je deviendrais dingue. Je suis allé chez lui, ça m'a pris une bonne heure pour faire la route à pied, en temps normal je mets moins de temps, mais vu que je suis éclopé …Je suis arrivé chez eux mais il n'y avait personne. Étrange. Un des voisins m'a alors dis qu'une ambulance était passé et qu' Averell était dans un état critique. Ils ne savaient pas ce qui s'était passé. Je suis devenu blême, qu'est-ce que cette folle lui avait fait ? Je savais qu'elle l'avait déjà poignardé, j'imaginais donc le pire. Je me maudissais de ne pas pouvoir courir. J'ai marché vite, me fichant de la douleur, tandis que je me dirigeais vers l’hôpital de Lakeview. J'ai fini par faire du stop et au bout de quelques minutes quelqu'un m'a laissé monté. Il m'a conduit jusqu'à l'entrée de l’hôpital. Là j'ai demandé le numéro de la chambre d'Averell. Ils venaient de le ramener dans sa chambre. Ils m'ont indiqué le numéro et avant qu'ils ne me disent que je ne pouvais pas y aller, j'ai filé, en boitant, mais ça m'était égal. Je voulais le voir. Je suis entré dans la chambre et je me suis arrêté en voyant sa femme … j'ai vu l'état de mon amant et j'ai regardé Félicity avant de lui demandé comment elle pouvait être là, j'étais persuadé que c'était à cause d'elle qu'il était dans cet état là. Il m'avait déjà confié que c'était à cause d'elle qu'il avait cette cicatrice sur son ventre. Elle a fait comme si de rien était et je n'ai pas vu son petit jeu. Elle n'attendait que ça que je m'énerve contre elle. Et je me suis énervé. J'ai fini par lui sauter à la gorge littéralement. J'étais prêt à l'étrangler, ce n'était pas vraiment ce que j'aurais du faire, mais je ne pouvais pas m'empêcher. Elle le méritait tellement. Les infirmiers sont arrivés entendant les cris qu'elle poussait . Ils m'ont séparé, ils étaient à trois sur moi tellement j'étais énerve. Et puis cette saloperie à fini par leur dire que c'était de ma faute, que c'était moi qui avait tabassé son mari par jalousie. Je suis resté sans voix, non seulement elle savait sûrement pour nous deux, mais en plus elle m'accusait de ses crimes. Je n'ai pas vraiment pu dire quoi que se soit. J'avais beau clamer mon innocence la police est arrivé et ils m'ont arrêté. Ils m'ont passé les menottes et j'ai passé quarante-huit heures en garde à vu et puis ils l'ont prolongés,

Mon frère à fini par payer la caution pour me sortir de là, et il m'a annoncé que la femme d'Averell avait déposé une injonction d'éloignement à mon égard. Je ne pouvais pas approcher Averell ou je risquais de me faire de nouveau arrêter. Je ne pouvais pas imaginer rester loin de lui cependant et je devais le voir. Je ne comprenais pas pourquoi il n'avait pas dit que j'étais innocent, je ne serais pas resté aussi longtemps. J'étais fatigué et je devais me faire de piqûre d'antidouleur pour supporter ma jambe. Je n'ai pas écouté mon frère. Je suis allé voir Averell. Il était encore à l’hôpital. Je me suis introduit avec difficulté dans l'établissement. J'ai même piqué une tenu d'infirmier pour passer incognito. Quand je suis arrivé dans sa chambre, j'ai pris soin de vérifier si sa femme n'était pas là, j'ai fermé les stores  et j'ai coincé la porte avec une chaise. Il dormait encore, mais j'espérais qu'il allait bien, il était encore bien amoché et je ne comprenais pas qu'elle put lui faire ça. Je n'avais pas beaucoup de temps. Je me suis assis à ses côtés et je lui ai pris la main. Je ne comprenais pas comment on en avait arrivé là et j'ai senti sa main bouger. Il a ouvert les yeux.

