AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Jamie Campbell Bower
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Mer 5 Juil - 17:33

Shooting, stress et amitié ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
― Eileen & Charlie ―

Tu regardais encore l'adresse sur le papier. Adresse donnée par Eileen quelques jours plus tôt. Enfin, qu'elle t'avais envoyé par sms et que tu avais noté sur un post-it afin de peser le pour et le contre. C’était le pour qui l'avait emporté. Le pour qui signifiait que tu allais participer à un shooting photo. Chose que tu ne te serais jamais vu faire, ni avant et encore moins aujourd'hui. Pourtant tu allais le faire. Toi, l'aphasique, le débile, l'handicapé. Tu allais faire des photos. Enfin non !
Tu venais d'abord pour jeter un œil. Parce que tu n’étais toujours pas convaincu que tu pourrais poser, tu ne pensais pas que tu allais convenir, pour toi, tu étais trop grand et trop maigre pour rendre une photo jolie. Tu as déjà tenté de le dire à Eileen mais à chaque fois elle a fini par te rembarrer...

Tu as mis beaucoup de temps avant de te décider à venir. Assez de temps pour avoir plusieurs fois écrit un sms disant que tu avais un empêchement avant de l'effacer et finalement ne jamais l'envoyer.
Puis au final, tu as accepté, tu ne sais pas comment ni pourquoi. Peut-être que c'était d'avoir passé du temps avec Sasha peu de temps avant d'accepter, que le blond t'influençait doucement sur des choix que tu pourrais et aurais fait des mois plus tôt. Avant ton accident. Avant toute la merde que tu vivais actuellement. Une merde sans nom qui semblait empirer au fil des semaines qui passaient. Et pourtant qui te semblait plus supportable depuis que tu parlais régulièrement à Sasha, bien que tu tentes toujours de comprendre ce qu'il te veux vraiment et pourquoi il s'intéresse à toi. Comme Eileen, tu ne comprends toujours pas ce que la brunette te veux et pourquoi elle a tant insisté à ce que tu acceptes les photos. Pourtant, elle aurait pu trouver facilement quelqu'un d'autre dans cette ville. Tu n'avais rien de bien exceptionnel...

Te voilà arrivé devant la bâtisse dont elle t'avait vaguement décrit la devanture pour être certaine que tu ne te trompes pas. Tu avances d'un pas devant la grosse porte métallique. Le genre d'immeuble qui ressemblait à celui dans lequel tu habitais quand tu avais pris la poudre d'escampette de la demeure familiale. Un immeuble ancien avec des appartements du style grand loft industriels. Tu ne sais pas ce qu'il t'attends là dedans et tu te demandes même si il y a bien un studio photo et si ce n'est pas une blague ? Après tout, cela ne t’étonnerais, tu ne serais pas à ta première que tu subis.
Tu humidifies tes lèvres, hésitant toujours et te demandant si ce n'était pas mieux que tu rentres chez toi pour te glisser sous ta couverture, t'y rouler en boule et ne pas en sortir avant le lendemain matin. Tu finis pourtant par l'ouvrir sans difficulté et tu prends les escalier, délaissant l'ascenseur, Eileen t'ayant dit de venir au premier étage. Rien que dans les couloirs, tu peux voir que tout est refait à neuf, dans le genre ultra moderne et sûrement aux dernières normes. Ce qui en soit, te rassure un peu, cela voudrait dire qu'il y avait des chances pour que ce soit un vrai studio et pas une foutu arnaque.

Une fois devant la bonne porte tu te mets à toquer quelques coups, attendant une réponse par politesse. Tu ne comptes pas les dizaines de secondes mais tu finis par retoquer avant de cette fois-ci continuer le mouvement et entrer à l'intérieur, un peu tendu et un peu stressé de ce qu'il pourrait se passer. Tu cherchais déjà Eileen du regard pour lui montrer que tu étais là à défaut de ne pouvoir t'annoncer.

