AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 you look like hell - yeah i just got back | alexis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : morphine
● Face claim : Lily-Rose Depp
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: you look like hell - yeah i just got back | alexis   Mar 8 Aoû - 17:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
it's sick, like, literally - alexis ; dorian

   P!A


12 :03.
Heure de pointe. Heure de cauchemar. Si seulement je n’avais pas eu à déposer ma vieille voiture de collection à la révision, je n’aurais pas à être là. Si je n’avais pas pris cette internship, je n’aurai pas à être là. Si j’avais tout fait, sauf me lever ce matin, je n’aurai pas eu à être là. Je n’aurai pas eu à être là et je n’aurai pas eu à supporter tous ces blablas inutiles dans le bus. Le bus. Je n’aurai pas eu à m’asseoir sur un siège beaucoup trop près d’un inconnu que je ne connaissais absolument pas et qui risquait de me parler à n’importe quel moment. Parce-que oui, je n’ai pas peur des araignées ou des serpents, j’ai une trouille bleue que les gens s’adressent à moi lorsque je ne m’y attends absolument pas. Je déteste être prise au dépourvu, c’est bien connu.

Alors lorsqu’à 12 :38 le bus percute une voiture en stationnement, je ne suis pas seulement consternée, je suis effrayée. Le choc est assez violent pour que ma tête percute la fenêtre sur laquelle elle reposait et j’ai mal. Je commence à avoir chaud, je grimace légèrement de douleur et je regarde autour de moi. Je déteste les accidents. Je déteste le monde. Je déteste le bruit. Je déteste le bruit des sirènes qui m’entourent, et les gens faussement paniqués comme les gens paniqués, je déteste le bruit, je déteste la place qu’ils prennent. Je déteste de ne pas pouvoir être seule, je déteste me retrouver dans des histoires aussi mal foutues. Ca y est. Je suis aigrie. Je n’ai pas, peur, je suis livide, je suis terrifiée. Pas de mourir, pas de survivre cette fois, mais tout simplement de devoir affronter une fois de plus le monde extérieur et ce qu’il attend de moi, qui ne rentre pas en accord avec ce qu’il attendrait de moi. J’essaie de faire preuve de calme. Respire. Respire. Non mais pause, sérieusement, QUI a eu l’idée de respirer lors de situations particulièrement stressantes ? Qu’on discerne un prix nobel à ce monsieur, c’est incroyable, car c’est vrai qu’avant de faire une crise de panique, on avait totalement arrêté de respirer.

« S’il vous plait mesdames et messieurs restez à vos places et restez calme, les secours sont en chemin. Merci de signaler en levant la main, toute personne blessée ou qui aurait besoin de soutien. » Rester calme ? Rester calme. Le pire dans l’histoire, c’est que ce n’est même pas le chauffeur du bus qui s’adresse à nous mais une vieille dame dans ses habits du dimanche. Je vais l’appeler, le Messi. Elle s’est proclamée sauveuse de tous, celle qui rétablira l’ordre et la paix. Laissez-moi rire. Aïe. J’ai essayé de rire et la douleur dans mon crâne me rappelle que je me suis peut-être cognée un peu trop fort. Une sensation de vertige m’envahit et je me précipite de prendre mon sac pour chercher quelque chose, n’importe quoi qui pourrait faire office de réceptacle à la venue imminente de mon vomis. Rien. Je panique encore. Et là, j’attrape la main de mon voisin. Je la serre, fort. Il est blond. Beau. Le genre de beauté devant laquelle je regretterai sûrement d’avoir vomi, le genre de beauté qui sera probablement consterné si je me mets à vomir sur ses nouvelles chaussures toutes neuves. Je pose ma tête contre mon siège, lui serrant toujours la main, je ferme les yeux et m’adresse à lui pour la première fois.
« Tu m’excuseras si je dégueulasse tes si belles chaussures, j’ai la tête qui tourne et je bosse toute la journée moi, je ne peux pas me salir, j’espère que tu comprends. » Qui comprendrait ça franchement ? Dolly, va falloir que t’apprennes à mieux parler aux gens.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I COME FROM THE VOID AND RETURN TO THE VOID
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Lucky Blue Smith
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you look like hell - yeah i just got back | alexis   Jeu 10 Aoû - 20:25

La journée avait plutôt bien démarrée, un coup de fil de la boutique de matériel d’art t’avait appelé, confirmant l’arrivée de ta commande, que tu venais justement d’aller chercher. Nollaig n’avait pas fini la cafetière de café, t’en laissant assez pour ta première tasse du matin et oh joie ! Il a fait assez potable pour que tu puisses le boire sur le balcon tout en fumant ta cigarette. Tu soupires en repensant à ta belle et calme matinée. Aux longues minutes pendant lesquelles tu as regardé Nix dormir avant d’aller prendre ta douche et descendre en ville, laissant un mot sur la table pour ton amant, lui expliquant que tu reviendrais rapidement. Ayant même l’espoir de le voir toujours dormir en rentrant et le rejoindre. Courte nuit pour tous les deux, habituelle pour toi, insomnie pour lui qui a fini par avoir raison de son corps en début de matinée.