« Avi … je n'ai pas beaucoup de temps. Ta femme m'a assigné une injonction d'éloignement. Je n'ai pas le droit d'être là mais je devais venir. Je ne sais pas ce qu'elle t'a mis dans la tête, mais je ne suis pas responsable … je t'aime … »

Et c'était dur de le voir dans cet état, c'était dur d'être loin de lui de ne pas être à ses côtés et de ne pas savoir pourquoi il ne m'avait pas défendu. Sa femme était un monstre et elle était en liberté alors que moi j'avais eu le droit à être enfermé. Je supporterais pas de le perdre.

_________________

In the end, you will always kneel
You must be truly desperate to come to me for help. What makes you think you can trust me?

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : //
● Face claim : Chris Pine
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Lun 24 Juil - 18:18

Averell poussa un large soupir. Son épouse était terriblement énervée et il était bel et bien conscient qu'il ne s'en sortirait pas sans une bonne dispute cette soirée-là. Mais après les cris, les coups de poings et de pieds qu'il était parvenu à éviter, il ne s'attendit pas à ce que Felicity lui parle de Sam. Comment le savait-elle? Elle lui expliqua les avoir surpris à l'hôpital lorsque Sam était accidenté, en train de se bécoter. Averel déglutit bruyamment face à cette information, et en resta bouche-bée, muet comme une carpe, ne sachant quoi dire. Felicity lui indiqua ensuite qu'elle était prête à lui pardonner s'il lui promettait qu'il l'aimait elle et pas cette pute de Sam et qu'il ne le reverrait plus jamais. Ce furent les mots de trop. "Je ne t'aime plus, Feli', tu fais de ma vie un enfer! J'ai beau vouloir ton bonheur, je commence à comprendre que ce sera impossible! T'es pas malade, t'es juste une grosse taré!" hurla-t-il à l'attention de la quinquagénaire, la colère s'emparant totalement de son être.

Etrangement, son épouse ne bougea pas de suite, mais sans qu'il ne put réagir, quelque chose le frappa de plein fouet, en pleine tête. Un objet lourd. Très lourd. Il vacilla et, groggy, se retrouva à terre, peinant à garder les yeux ouverts, se battant pour prendre la parole et calmer la furie qui s'était emparé du corps de sa femme. Sa bouche n'eut le temps d'articuler aucun son que des coups pleuvaient, les uns après les autres, tous d'une force extraordinaire. Heureusement, il protégea sa tête de ses mains, mais, malheureusement, bientôt, Averell embrassa les bras de l'inconscience.

Ce ne fut que bien plus tard... Des jours sans doute, qu'il se réveilla, dans un lit d'hôpital. Il observa la pièce, drogué d'anti-douleurs, il ne savait pas où il se trouvait. Le premier visage qui se présenta à lui fut celui d'un infirmier, puis celui de sa femme. Lorsque le trentenaire demanda quels lugubres événements l'avaient mené dans ces lieux, elle lui raconta que Sam, foux furieux de jalousie parce que le secouriste avait décidé de demeurer auprès de son épouse, l'avait frappé à ce point. Avi ne la crut pas, mais il décida de ne pas s'en faire pour le moment: il était épuisé, incapable de réfléchir et son épouse était si tendre et si gentille avec lui. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas été aussi douce alors ... En simple être humain, il désirait profiter de ces moments.

Un jour, alors qu'il dormait sereinement, il entendit un bruit provenir du coin opposé de sa chambre. Il tenta d'ouvrir les yeux, mais n'y parvint pas de suite. Ce ne fut que lorsqu'il sentit une main sur la sienne, qu'il bougea et força son corps à obtempérer.