― made by hope ―

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

My fucking pain it's easy to see
That it is my cross to bear
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Zuz' (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Adelaide Kane
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Dim 9 Juil - 22:27


« Respire, détend toi. » Je parle alors que j’ai l’œil collé à mon objectif.  Je regarde la jeune femme à travers le petit écran de verre l’un de mes yeux fermé que j’ouvre de temps en temps lorsque je lui jette un regard par-dessus mon appareil. « Souris, imagine toi avec des amis en train de boire un verre et de passer une super soirée. » Nouveau clic en plus de la lumière qui illumine toute la pièce au moment où j’appuie sur le bouton déclencheur. « VOILA, c’est ça que je veux continuer, t’es magnifique ma belle ! » Nouvelle série de clics qui se suivent alors qu’elle évolue enfin d’elle-même, soudain moins crispée qu’au départ. Je n’aime pas donner des directives à mes modèles, je l’ai choisi justement parce que j’ai trouvé quelque chose en eux qui fait que je n’ai pas vraiment besoin de les guider. Mais pour elle, c’est une première fois et elle prend ça beaucoup trop au sérieux alors qu’elle devrait uniquement le prendre comme un plaisir, un jeu. « Joue avec l’objectif, sois toi-même, fait moi l’amour sans me toucher ! » Je me mords la lèvre inférieure en lui disant cela alors qu’un sourire vient naitre aussitôt sur mes lèvres lorsque je capture l’air innocent et surtout surpris qu’elle dégage. Mais elle comprend vite. Cette fille est un vrai régal. La musique qui se diffuse seule dans le studio qui change, qui passe à quelque chose de plus fun, plus mouvementé. « Oui c’est ça, danse pour moi. J’aime ça tu es superbe ! » Je continue de shooter, essayant de ne rien rater de ce qu’elle m’offre. Avec la musique et l’implication dans mon travail, je n’entends pas que quelqu’un toque à la porte. C’est l’attitude du mannequin en herbe qui me fait me redresse pour finalement me retourner alors que je vois Charlie dans mon dos. Je lui souris aussitôt, heureuse de le voir ici. De voir qu’il n’a pas changé d’avis. « Charlie ! » Mais soudain prise d’un doute je tiens mon appareil d’une seule main pour lever mon poignet et voir l’heure qu’il est. « Il est déjà l’heure ! » Mon dieu que le temps passe vite… « Je te laisse te changer. Tu me retrouve pour regarder un peu les photos, ok ? » Je m’adresse à la jeune femme qui hoche la tête. Je me tourne vers Charlie et m’avance pour venir poser ma main libre sur son épaule, l’entrainant avec moi. « Comment tu vas ? » Lui demandais-je en le fixant tout en l’entrainant avec moi vers l’ordinateur portable ouvert sur une table un peu plus loin, avec deux chaises que je rapproche pour qu’il vienne s’asseoir avec moi.

Je m’assois à mon tour et par automatisme je branche l’appareil au câble qui pend de l’ordinateur. « Je suis contente que tu sois venu. » Dis-je tout en laissant les photos charger. « Tu n’as pas de raison de stresser ! Tu vas voir, tout va bien se passer. » Je lui fais un clin d’œil tout en me penchant enfin sur l’écran d’ordinateur tout en mettant les images en plein écran, les faisant déjà défiler sous mes yeux en appuyant sur la touche fléchées du clavier. Je commence mon pré tri, supprimant celles qui sont déjà inintéressante. Celle avec trop de flou ou jugeant les doublons et ne gardant que le meilleur des deux. La mannequin arrive alors dans notre dos et se penche au-dessus de nos épaules. Je lui souris, levant le nez quelques secondes sur elle, mais le reposant très vite sur l’écran. Je me redresse tout en soupirant, venant coller mon dos contre le dossier de ma chaise. « Tu vois ça, c’est quand tu étais crispée. » Je montre l’image du doigt. Puis j’en passe plusieurs assez rapidement pour arriver après. « Là c’est la fin de la séance. » Je les laisse défiler lentement, histoire qu’elle assimile le changement, qu’elle voit à quoi elle ressemble sous mon œil à moi. « Tu vois la différence ? » Je lève les yeux quelques secondes sur elle alors qu’elle fixe mes yeux tout en hochant un oui. « Je veux que la prochaine fois que tu passes devant mon objectif, tu sois comme ça ! Cette fille-là qui souris, qui est bien, qui se sent belle, car tu es belle ! » Je lève la main pour venir saisir le col du t-shirt de la jeune femme l’attirant à moi pour déposer le coin de mes lèvres contre le coin des siennes. Sourire qui s’agrandit et clin d’œil qui vient jouer avec elle. Elle ne s’en offusque pas et je reporte mon attention sur les images. Je croise les bras sous ma poitrine, stoppant la contemplation des images.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Jamie Campbell Bower
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Mar 11 Juil - 21:47

Shooting, stress et amitié ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
― Eileen & Charlie ―