Mais tu sors brusquement de tes pensées quand soudain le bus semble percuter quelque chose. Car oui, tu as pris le bus. Hank était déjà partit au boulot et tu avais laissé la voiture de tes parents à Emma pour la journée. Donc sans moyen de transport, à toi le bus, les écouteurs et les gens. D’ailleurs n parlant de gens, tu écoutes à peine ce que la femme raconte à tous et tu vois, ou plutôt tu sens ta voisine s’agiter.
Tu regardes la fille tenir ta main ou plutôt la broyer dans la sienne mais tu ne bronches pas. Elle n’avait pas l’air bien et tu aurais bien levé la main pour elle mais quelque chose te disais que ce n’était pas une bonne idée. « Heu… Pas de soucis… » De toute façon ce n’est pas comme si tu pouvais l’enlever vu comment elle te tenait et pas non plus comme si tu pouvais bouger vu le nombre de personnes dans le bus. Bien que, tu aimerais que non, elle ne vomisse pas sur tes chaussures, c’est peu ragoutant d’une part et cela te coupera aussitôt dans ton envie de rejoindre ton mec qui t’attends dans ton pieu d’autre part. Au moins tu retenais qu’elle aimait bien tes chaussures.

Tu ne la connaissais ni d’Eve, ni d’Adam mais vous deviez avoir approximativement le même âge et puis, elle n’était pas passée par quatre chemin donc non, tu n’allais pas la vouvoyer. « T’es sûre que ça va ? » Tu fronces les sourcils en voyant une rougeur s’étaler sur son front, sûrement le contrecoup reçu quand elle est entrée en contact avec la vitre contre laquelle elle était appuyée plus tôt. « J’ai vu ta tête rebondir contre la vitre. » Oui, tu avais beau être dans tes pensées, dans tes écouteurs et ta musique, tu n’étais pas stupide au point de ne rien voir. Tu te redresses dans le fauteuil pour essayer de voir les dégâts et surtout qu’elle évite de te faire un malaise sur place au vu de son teint cadavérique.
Tu te penches un peu en avant sans trop l’approcher, quelque chose te disait de ne pas être trop près et de lui laisser de l’espace. Bien que dans un endroit aussi confiné ce n’était pas tellement possible. Tu commences à gigoter sur place pour t’installer confortablement, c’était certain que personne ne viendrait avant au moins une heure. Plus le temps de faire le tour de chaque personne avant de les faire sortir, il y en avait pour au moins une heure de plus. Tu fermes les yeux en soupirant. « T’es pas la seule à bosser toute la journée. Mon jour de repos, passé à attendre dans un foutu bus alors que j’aurais pu le passer à baiser l’Apollon qui m’attend nu dans mes draps… » Penser à Nix pouvait t’aider à faire passer le temps. Bien que cela t’impatiente encore plus alors que tu sais quel sera le programme de la journée. Un autre soupir passe la barrière de tes lèvres, te demandant alors ce que tu avais fait pour te retrouver dans cette situation, à avoir la main broyé par une nana en pleine panique.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Deux gagnants,
Deux amants,
Un couple. #Nixis


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : morphine
● Face claim : Lily-Rose Depp
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you look like hell - yeah i just got back | alexis   Jeu 24 Aoû - 14:48

C’est amusant car, ce n’est pas tant que je ne « sais pas gérer les situations stressantes » mais plutôt que j’ai eu ma dose de situations stressantes pour toute une vie et que toute personne censée sait qu’une fois que le bocal est rempli, tout ce que tu y ajoutes finira forcément par déborder et faire des dégâts. Respire. Tu es en sécurité.
« T’es sûre que ça va ? »
Cette question me renvoie immédiatement à la douleur à ma tête, alors je grimace. Ca fait mal, mal comme si une roche appuyait contre la parroie de mon crâne pour ressortir directement de l’autre côté de mon front. Respire. Je garde les yeux fermés parce qu’on est en plein jour, le soleil rayonne, et qu’à ce stade, la lumière ne fait que m’aveugler terriblement. Et puis de toute façon, j’ai trop peur d’ouvrir les yeux et d’apercevoir des gens en état de choc ou blessés. C’est sûrement mieux pour mon voisin, car je pense bien que ça pourrait me faire vomir mon petit déjeuné et ce matin, j’ai eu droit à des oeufs brouillés avec mon café.