"Sam..."
souffla-t-il doucement en découvrant l'homme se tenant à ses côtés. Il parlait doucement et racontait des choses qu'Averell ne comprenait pas. "Ne t'en fais pas, je l'ai pas crue, je sais que tu m'aurais pas fait ça..." souffla-t-il simplement. "Mais je me souviens pas de ce qui s'est passé... Tu le sais toi?" demanda-t-il avec sincérité et crédulité. "Tu sais pourquoi Felicity pense que c'est toi le responsable? Elle m'a dit que tu étais venue ici et que tu l'avais frappée... Pourquoi t'as fait ça? Elle prend soin de moi, maintenant... Il ne faut pas lui faire du mal..." articula-t-il, les yeux à demi fermés, tenant de plus en plus fort la main de son amant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : tag
● Face claim : sebastian stan
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Ven 28 Juil - 18:36

J'étais soulagé, il ne me croyait pas coupable. J'ai souris. Sérieusement pourquoi est-ce que je ne pouvais plus l'approcher s'il ne me croyait pas coupable je ne comprenais pas. Il me dit qu'il ne se souvenait pas de ce qui s'était passé. J'ai cru que j'allais avoir une crise cardiaque quand il m'a dit qu'elle prenait soin de lui. C'était une blague j'espérais. C'était elle qui l'avait agressé et attaqué, il en était presque mort et il ne la pensait pas responsable. Je n'arrivais pas à y croire. Je savais ce qui s'était passé. Elle avait découvert notre petit secret et elle s'était vengé.

« Tu rigoles j'espère … c'est de sa faute si tu es là. Elle t'a attaqué, tu ne t'en rappelles vraiment pas ? Je crois qu'elle est au courant pour nous deux ... »

Ce n'était même plus croire, j'en étais pratiquement sur puisqu'elle m'avait collé une injonction d'éloignement. Je ne savais pas comment on en était arrivé là. Certes je l'avais frappé, mais je n'arrivais même pas à m'en vouloir. Elle le méritait tellement.

« Oui je l'ai frappé. Elle m'a provoqué et j'en avais marre qu'elle s'en sorte toujours à si bon compte, résultat elle m'a fait arrêté, j'ai passé plus de quarante huit heure en garde à vue et elle m'a collé une injonction d'éloignement contre toi et contre elle, mais je me fiche de ne pas m'approcher d'elle … c'est pour nous que c'est plus compliqué. Je n'ai même pas le droit d'être là. Je risque de me faire arrêter encore une alors s'il te plaît avi … Je ne comprends toujours pas pourquoi tu tiens tant à rester avec elle mais … dis leur la vérité. Je ne veux pas te perdre ... »

Je lui tenais la main, je n'étais pas sensé le faire et je craignais que les médecins ne finissent par me voir. Je ne voulais pas retourner en garde à vue, j'avais eu mon compte, mais je ne pourrais rien faire contre ça.


Autant que je lui dise les choses. Je ne pouvais plus lui mentir de toute manière, ça risquait d'éclater au grand jour.

_________________

In the end, you will always kneel
You must be truly desperate to come to me for help. What makes you think you can trust me?

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : //
● Face claim : Chris Pine
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Ven 28 Juil - 19:30

Avi leva doucement les yeux sur son amant, le regardant tendrement, mais avec tristesse.
"Je comprends pas... C'est elle qui m'a fait ça?" Pourquoi ne parvenait-il pas à s'en souvenir. Tout était flou. Le trentenaire se rappelait une dispute assez violente avec son épouse, mais il ne parvenait pas à voir les détails de l'affaire. Il se concentra, tentant de se les remémorer, mais rien ne venait. Bien sûr, il n'avait pas oublié que Felicity le battait, mais depuis cet "accident", elle avait l'air si douce. Se pourrait-il qu'il soit tellement atteint qu'il se soit enfermé dans une bulle remplie de mensonges? Il e savait, au fond de lui, que ce ne pouvait être qu'elle, avec ses accès de jalousie et de folie. Mais, au fond, il l'avait rêvée, sa vie normale avec une famille aimante, une mère pour sa fille et plus aucune prise de tête. Tel que c'était il y a des années.
Il poussa un large soupire, se calant contre ses oreillers, tentant de garder contenance tandis que Sam lui expliquait ce qui s'était produit. Ce fut lorsqu'il eut fini de parler que le secouriste ne put se retenir et des larmes commencèrent peu à peu à couler le long de ses joues pâles.