Voir Eileen sourire est agréable. Car elle sourit pour toi, parce que tu es venu. Alors tu lui réponds par un petit sourire et un petit signe de la main hésitant. Tu te demandes encore un peu ce que tu fais là mais tu finis par tenter de te détendre après tout tu semblais ne rien risquer ici, à moins qu'elle ne cache son jeu. Ce dont tu doutes et ce dont tu n'oserais croire.
Tu te figes en sentant sa main se poser sur ton épaule. Tu n'aimes pas quand le contact est initié par les autres parce que tu ne sais pas ce que cela veut signifier et ce à quoi il pourrait mener. En général, le contact physique, il vient de toi en premier. Jamais l'inverse. Au risque de... Au risque de dérailler ta respiration comme maintenant. Mais comme la journée s'était bien passée, tu ne pouvais perdre la face et le contrôle maintenant. Pas devant Eileen qui pourrait paniquer ou te faire partir.
Alors tu fermes les yeux et tu penses au prochain café que Sasha doit t'offrir. Pas vraiment une bonne idée en soit car penser de le revoir te perturbe toujours autant mais penser à lui à quelque chose d'apaisant maintenant. Alors doucement tu dégages ton épaule de sa main tout en sortant ton téléphone de ta poche pour ne pas paraître impoli et distant. « Je vais bien et toi ? » C'était étrangement familier. De parler ainsi avec Eileen, ce n'est pas une chose à laquelle tu es habitués. Un peu comme avec Sasha. Car encore une fois, tu ne la connaissais que très peu, tu ne l'avais vu qu'une fois et échangé que quelques messages avec elle. Rien de plus. Pas de quoi dire que tu la connaissais très bien.

Tu suis Eileen jusqu'au bureau pour voir les clichés qu'elle a fait plus tôt juste avant que tu arrives. Tu lèves les mains en signe de paix mais elle a raison, tu stresses et pas qu'un peu au final. « Tant que je ne suis obligé à rien. » Parce que tu ne pourrais devoir faire des choses que tu ne voulais pas. Tu ne sais pas ce qu'il pourrait se passer. Une crise de panique ? D'angoisse ? Ou pire ?
Tu ne dis rien pendant qu'elle parle à sa modèle, profitant pour regarder son travail qui était vraiment très bon, excellent même. Eileen ne devrait pas avoir de soucis à trouver un bon travail pour un magasine ou un créateur de mode. Et tu étais bien loin d'avoir le profil pour correspondre à cela. Absolument loin.
Tu hausses un sourcils en la voyant embrasser la nana sur le coin de la bouche. Tu ne dis rien, après tout, tu étais toi aussi de l'autre côté de la ligne. Mais c'était surprenant qu'elle fasse cela à la fille alors qu'elle ne semblait pas hyper proche non plus. Enfin, après voilà, chacun faisait comme il le souhaitait.

La fille part rapidement ensuit et tu sais que c'est ton tour. Ton tour de t'asseoir là-bas, ton tour d'être devant l'objectif. Ton tour de te faire prendre en photo. « Je... » Tu effaces avant de secouer la tête, cherchant tes mots. « Je ne suis pas sûr d'être aussi bon qu'elle tu sais. » Tu grattes nerveusement ton avant bras, sentant le frottement de ton sweat sur un bandage récent. Espérant ne pas avoir à te changer ici, à ne pas te changer du tout.Ou alors d'avoir de quoi masquer complétement ton corps. Il le valait mieux. Déjà que la demoiselle faisait tout pour que tu acceptes les photos, si elle voyait tel que tu es réellement, elle pourrait refuser.
Tu cherches un échappatoire quelque part dans la pièce mais tu n'en trouves pas vraiment et la panique commence à te gagner. Petit à petit. « Est-ce que je peux pas simplement te regarder faire ? » Tu montres un tabouret à côté de l'appareil qui pourrait te permettre de tout voir sans être sur les photos. La suppliant presque du regard d'accepter bien que tu sens que ce ne seras pas le cas et qu'elle va te demander de poser. Mais après tout, qui ne tente rien, n'a rien.