« T’es pas la seule à bosser toute la journée. Mon jour de repos, passé à attendre dans un foutu bus alors que j’aurais pu le passer à baiser l’Apollon qui m’attend nu dans mes draps… » A ce moment précis j’éclate de rire et le regrette immédiatement; les secousses qui agitent mon corps réveillent la douleur bien présente et je grogne, serrant toujours aussi fort la main du blond assit à mes côtés. Je me retiens quand même pour ne pas lui casser des doigts, mais s’il avait été question d’une blessure plus grave que celle que j’ai à la tête, je lui aurai sûrement déjà déboité la main à ce stade. C’est clairement de la torture. Il faut que je me change les idées, il faut que je me focalise sur autre chose.

Il y a quelques années de cela, lorsque je vivais encore à Sint-Annaparochie, je me rappelle être tombée à vélo dans une des excursions que le lycée organisait. Rien de grave, mais j’étais tombé sur mon poignet et bien qu’il n’ait pas été fêlé, je me rappelle avoir eu un mal de chien et que mon professeur à l’époque m’avait dit d’attendre, seule, le temps que la classe finisse l’exercice et qu’ils reviendraient me chercher. Je m’étais retrouvée assise dans l’herbe, à tenir mon poignet qui chauffait de douleur, et je m’étais mise à pleurer comme une idiote. « Tu sais quand j’avais peut-être, 16 ans au lycée, je me suis fais mal bêtement comme ça à la main, à croire que les péripéties sans queue ni tête me poursuivent, et j’étais supposé attendre sagement le retour de mes camarades toute seule, et un gentil garçon de ma classe m’a proposé d’attendre avec moi… » Je souris bêtement en redessinant la scène dans ma tête. Je ne sais même pas pourquoi je parle de tout ça à un inconnu, mais ça me distrait et ça me permet d’oublier la torture latente là-haut dans ma tête. « Il s’appelait Caliel et je remets pas en doute la beauté sûrement très impressionnante de ton chéri, mais lui, c’était à 100% ce qu’on pouvait appeler un Apollon. Mais genre, littéralement. Je ne lui avais jamais parlé avant parce que tu vois, j’étais une troubled et angry teenager, mais j’avais remarqué qu’il m’observait souvent au début, à la fin des cours, et même à la cafétéria. Il s’est assit à côté de moi, m’a prit le poignet pour être sûr que ça n’avait pas enflé, et je te jure qu’à ce moment, la douleur a disparue d’un coup, comme si je l’avais inventée. »

J’aurai aimé que ça soit le cas maintenant aussi mais malheureusement, ça cognait toujours là-haut. Seulement maintenant, j’étais plus calme, et c’était tout de même déjà ça. Je lâchais doucement la main de mon voisin, assumant que j’avais déjà largement abusé de sa gentillesse (bien qu’en fait, il n’ait pas vraiment eu le choix pour commencer) et regardais du mieux que je pouvais aux alentours, pour voir l'ampleur des blessés et vérifier si le nombre de gens en état de choc avait baissé. Je remarquais un petit garçon, la même rangée de l'autre côté du couloir, en train de parler à sa peluche... Minion? Ou peut-être que c'est censé être une poule venue d'un nouveau disney? Honnêtement avec toutes les bêtises pour enfant qui sortent chaque année, c'est difficile pour moi qui n'ait jamais été adepte de dessin animé. L'enfant serrait fort et s'adressait à son ami inanimé et j'en conclus qu'il n'était pas accompagné. Un rapide coup d'oeil à la personne à côté de lui, plongée dans son téléphone me confirma mon diagnostique et je me sentis légèrement triste pour ce petit bout.  Je regardais maintenant mon voisin qui me sucrait aussi du regard, -sans doute parce que je n'arrêtais pas de m'agiter alors que tout à l'heure je me cambrais de douleur- et lui fit signe d’échanger nos places. « Je pense que c’est mieux si je m’assieds côté couloir, au moins je pourrais faire signe à quelqu’un de venir m’examiner quand ce sera un peu plus calme, tu sais histoire d’être sur que j’fasse pas un choc d’hydrocéphalie ou j’sais pas trop quoi et que je meurs sans que personne n’ait rien vu. » Prétextais-je, oubliant évidemment de mentionner l'élan d'altruisme qui s'était infiltrée de mon cerveau à moitié broyé jusqu'à mon âme pas encore trop pourrie. Au moment où je me mis debout, je sentis une étrange vague de lourdeur et chaleur se déplacer dans mon corps. J'avais les yeux ouverts, mais d'un coup un épais  voile noir me recouvrait la vision et j'eu beau cligner des yeux plusieurs fois rien n'y changeait. Avec l'impression de tanguer qui n'arrangeait rien, et comme par réflexe je me fis raide, là, debout au dessus de mon siège, toujours aveuglée et silencieuse, dans l'espoir que ça passe.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I COME FROM THE VOID AND RETURN TO THE VOID
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Blueberry, it's me !
● Face claim : Lucky Blue Smith
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you look like hell - yeah i just got back | alexis   Mer 13 Sep - 17:15