"Je suis désolé, Sam, je comprends pas;.. Je suis paumé... Dis-moi... Dis-moi ce que je dois dire et à qui? De quelle vérité tu parles? Je n'ai vu personne d'autre que les médecins et Felicity depuis le début... Je ne savais même pas que tu avais été arrêté. Je comprends pas... Pourquoi?" Il pleurait vraiment parce qu'il avait mal partout malgré les anti-douleurs et qu'il était sans une impasse, ne comprenant pas ce qui était en train de se produire, ce qu'il était en train de vivre. "C'est quoi la vérité? Dis-moi...."

Toute cette histoire lui donnait mal à la tête et la nausée. Il leva les sourcils pour regarder plus attentivement son homme et s'assurer que celui-ci le comprenait bien. "Embrasse-moi, Sam..." souffla-t-il ensuite doucement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : tag
● Face claim : sebastian stan
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Ven 28 Juil - 20:03

C'était compliqué. J'ai soupiré et j'ai passé ma main sur mon visage.Je ne savais pas comment je pouvais lui faire accepter ça. S'il refusait de croire que sa femme l'avait mis dans cet état j'étais mal parti et je n'étais pas sorti de l'auberge. Ça me déplaisait de le voir dans cet état là. Je me suis rapproché de lui un peu plus quand j'ai vu ses larmes couler. J'avais envie de le prendre dans mes bras. On ne s'était pas vu depuis longtemps avec mon accident et on n'avait pas passé de moment intime depuis une éternité. J'avais du mal à rester loin de lui longtemps et donc ça me faisait énormément de mal de le voir craquer. J'ai serré ma main dans la sienne. Il me demandais de lui dire la vérité mais je n'étais pas sur qu'il comprenne tout ce que j'allais lui dire où qu'il veuille l'accepter. Pourtant il voulait la vérité alors il devait l'avoir même si ça ne lui plaisait pas. Je lui ai donc dis :

« La vérité c'est que depuis le début ta femme te mène par le bout du nez. Elle te frappe et si tu te retrouve là ce soir c'est parce qu'elle y a été plus fort que d'habitude et elle m'a fait accusé parce que je me suis énervé quand j'ai vu jusqu'où elle avait été. Je suis revenu parce qu'il faut que tu dise à la police que je ne t'ai pas agressé, tu dois leur dire qu'elle te bats et que ce n'est pas la première fois. Si tu ne le fais pas elle va te faire vivre un enfer. »

J'étais persuadé qu'elle ne serait pas gentil avec lui tant qu'il serait encore amoureux de moi et qu'il ne serait pas loin. J'étais sur qu'elle ferait tout pour m'éliminer de son chemin et qu'elle irait jusqu'à me tuer. Elle était frappée. J'ai soupiré quand il m'a dit qu'il se fichait de ce que j'avais pu faire avant. Il ne comprenait pas ce que ça impliquait. J'ai fermé les yeux et j'ai répondu :

« Écoute chéri … tu ne comprends pas. Je n'ai plus droit d'être près de toi. Si on me voit à moins de cinquante mètre de toi ils peuvent m'arrêter et ils le feront … Je t'aime tu le sais … je ne ferais jamais rien contre toi tu le sais aussi. »

J'ai souris quand il m'a demandé de l'embrasser. J'ai passé ma main sur son visage et je suis venu l'embrasser tendrement. Je ne voulais pas le quitter maintenant que je l'avais presque retrouvé, mais je ne pouvais pas rester très longtemps, j'avais pourtant tellement de chose à lui dire.