― made by hope ―

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

My fucking pain it's easy to see
That it is my cross to bear
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Zuz' (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Adelaide Kane
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Sam 2 Sep - 23:06


Comme une vieille habitude alors que ce n’est que la deuxième fois que je le rencontre. Je vais regarder sur son téléphone la réponse qu’il a écrite à la question que je lui ai posée. Je n’ai pas besoin de lui dire pour qu’il me suive jusqu’à ce bureau improvisé. Bien que ce soit plutôt une petite table rectangulaire et deux chaises. Mon ordi posé dessus et mon câble pour transférer les photos sur l’ordinateur de façon rapide. Lorsque tout est chargé je commence à faire défiler les images sur l’écran. Il écrit à nouveau sur son téléphone alors que je lui dis qu’il n’a aucune raison de stresser. Je lève alors les mains en l’air tout en secouant un peu la tête. « Je n’oblige à rien. Tu es libre de faire ce que bon te semble. » Ma modèle revient et j’en profite pour échanger un peu avec elle alors que j’ai repris la découverte du shooting que nous venons d’effectuer. La conversation file et c’est sans aucune gêne que mes lèvres viennent saisir le coin des lèvres de ma modèle.

La séance finie avec elle, elle s’en va et je la raccompagne laissant Charlie seul quelques instants. Lorsque je reviens vers Charlie je le regarde alors qu’il a le nez sur son téléphone, visiblement en train d’écrire. Je reviens à ses côtés le laissant faire tout en rangeant le dossier de photos à sa place sur mon ordinateur, je vide la carte SD. Je me laisse aller en arrière tout en relevant le talon de ma chaussure sur la chaise, mon genou qui vient se coller contre ma poitrine. Je me penche un peu pour lire sur l’écran de son téléphone lorsqu’il le tourne vers moi. Je fronce un peu les sourcils. « Je ne te demande pas d’être bon, j’aimerais que tu sois simplement toi. » Un large sourire illumine mon visage alors que mes iris colorées le fixent. « Déstresse Charlie, on dirait que tu vas passer un examen. Regarde autour de toi, il n’y a que nous deux. Toi. Moi. Rien de plus ! » Je me penche un peu sur ma chaise pour attraper mon sac à main qui pend sur le dossier dans mon dos, fouillant dedans le temps de trouver mon paquet de cigarette. D’un geste machinal j’en sors une du paquet que j’attrape en la prenant entre mes lèvres avant de tendre le paquet en direction du jeune homme au cas où il en voudrait une. Peut-être que ça le détendrait. Je pose le paquet sur la table près de mon ordinateur alors que j’allume la petite flamme qui vient lécher le bout du tube blanc le laissant s’embrasser dans l’instant. Je tire dessus, penchant la tête en arrière pour recracher ma fumée dans l’air du studio.

Je me remets normalement lorsque je vois qu’il tend à nouveau son téléphone après y avoir écrit. Je lis tout en tirant à nouveau sur le filtre de ma cigarette. Relevant aussitôt les yeux sur lui. Mon regard suit son geste pour voir le tabouret près du trépied de mon appareil. « Ah ! » Je me passe la langue sur les gencives, je me redresse pour que mon dos colle à nouveau au dossier. « En fait il ne reste plus que nous deux, je n’attends personne d’autre. » Je vois la panique dans ses yeux. « Détend toi Charlie, comme dit, je ne te force à rien, si tu ne veux pas le faire, on ne le fait pas ! C’est aussi simple que ça. » Je remue un peu la main qui tient ma cigarette alors que je vais chercher le cendrier en tendant le bras histoire de la délester des cendres. Je lève alors le poignet pour regarder ma montre. « D’ailleurs t’as vu l’heure, ça te dit qu’on commande un truc à manger, qu’on discute un peu pour faire connaissance, de se détendre, d’être no stress ? » Je hausse les épaules en lui souriant pour lui montrer qu’il n’y avait aucune crainte à avoir. « J’ai grave faim, aller j’nous commande un truc, tu préfères quoi japonais ou viet ? » Oui j’avais faim, mais pas que, j’espérais vraiment que le mettre en confiance, détourner son attention aller le détendre un peu. Je n’étais pas son ennemi, je pouvais voir le mal être profond en lui et mon idée était tout sauf de le brusquer. C’était contreproductif. Et si nous ne faisions pas cette séance aujourd’hui, ce n’étais pas grave, ce serais partie remise. Mais, je voulais que les choses viennent de lui et qu’elles soient acceptées.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Jamie Campbell Bower
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Mer 13 Sep - 17:55

Shooting, stress et amitié ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
― Eileen & Charlie ―