Un sourire naît sur tes lèvres en l'écoutant parler de son expérience. « Je te présenterais alors mon Apollon pour qu'il te fasse le même traitement mais je suis plutôt possessif avec lui, j'ai pas envie de prendre le risque, désolé. » Tu essayes de détendre l’atmosphère avec ton sourire et ton ton léger. Voyant que cela lui faisait penser à autre chose que sa tête qu'elle tenait. Tu serres alors également sa main dans la tienne pour lui montrer qu'une présence physique était là, à côté d'elle, pour la soutenir.
Tu hausses un sourcil à sa demande de changer de place. Tu ne vois pas vraiment ce que cela changerait car tu comptais bien appeler les secouristes jusqu'à vous en disant qu'elle s'était fait assez mal et qu'il fallait surveiller ça. Mais tu hausses les épaules, ne posant pas de questions. « Heu oui, pas de soucis. » Tu commences à te lever pour la laisser passer et prendre sa place. Tu n'y voyais pas d'inconvénients après tout.

Mais soudain elle tangue et ferme les yeux. Tu comprends alors la connerie que vous veniez de faire tout les deux. Elle, pour s'être levée alors qu'elle a reçu un gros choc à la tête et toi, pour ne pas avoir penser qu'elle pourrait tomber dans les vapes. « Hey ! » Tu poses une main sur son épaule pour la stabiliser, éviter qu'elle ne se cogne à nouveau en tombant, essayant en même temps d'accaparer son attention avec l'espoir qu'elle ne se laisse pas aller dans l'inconscience. « Ça va ? Tu m'entends ? » Évidemment cela aurait été trop beau d'avoir une réponse alors que tu l'attrapes plus fermement de tes deux mains, la sentant toute molle sous ta prise sur son corps.
C'était trop tard, elle venait de se laisser partir et tu ne peux que la rattraper alors que les gens autour de vous vous regarde et commencent à parler. « Merde... » Tu l'assieds du mieux que tu peux sans lui faire de mal. Bon au moins, elle n'aura pas eût de deuxième rencontre avec la vitre. Mais maintenant tu savais que son choc un peu plus tôt pouvait être plus grave et tu paniques un peu. Te rendant compte que tu avais sans le vouloir aggraver sa situation. Car maintenant avec son malaise, elle pouvait faire une commotion, ou autre alors que si elle était resté sagement assise, les dégâts et la commotion auraient surement été retardé. Enfin tu crois.
Tu relèves le regard pour voir des gens essayer de se lever pour venir vers vous mais tu fronces les sourcils en les voyants faire. « Laissez, poussez-vous, elle a besoin d'espace et d'air. » Tu siffles en faisant signe au gens de ne pas s'approcher et que tu gérais la situation. Ce n'était pas la première fois que quelqu'un s'évanouissait devant toi.

Tu t'installes alors à sa place contre la fenêtre et au lieu e la laisser assise droite avec sa tête se balançant dans tout les sens, tu l'allonges doucement et le mieux que tu peux, déposant sa tête sur tes genoux. De toute façon, il ne te reste que à attendre qu'elle reprenne connaissance, les secours sont pas encore entrer dans le bus et tu ne veux pas créer un brouhaha en disant qu'elle s'était évanouit. C'était déjà assez tendu de voir les regards inquisiteurs des gens assis à proximité. Tu en profites aussi pour sortir une petite bouteille d'eau de ton sac et un mouchoir que tu humidifie pour le passer doucement sur son front. Tu ne sais pas si ça fait un effet quelconque mais bon, après tout pourquoi pas ?
En tout cas, une chose était sûre, tu devrais vraiment prendre des cours de secourisme avec Averell parce que là... Ce n'était pas la première ni la dernière fois que tu te trouvais devant des situations cocasses à devoir agir mais à ne pas savoir quoi faire. Et la dernière en date est ta sœur qui trouvait malin de faire de la photo tout en marchant et qui s'est rétamé à cause d'une racine d'arbre.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Deux gagnants,
Deux amants,
Un couple. #Nixis


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
you look like hell - yeah i just got back | alexis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Central Grove-