_________________

In the end, you will always kneel
You must be truly desperate to come to me for help. What makes you think you can trust me?

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : //
● Face claim : Chris Pine
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Dim 30 Juil - 12:30

Averell se sentait perdu. Ce n’était encore jamais arrivé que le secouriste se sente si démuni de toute son existence, pourtant il en avait vécu des vertes et des pas mûres lors de sa vie. Des larmes coulaient le long de ses joues et il ne saurait dire exactement pourquoi : peut-être parce qu’il faisait enfin face à la sombre vérité, ou bien parce que Sam souffrait et que c’était la seule chose dont il avait la plus grande crainte sur cette terre. Et lui, il était là, sur ce lit d’hôpital, bercé par l’illusion que ce n’était pas de la faute de son épouse. Sam était même en train de lui rappeler ce qu’il supportait jour après jour et les coups ainsi que les humiliations dont il était quotidiennement la victime…

Fébrile, il laissa les informations parvenir à ses oreilles avec difficulté. Il n’avait pas envie d’entendre tout cela, ce n’était que des problèmes et cela lui rappelait qu’ils ne pourraient jamais être heureux. Pas tout de suite en tous cas et pas si le secouriste ne prenait pas une décision radicale immédiatement. Plus Avi attendrait, plus le  bonheur s’éloignerait…. Et à très grands pas. Il avait tout intérêt à agir, mais que pouvait-il faire de ce lit d’hôpital ? Il savait ce dont son épouse était capable… et ici, il était à sa merci la plus totale.

« Je dirai tout... » déclara-t-il finalement. Il risquait de tout perdre : Maria, sa famille et Sam. Il fallait qu’il réagisse avant qu’il ne soit trop tard et que le désespoir ne le ronge jusqu’aux os.

Et enfin, les lèvres de Sam vinrent goûter aux siennes. Les deux hommes échangèrent un long et doux baiser, si délicat. Averell en ressentait des étoiles dans le ventre.  « Je t’aime aussi, Sam... » souffla-t-il tandis que son amant s’écartait légèrement de lui. Puis, les joues extrêmement rouges et les yeux mis-clos, des larmes encore présentes sur ses joues, il demanda, timidement : « Dis, si je la quitte, tu ne m’abandonneras jamais, hein ? » C’était de l’ordre du murmure, si faible et pourtant si intense. « Tu m’épouseras, dis ? Tu m’épouseras ? » Il ferma les yeux, la fatigue l’emportant même s’il se refusait à dormir, pas alors que Sam était là...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : tag
● Face claim : sebastian stan
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Dim 30 Juil - 13:39

Je n'avais jamais vu Averell aussi mal en point. Il me faisait peine à voir. Je détestais qu'il soit malheureux parce que s'il n'était pas heureux je ne l'étais pas non plus. Nous étions liés, nos âmes étaient liés entre elles et ont ne pourrait jamais être heureux s'il restait avec sa folle furieuse de femme. J'espérais qu'il s'en rendrait compte. J'espérais qu'il se sauverait de ses griffes, parce que je ne pourrais pas le faire pour lui. Il allait devoir se sortir tout seul de là. C'était ce que j'essayais de lui faire comprendre. J'avais déjà fait tout ce que je pouvais. Je ne pouvais pas envisager de la tuer ça ne résoudrais rien. Ça ne ferait qu'empirer les choses et je n'étais pas un assassin. Je voulais juste que les choses se fasses de la plus normal des façons. J'avais déjà assez de soucis avec la justice comme ça. Il dirait tout. J'espérais qu'il le ferait mais j'étais sur que oui. J'avais entièrement confiance en lui. Je l'ai embrassé espérant que ça le calmerait un peu. J'ai séché quelques larmes sur sa joue et je l'ai regardé. Je l'aimais tellement. Je ne savais pas comment j'avais tenu toutes ses années sans le lui dire. Je l'ai regardé et j'ai haussé les épaules comme si c'était une évidence. Évidement que je ne l'abandonnerais pas.