Seul avec la demoiselle, tu ne sais vraiment pas comment te comporter, assis sur la chaise à ses côtés. Intimidé en premier lieu, tu détoures le regard quand Eileen pointe la profondeur de ton mal-être en cet instant. Oui, tu es plus que tendu, tu pourrais même faire une crise de stress mais elle semble trouver les mots pour empêcher cela sans même le savoir. « Je vais essayer. » Ce n’est pas une promesse de réussir mais au moins de te détendre et te calmer. Essayer de passer un bon moment. Parce qu’après tout c’est vrai, ce n’est pas un examen, il n’y a pas tout un public pour se moquer de toi si tu n’arrives pas à rendre les photos corrects ou tout simplement si tu n’arrives pas à poser.
Parce que pour toi, tu restes persuadé que tu n’es pas fait pour être photographié. Tu ne vois vraiment pas ce qui pourrait plaire chez toi et le pire, c’est que tu as bien passé trente minutes devant ta glace à t’observer sous toutes les coutures pour comprendre ce que Eileen pouvait te trouver.

Tu acceptes la cigarette et l’allume en tirant une douce bouffée, la regardant tapoter son genou avec ses doigts alors qu’elle t’explique que non, tu ne pourras pas l’observe travailler puis qu’il n’y a plus que toi et que personne d’autre ne viendra ensuite. Te rendant compte alors de la débilité de ta réflexion lorsque tu vois l’heure qu’il est et que non, à moins qu’elle ne travaille jusque pas d’heure, il n’y aura pas d’autres shoots après toi. « D’accord. » Et tu prends alors vraiment conscience que oui, vous êtes que tous les deux. Que personne ne sera là à t’observer minutieusement jusqu’à ce que tu fasses une erreur. Sauf Eileen. Mais dans ce cas tu pourrais gérer le stress de bien faire devant une seule personne. Pas comme au travail quand le bar est complètement plein.

Comme la citation, on ne peut pas réussir si l’on n’essaie pas. Et c’est ce que tu vas faire. Enfin, tenter de faire. « Je vais essayer. » Tu sais que tu te répètes un peu mais tu vas vraiment le faire. Et comme Eileen le dit, tu n’as rien à perdre, tu ne risques rien non plus ici, dans cet endroit. Elle ne semble vraiment pas te vouloir du mal et tu dois vraiment arrêter de voir ledit mal partout où tu vas où lorsque les personnes s’adressent à toi ou se comporte humainement en ta compagnie. Tu n’es plus chez tes parents à devoir subir les moqueries et les agressions de ta soi-disant fratrie.
« Pourquoi pas, j’ai peut-être un peu faim. » Tu rougis d’un coup alors que de parler de nourriture ton ventre se mets doucement à se manifester. C’est pourtant assez rare. Jusqu’à la seconde où tu te souviens de ne pas avoir mangé depuis la veille au midi. « Japonais, si ça ne te dérange pas. » Tu la regardes passer commande lui indiquant que tu prendrais une soupe miso et des ramens au porc. N’en ayant pas mangé depuis un bon moment et comme ton ventre l’a si gentiment signalé, n’ayant pas mangé tout court depuis un moment.

Une fois la commande faite et devant l’attendre, tu finis ta cigarette pour l’écraser dans le cendrier, montrant alors le matériel exposé sur le bureau devant toi, appareil photo, ordinateur, photocopieur et autres trucs en tout genre. « Ça fait longtemps que tu fais ça ? » Montrant l’appareil photo de la main en même temps que la tablette que tu poses sur le bureau, demandant silencieusement le droit de le prendre en main pour le regarder de plus prêt. « La photographie. » Tu poses tes doigts dessus avant de le prendre délicatement comme si c’était la chose la plus précieuse au monde. Après tout, cela t’aiderait peut-être plus facilement à te laisser aller si tu manipule un instant l’un des appareils qui va immortaliser ton corps et ton être. Car voilà longtemps que tu n’as pas touché un appareil photo. Bien que toi tu utilisais bien plus celui de ton téléphone, n’étant pas trop attiré par ce domaine. Tu maitrisais par contre plus facilement la caméra et le montage vidéo à faible niveau.

Ce studio te rappelle de nombreux souvenirs. Tout ceux d’avant ton accident. Tout ce que tu pouvais faire avant d’avoir des soucis avec ton corps, tes faible et irrégulier problèmes de coordination. Ta voix totalement disparue. Bizarrement, tu te sens bien en y pensant, tu n’es pas sombre comme à chaque fois et tu te demandes si le fait de te trouver dans un élément proche de celui où tu as été n’y est pas étranger ? Ainsi que la présence assez rassurante et chaleureuse d’Eileen qui continue de t’expliquer sommairement ses outils.