« Bien sur que non je ne t'abandonnerais jamais. Je t'aime pour toujours. »

Je l'ai regardé de nouveau étant assez surpris par sa question. J'ai souris et je l'ai embrassé de nouveau.

«  Oui, bien sur que oui je compte bien t'épouser quand tout ça sera fini. Je deviendrais monsieur Dilten. »

Il devrait évidement divorcer de sa femme et ça risquait d'être assez long si elle décidait de nous mettre des battons dans les roues et j'étais persuadé que ça sera le cas. D'ailleurs j'ai tourné la tête quand j'ai entendu la poignée de porte bouger. Ils étaient là. J'ai soupiré. Je n'avais pas envie de partir, je n'avais pas envie de le laisser là. Je tenais encore la main d'Averell et avant qu'ils n'entrent je lui ai dis :

«Ne m'oublie pas. Ne me laisse pas tomber mon cœur. »

J'avais peur qu'il finisse par m'oublier si je ne venais pas le voir, que sa femme ai trop d'emprise sur lui et qu'on ne puisse plus du tout se voir. Je savais ce que je risquais et ça me faisait terriblement mal de penser à tout ça. Des policiers étaient avec Félicity. Elle souriait sans doute satisfaite de me voir arrêter. Ils m'ont passé le menottes mains derrière le dos. C'était terminé.

_________________

In the end, you will always kneel
You must be truly desperate to come to me for help. What makes you think you can trust me?

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : //
● Face claim : Chris Pine
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's been a longtime whitout you feat Averell   Mar 1 Aoû - 20:21

Averell ne pouvait pas s'imaginer de perdre Sam, pas à présent qu'ils étaient si liés. Il l'aimait trop pour le voir s'en aller à tout jamais et c'était bel et bien pourtant ce qui risquait d'arriver... Mais il était tellement fatigué, il avait tellement mal... Trop pour se concentrer et pour penser à l'avenir, au divorce et à tout ce qui risquait de se produire dans les mois prochains. Cependant, alors que ses yeux se fermaient tous seuls, il sourit en entendant la douce voix de son amant lui affirmer qu'il ne l'abandonnerait jamais et qu'il l'épouserait même. Etait-ce une demande en mariage acceptée?

A demi dans le sommeil, il ne rouvrit les yeux qu'en entendant la porte s'ouvrir et plusieurs personnes surgir dans la chambre. Il n'eut pas le temps de dire un mot pour répondre à Sam tandis que Felicity s'approcha d'eux. Il vit des policiers mettre des menottes aux poignets de l'homme qui lui était le plus cher au monde.

"Laissez-le!" s'exclama-t-il en s'agitant sous les draps. Mais il lui était impossible de se redresser, son corps ne voulait pour le moment pas lui obéir. "Il a rien fait, laissez-le!" continua-t-il. Ce fut à cet instant que son épouse, l'air victorieux et sous le regard de Sam, vînt jusqu'au secouriste et se pencha au-dessus de son lit d'hôpital. Elle lui caressa tendrement la joue. "Me touche pas..." la repoussa-t-il. Tout n'était pas clair dans son esprit, mais il avait compris qu'il ne devait plus se laisser avoir par la soit-disant gentillesse et tendresse de Felicity. Elle ne redeviendrait jamais la femme qu'il avait épousée. Peut-être même qu'elle ne l'avait jamais été. "Chut, mon coeur..." souffla-t-elle en l'embrassant sur le front. "Tout va bien, il ne te fera plus de mal." Et sur ses mots, au lieu de défendre corps et âme Sam, au lieu de se battre, Averell se mit à pleurer. Toutes les larmes qu'il avait retenu durant ces longues années... Il n'y pouvait rien, il n'avait pas la force...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
It's been a longtime whitout you feat Averell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove :: St. Anthony Hospital-