― made by hope ―

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

My fucking pain it's easy to see
That it is my cross to bear
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Zuz' (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Adelaide Kane
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen   Hier à 20:31


Si on cherche vraiment à me demande ce que je peux trouver chez tel ou tel personne. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? J’ai envie de répondre que je ne sais pas. Ce qui s’infiltre dans mes veines lorsque je vois Charlie ne porte pas vraiment de mots. C’est comme vouloir expliquer pourquoi on aime une personne. On n’aime pas une personne parce qu’il est beau, parce qu’il sent bon ou encore parce qu’il est intelligent. On aime une personne, parce que c’est comme ça ! Parce qu’elle nous fait ressentir des choses qu’aucune autre à réussit jusque-là. Et si je n’aime pas Charlie dans le sens passionné et sentimental du terme, je ressens pourtant bien quelque chose lorsque je pose mes yeux sur lui. Ça m’en ferais presque mouiller ma culotte tellement c’est puissant. Et c’est bien pour cette raison que j’ai envie de l’immortaliser sur papier glacé. Pour que le monde le voit. Pour qu’il se voit enfin tel qu’il est et pas comme il s’imagine. Parce que ce mec il a quelque chose ! Vraiment. Et je trouve ça tellement dommage de gâcher un tel potentiel… Je continue de tirer sur le filtre de ma cigarette tout en lui expliquant qu’il n’est obligé de rien. Après tout si c’est de ça qu’il a besoin, on peut juste passer une soirée tranquillement, faire connaissances. S’il a besoin de temps avant de se livrer. Ce n’est pas moi qui vais aller contre. Je peux parfaitement comprendre que tout le monde n’ai pas les mêmes facilités que moi à l’intégration et à se lâcher avec des inconnus. Je lui souris lorsqu’il me dit à nouveau qu’il va essayer. On verra bien.

L’un de mes sourcils s’arque alors que j’entends son ventre crier famine au moment où je parle de commander un truc, parce qu’il commence à être tard et que de toute façon, je ne le considère pas comme l’un de mes modèles habituels. Il a ce petit truc de différent qui me fait adopter ce comportement avec lui. Il est particulier et j’aime vraiment ça. « Va pour Japonais ! » Dis-je en levant les bras comme une gamine à qui on vient d’annoncer qu’elle va à Disneyland ! Le ton enjoué qui va avec. Le reste de ma clope entre les lèvres je vais rapidement chercher dans l’un de mes sacs le flyers avec les menus et surtout le numéro de téléphone pour pouvoir commander. Je termine ma cigarette et l’écrase dans le cendrier prêt de l’ordinateur tout en coinçant le téléphone contre mon oreille, le flyers noir sous les yeux, Charlie qui m’a déjà montré ce qu’il voulait. Mon choix qui se porte sur une soupe miso aussi et sur un menu comprenant des makis et des sushis en mélanges.

Je soupire en raccrochant jetant limite mon téléphone portable sur le bureau étirant mes deux bras au-dessus de moi pour faire craquer mon squelette. Je me lève tandis qu’il observe le matériel qui se trouve là. Avec beaucoup de naturel je retire mes chaussures et je reviens près du bureau alors qu’il y pose la tablette après avoir écrit. Je me penche un peu pour lire coinçant une mèche derrière mon oreille. « Huumm.. » Je me retourne pour venir m’appuyer contre la table tout en regardant le plafond faisant mine de chercher. « J’ai fait mes études dans la photo en fait. » Je penche la tête pour le regarder alors que je souris en le voyant tourner autour de mon appareil qui git encore sur le trépied. Je bouge finalement pour venir me placer au milieu de la pièce et m’allonger. Soupire d’aise qui s’échappe de ma gorge alors que ça fait un bien fou. Je ferme les yeux quelques secondes avant de finalement les ouvrir d’un seul coup après avoir eu une idée. « Tu peux t’en servir si tu veux. Mets le en automatique, c’est le M. Et fait toi plais’ si tu en as envie. » Je ferme à nouveau les yeux lui faisant pleinement confiance. Lui laissant le choix encore une fois. Peut-être qu’en étant derrière l’objectif, ça le rassurera un peu ? Peut-être que s’il est le photographe, il prendra en confiance, qui sais… « Je suis tombée dedans quand j'étais gamine. J'ai commencé mes études de photo ici à Lakeview mais j'ai stoppé mon année pour aller en Louisiane et j'ai terminé mes études là-bas. J'ai bossé avec quelques magasines mais j'ai jamais réellement vécu de la photo. » Avouais-je détendue.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Shooting, stress et amitié ? ~ Eileen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove-