AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : avatar : savage + signature : endlesslove
● Face claim : mila kunis
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Dim 10 Sep - 0:25

7 décembre 2017



Les larmes que Mia essayaient de contenir, continuaient de couler le long de sa joue sans qu’elle ne puisse les arrêter. Elle avait l’impression qu’à chaque fois qu’elle passait le revers de sa main pour en essuyer une, une autre faisait son apparition. Ces dernières semaines, la jeune femme avait versé tellement de larmes qu’elle s’étonnait elle-même, de voir qu’elle était encore capable de pleurer. Peut-être venait-elle de se découvrir un talent. Inutile, certes, mais talent quand même. Malgré toute la tristesse qu’elle ressentait et qui lui donnait l’impression de peser lourd sur ses petites épaules, elle se forçait tout de même à esquisser un sourire. Elle sentait que son corps commençait à se fatiguer des crises de larmes qu’elle pouvait avoir lorsqu’elle se retrouvait seule chez elle. Et quant à sa santé mentale qu’elle avait complètement négligée, elle la sentait faiblir elle aussi et c’était tout ce qu’elle ne voulait pas. Elle avait songé à aller chercher de l’aide auprès de personnes qualifiés pour l’aider à sortir de cette mauvaise passe, mais elle ne voulait pas se sentir jugée par un étranger. Si elle voulait éviter de se faire juger par un étranger, elle pouvait toujours se tourner vers ses proches, mais elle n’était pas sûre d’être prête à tout leur expliquer et à essuyer leurs jugements, même silencieux. Alors comme d’habitude, elle gardait tout pour elle et refusait d’en parler lorsqu’on abordait le sujet quitte à détourner complètement le sujet. Aujourd’hui cependant elle avait décidé de se rendre au cimetière et d’aller sur la tombe d’Edward, avec la volonté de lui dire au revoir une dernière fois. Elle n’avait pas assistée à l’enterrement ; elle avait essayé de s’y rendre mais s’était désistée au dernier moment, ne trouvant pas la force. De plus, Mia n’avait aucune envie de se retrouver entourée de ces gens qui ne devaient même pas l’apprécier et qui étaient juste là pour ne pas qu’on trouve leur absence suspecte. Heureusement pour la jeune femme, presque personne dans les proches d’Edward ne la connaissait, ni elle, ni la relation qu’ils entretenaient. De son côté, elle avait prit son temps et petit à petit, elle commençait à accepter son décès. Une enveloppe dans ses mains, elle baissa la tête comme pour s’assurer qu’elle était bien là, et poussa un soupir avant de s’avancer d’un pas mal assuré. Elle ne savait pas trop comment procéder, mais sa première pensée a été que jusqu’au bout, les Dixen avaient décidés de se montrer chiants. Après avoir fait deux fois le tour du caveau familial, elle décida de laisser tomber et plia l’enveloppe et la plaça à un endroit où personne ne la verrait et où elle serait protégée du mauvais temps. [NDRL : faites pas chier, on se démerde comme on peut] « J’imagine que le temps est enfin venu pour qu’on se dise au revoir. » Dit-elle en brisant enfin le silence dans lequel elle s’était installée depuis qu’elle était arrivée. Elle essuya à nouveau une larme et partit d’un petit rire, lui donnant  un minimum de contenance. Ses mains avaient regagnés les poches de son manteau tandis que les mots et les émotions se coinçaient dans sa gorge. Elle ouvrit sa bouche à plusieurs reprises mais la referma aussitôt, sentant un sanglot venir si jamais elle essayer ne serait-ce que de parler. Une profonde respiration plus tard, elle se lança. « Je te déteste tellement de m’avoir abandonné. Mais au moins, tu seras avec lui alors je devrais peut-être m’estimer heureuse qu’il ne soit plus seul à présent. » Elle haussa légèrement les épaules alors que ses yeux se posèrent à l’endroit où était caché l’enveloppe. Dedans se trouvait l’échographie qu’elle avait conservée la première fois qu’elle avait entendu battre le cœur de son enfant, elle estimait qu’elle lui revenait. En quelques sortes, ce geste la rassurait parce qu’elle se disait qu’au moins il veillerait sur leur enfant de là où il se trouvait. Enfin, elle se doutait bien qu’il était en enfer et que le feu qu’il soit mort dans un incendie soit une parfaite ironie, mais ça la rassurait, quelque part. « Prends soin de lui, Dixen. » Elle toucha une dernière fois l’endroit où elle avait déposée l’échographie et avec les larmes aux yeux, quitta le cimetière.

Sans se l’expliquer, Mia se sentait beaucoup plus sereine et apaisée que lorsqu’elle était arrivée. Comme un poids qu’on lui retirait sur les épaules, elle se surprenait même à sourire sans qu’elle n’ait besoin de se forcer. Elle avait donc confirmation qu’elle avait besoin de lui dire au revoir de façon privée pour qu’elle se sente un peu mieux. Rien ne pourrait combler le vide qu’il avait laissé en partant, mais maintenant qu’elle était en paix avec elle-même, elle pouvait être tranquille sur le fait que son enfant ne soit plus seul non plus à présent. C’était sa façon à elle de gérer son deuil.

Maintenant que ça c’était fait, il était temps pour elle de sortir de sa tristesse pour de bon. Et elle savait déjà vers qui se tourner pour oublier son  chagrin. Sans perdre plus de temps, elle prit la route en direction de chez Olivia qu’elle avait envie de voir. Elle ne savait pas si cette envie était partagée et elle ne prenait même pas la peine de la prévenir de son arrivée, de toute façon avec son gros ventre elle ne risquait pas d’aller bien. Et si elle n’avait pas envie de voir Mia, eh bien… c’était dommage pour elle parce qu’elle allait devoir la supporter. La jeune brune était devenu l’amie chiante qui appelait ou envoyait des messages au moins une fois par jour pour s’assurer que tout allait bien, en plus de lui toucher le ventre à chaque fois qu’elle en avait l’occasion quitte à agacer la future maman, elle accourait au chevet de cette dernière dés qu’un problème se présentait. Comme il y avait quelques jours où la rouquine avait eu un accident. Plus rapide que Sonic, elle s’était aussitôt rendue à ses côtés pour être sûre qu’elle allait bien et que les médecins s’occupaient bien d’elle.  Elle vivante, ni Olivia, ni son enfant n’allait pouvoir échapper à sa protection. Ils finiront peut-être par la détester, mais elle préférait que ce soit le cas parce qu’elle les aimait trop que pas assez.  Arrivée devant chez son amie, elle se regarda dans un miroir qu’elle avait dans son sac pour voir la tête qu’elle avait, et surtout pour s’assurer qu’on ne remarque pas qu’elle avait pleuré. Au pire elle mettrait ça sur les allergies qu’elle avait à côtoyer le monde extérieur, ça marchait toujours. D’un pas un peu trop joyeux pour une Mia qui avait oublié ce que ça faisait, elle s’avança vers l’appartement d’Olivia – ou bien un esprit était entrée en elle et l’avait possédé, d’où sa bonne humeur soudaine, ou bien elle était juste contente de voir son amie. Elle penchait plus pour la première option. Pour être sûre que la jeune femme vienne lui ouvrir, elle alternait entre sonnette et toc toc à la porte, se demandant si elle ne devait pas plutôt essayer l’autre porte qu’elle regardait du coin de l’œil. En entendant le verrou de la porte bouger, son sourire s’agrandit sans que son doigt n’arrête pour autant avec la sonnette. « Ah bah enf-… Wow, t’en demandes quand même beaucoup à ce pull. Je sais pas qui t’as dit que tu pouvais encore rentrer dedans, mais honey, il t’a menti et salement. » Elle fit une petite moue avant de s’avancer pour la serrer doucement dans ses bras pour la saluer, et referma la porte derrière elle. Oui, elle faisait comme chez mémé. « Vivement que tu mettes cet enfant au monde qu’on puisse sauter sur place à nouveau quand on se salue. » Autant quand elles le faisaient Mia se plaignait intérieurement parce qu’elle se disait qu’elle n’était pas non plus montée sur ressort, autant ça lui manquait. « Faut qu’on aille faire les magasins, faut qu’on te trouve un sapin ! Et aussi… un nouveau pull. » Le regard curieux, elle se saisit de l’extrémité du pull pour voir s’il pouvait s’étirer encore un peu plus, avant de laisser tomber. « Bouge tes fesses, j’entends ton pull pleurer de là. »

_________________

Scared of lonely
I'm in this fight, and I'm swinging and my arms are getting tired. I'm trying to beat this emptiness but I'm running out of time. I'm sinking in the sand, and I can barely stand. I'm lost in this dream and I need you to hold me. I'm scare of lonely and I'm scared of being the only shadow I see on the wall. And I'm scared the only heartbeart I hear is my own, and I'm scared of being alone. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Schizophrenic (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Emma Stone
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Dim 10 Sep - 2:15




Real Housewives of Lakeview
Olimia ❤


Je ne sais combien de temps j’étais restée sur la tombe de ma mère. Je lui avais parlé comme si elle avait été là. Comme si nous avions été attablés une tasse de thé fumante entre les mains. Seulement, je n’étais pas confortablement installé dans une maison chauffée avec une tasse de thé réconfortante. J’étais assise là, à même le sol et si je n’avais pas pu bouger à cause de mes contractions précoces. Je commençais sérieusement à avoir mon au cul pour rester polie. Dès qu’elles étaient enfin passées j’avais ensuite lutté contre la couleur provoquée par les hématomes qui couvraient mon corps. Séquelles physiques que moi seule peut voir étant données de leurs emplacements. Alors que je suis assise dans un taxi pour me ramener chez moi. Je suis là à regarder à travers la vitre, la ville qui défile sous mes yeux. La rue que je demande au chauffeur de ne surtout pas empreinte quitte à faire un détour qui pourrait lui paraitre stupide. Mais je ne suis pas prête. Pas encore. J’arrive encore à ressentir la peur qui s’est emparée de mon corps tout entier. Même si cette peur n’était pas pour moi, pas pour ma vie. Mais pour la sienne. Cette peur profonde comme marqué au fer rouge dans mon être a présent, alors qu’un dégénéré à attenter à la vie de ma fille. La panique m’envahie alors que j’imagine soudain une tout autre fin que celle-ci. Et s’il avait réussi ? L’air me manque maintenant que j’imagine ma vie sans elle. S’il m’avait empêché de pouvoir la voir un jour et la serrer contre moi. La voire grandir. La douleur est déchirante. C’est quelque chose que je n’ai jamais connu et que j’espère, ne faire qu’imaginer dans ma vie. J’ai affronté beaucoup d’épreuve jusqu’ici. Celle-ci, rien que par l’imaginaire. Me semble insurmontable ! Perdre mon enfant serait annoncé ma perte. Je ne serais plus que l’ombre de moi-même. Je refreine les larmes qui montent jusqu’à mes yeux en détournant le regard. Jetant un regard au chauffeur de taxi pour voir s’il m’observe. Son attention qui est toujours portée sur la route et cela me rassure. Mais cette histoire me pose une autre question. Car tout cela ne serait pas arrivé si je n’avais pas fait partie de la vie de Nolan un jour. Et si être l’ex fiancée de l’un des fils Smoak aller être un tort pour mon enfant ? Parce que c’était uniquement pour cette raison que l’on avait attenté à sa vie ! Parce qu’on l’avait cru comme l’enfant Smoak. Ce n’était pas comme si le torchon de la ville avait parlé au mois de septembre du père de mon enfant… Pas non plus comme si j’avais caché l’identité du père. Et contrairement à ce qu’il se disait, il n’y avait aucuns doutes à avoir sur son identité. Mais le plus important, c’était ce que je savais et ce n’était pas des rumeurs qui aller me faire douter de la vérité, puisqu’il n’y en avait qu’une seule et unique !

Une fois la porte de chez moi refermée je retirais mon manteau le pendant au porte-manteau avant d’aller récupérer la tasse de chocolat à présent froid que j’avais laissé sur la table. La plaçant dans l’évier de la cuisine au passage. Continuant mon avancé jusqu’à ma chambre où je ressentais le besoin viscéral de m’allonger. J’avais mal partout, j’étais essoufflée et j’étais fatiguée. Avant de m’installer, j’attrapais mon coussin de grossesse pour pouvoir placer mon ventre correctement sur ce foutu lit et espérer dormir un peu. Mon corps était à bout, il devait pourtant tenir encore un mois avant d’être libérer de cette énorme masse qu’était mon ventre. Les récents évènements n’ayant rien arrangés à mon état, bien au contraire, je boitais, j’avais mal partout comme si une voiture m’était passé dessus. Peu à peu, j’avais sombré dans le sommeil.

Malgré l’intensité et l’acharnement de la personne se trouvant à ma porte d’entrée. Mon réveil n’avait pas été si brutal que cela. Par contre, le coussin de grossesse avait bougé et j’étais dans une position inconfortable à présent. Il me fallut plusieurs minutes avant de pouvoir bouger. La douleur qui s’invitait dans le bas de mon dos comparable à une forte décharge électrique tétanisante. Si m’asseoir au bord du lit était déjà une épreuve. M’en lever en était une autre. J’avais l’impression d’être une vieille. Incapable de faire quoi que ce soit. J’avais du mal à faire mon ménage. Ma vaisselle. J’en étais arrivé à un stade où j’avais contacté une agence pour m’aider dans ce type de tâche, car tout était devenu une épreuve pour moi ! Je jalousais ses femmes qui n’étaient pas seules pour la vie du quotidien. Ces femmes qui avaient leur compagnon pour les aider, les laisser se reposer, les chouchouter peut-être aussi. Mon quotidien devenait de plus en plus épuisant et l’absence de Jed auprès de moi me détruisait encore un peu plus… Bien que peut-être… qu’il n’aurait pas fait partie de ses hommes qui aident. Après tout, peut-être qu’encore une fois, je l’idéalisé un peu trop. Peut-être que je me trompais sur toute la ligne. Puisqu’il n’avait pas voulus de cet enfant, pourquoi m’aurait-il aidé ? Je me traînais jusqu’à ma porte d’entrée ou mon visiteur tambourinait toujours comme un forcené. Ma porte s’ouvrant alors sur ma meilleure amie, mon sourire apparaissant aussitôt sur mes lèvres alors qu’elle s’annonçait en me faisant une remarque sur mon pull trop petit. Je le regardais alors, tirant un peu sur les bords pour qu’il soit un peu plus bas. Mais peine perdue, il était remonté aussitôt. Je regarde alors Mia qui continue de parler en faisant la moue. Lorsqu’elle s’avançait vers moi pour me faire un câlin je lui tendais mes bras, tirant au maximum dessus pour contrer le fait que nous ne pouvions presque plus nous toucher réellement à cause de mon ventre qui allait littéralement exploser. Et pourtant j’étais resté dans la courbe, je n’avais pas pris plus que le poids normal pour une grossesse. Je ne me voyais peut-être pas comme j’étais vraiment. Peut-être que je me voyais beaucoup plus grosse. Mais en tout cas, j’avais l’impression d’être énorme et qu’un ballon de grossesse avait remplacé mon ventre ! « Ouais, on peut même plus se prendre correctement dans les bras… » La lassitude était perceptible dans ma voix. Les derniers mois étaient vraiment les plus éprouvants et j’avais hâte d’accoucher. Pour ne plus avoir toutes ces douleurs. J’avais l’impression que mon corps était en kit. Je n’étais plus maitresse de lui et il était aujourd’hui totalement dédié à cet enfant. Je fronçais alors les sourcils à l’idée de devoir ressortir. Pas que je n’en avais pas envie. Mais les contractions de la matinée me poussaient plutôt à devoir rester tranquille pour aujourd’hui. Et puis elle avait parlé de sapin. Je regardais mon appartement qui ne disposait d’aucune décoration de Noël alors que tous les voisins avaient commencé leur décoration depuis quasiment un mois… Dans le fond, elle n’avait pas tort, même si ma fille ne verrait pas ce sapin, puisque mon terme était prévu pour fin janvier. « De toute façon ta décision est déjà prise ! » Lorsqu’elle portait ses mains sur le bas de mon pull pour le tirer je la chassais des miennes en faisaient un ‘pshitt’ avec la bouche. « Laisse mon pull tranquille, il t’a rien demandé ! »  J’allais alors prendre mon manteau pour m’habiller chaudement. « Tu peux juste m’aider à mettre mes bottes ? J’ai plus vraiment accès à mes pieds et c’est assez compliqué… » Je lui faisais une tête de chien battu pour faire passer la pilule de l’effort qu’elle allait devoir faire.

Bottes aux pieds et manteau bouclé pour ne plus voir mon pull, mais surtout laisser le moindre bout de vent passer dessous, nous marchions côtes à côtes en direction de sa voiture. Mon bras accroché à celui de Mia pour m’aider encore une fois. Car clairement, j’avais plus vraiment d’allure quand je marchais à présent. Bien que je n’en avais pas vraiment avant non plus mais bon… « Au fait, j’ai pas mangé ! » Avais-je soufflé à mon amie uniquement une fois que j’étais installée dans la voiture -après avoir reculé au maximum le siège pour pouvoir y poser mon cul sans avoir à raccrocher le tableau de bord- et que celle-ci était déjà en route pour le centre commercial. « T’en consciente aussi que je ne peux pas porter de choses lourdes ! Donc si tu veux un sapin, va falloir que tu le fasses toi. » Oui je connaissais la flemme que pouvait souvent avoir mon amie et je tenais à la mettre en garde avant de l’entendre se plaindre dans le magasin. Bien que de toute façon, la mise en garde n’empêcherait pas la brune de se plaindre ! « On commence par quoi ? » Avais-je demandé alors que nous n’étions même pas encore arrivées. Mais je sortais peu depuis quelques temps et plus du tout depuis l’accident ! Alors oui, j’étais un peu excité comme une puce. Du moins, comme une femme enceinte de huit mois pouvait l’être !


 

_________________
Just you

I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Take me back to the night we met. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : savage + signature : endlesslove
● Face claim : mila kunis
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Lun 11 Sep - 1:55


Vu la tête qu’elle faisait lorsqu’elle ouvrit la porte, Mia devinait qu’elle était sûrement en train de se reposer avant qu’elle ne se mette à s’acharner contre la porte.  Est-ce qu’elle était désolée d’avoir peut-être réveillée sa meilleure amie fatiguée et gonflée comme Violet de Charlie et la chocolaterie ? Oui. Est-ce que ça allait suffire pour qu’elle change ses plans et lui propose finalement de rester au chaud chez elle à ne rien faire ? Non. La jeune femme était ce qu’on pouvait appeler « une amie en carton » et elle l’assumait totalement. Autant elle pouvait être là pour ses amies et en l’occurrence, Olivia, et l’aidait autant que possible. Autant dés qu’elle avait une sale idée en tête, elle n’hésitait pas à entraîner ses proches avec elle, en l’occurrence, Olivia. Mais ça, c’était de sa faute, elle n’aurait jamais dû se lier d’amitié avec la jeune femme. [NDLR : tout ça pour dire que la rouquine était dans la mierda si elle pensait un jour se débarrasser de Mia et de ses plans foireux.] [NDLR2 : elle pouvait d’ailleurs s’estimer heureuse parce qu’elle était la seule que Mia aimait assez pour insister à ce qu’elles passent du temps ensemble.] « Exactement ! » Elle était ravie de voir qu’elle n’allait pas devoir lui expliquer toutes les raisons pour lesquelles elle allait devoir sortir aujourd’hui. De toute façon, Mia n’avait qu’une seule raison à lui fournir : parce qu’elle avait décidé qu’elles sortiraient toutes les deux aujourd’hui, point. Puis, depuis quand est-ce qu’elle avait besoin d’une bonne excuse pour passer du temps avec sa meilleure amie ? Qu’elle soit déjà contente que Mia ne joue pas aux asociales comme elle le faisait avec presque tous les gens de son entourage.

La seule tâche compliqué de l’opération sapin, n’a pas été de convaincre son amie de sortir, non ça c’était facile. La vraie tâche compliquée a été de l’aider à enfiler ses bottes. « Ok, très bien. » Avait lâché la brunette en levant les yeux au ciel face à son regard implorant. Elle qui pensait que ça allait être seulement une opération de quelques secondes, vit le temps défiler parce qu’elle s’était tout d’abord trompée de pied en l’aidant à enfiler un côté de la paire de bottes. « Ton ventre énorme cache la lumière du coup je me suis trompée. » Ca, ça avait été l’excuse de Mia lorsqu’elle réalisa son erreur. Ouais, au lieu de simplement reconnaître qu’elle n’était pas douée, elle avait préféré blâmer le ventre de son amie. En même temps, on sait tous que Mia est beaucoup plus habile avec un tire-bouchon qu’avec des chaussures, elle ouvre les bouteilles plus rapidement qu’elle enfile des bottes. Un talent. Encore un inutile mais elle trouvera sûrement une nécessité à celui-là un jour.  Mais elle se rattrapa en l’aidant à enfiler rapidement ses bottes et caressa le ventre de cette dernière pour la énième fois depuis qu’elle était arrivée. Elles prirent ensuite la direction de la voiture de Mia où elle aida la rouquine à s’installer, avant de rejoindre son siège côté conducteur, limite en sautillant tellement elle était contente d’être avec son amie. Sans plus attendre, c’est avec une certaine bonne humeur qu’elle n’avait pas ressentit depuis très longtemps qu’elle démarra pour se diriger vers le centre commercial. « J’ai pas mangé non plus, on ira se chercher un truc avant d’aller trouver ton sapin. » La joie se faisait peut-être trop sentir dans sa voix, puisqu’à peine eut-elle mentionnée le sapin que son amie lui rappela qu’elle n’allait pas être en mesure de l’aider. Elle n’était pas totalement débile, elle le savait ça. Déjà qu’elle arrivait à peine à marcher sans boiter, elle n’allait pas non plus l’obliger à porter quoi que ce soit de trop lourd, elle se contenterait de porter une boule de noël au pire. Oui, boule au singulier comme ça elle serait sûre de ne pas être trop chargée. « Alors déjà c’est pas un sapin, c’est ton sapin. Le premier que tu auras dans ton nouvel appartement et que ton enfant verra. Enfin, si t’es comme ma mère et que tu laisses les décorations jusque Pâques. Ensuite, je sais que tu ne dois pas porter de choses trop lourdes, et je sais aussi que j’aurais pu aller le chercher toute seule. Mais je préfère que tu sois avec moi. » Un sourire timide se dessina sur son visage tandis qu’elle tournait légèrement la tête vers Olivia, avant de se concentrer à nouveau sur la route.

Mia fut cependant contente de voir l’enthousiasme de son amie, ça lui redonnait du baume au cœur. « Je sais pas trop, je propose qu’on avise une fois sur place, on est plutôt bonne à ça. Surtout quand on est à deux. » N’en déplaise aux gens, elles se transformaient en reine de l’improvisation  lorsqu’elles étaient toutes les deux. La dernière fois ça les avait menées en cellule de dégrisement. Quelle belle soirée. Mia s’était même fait un ami ce soir-là, autre qu’Olivia ; le mal de tête qu’elle s’est tapée le lendemain. Mais ça en valait totalement la peine parce que de cette soirée en a découlé une belle amitié.

Elles arrivèrent rapidement au centre commercial et par chance, elle n’eut pas trop de mal à se trouver une place de parking. Ce qui était d'ailleurs étonnant, elle aurait pensé qu'il y aurait eut un exode rural à cause de la période, et que tous les campagnards choisiraient ce jour-même pour faire leurs courses. Toujours avec la même excitation, elle sortit de la voiture et alla aider la future maman à sortir, lui répétant à plusieurs reprise d’y aller doucement et de faire attention, avant de passer son bras autour du sien pour qu’elle se serve d’elle comme appui. Une fois qu’elle s’assura qu’elles n’avaient rien oubliées derrière elle, la jeune femme traina Olivia jusqu’aux caddies parce qu’elles n’allaient pas non plus porter un sapin toutes seules. Enfin, Mia n’allait pas pouvoir porter le sapin et aidait son amie à se tenir droite en même temps, alors elle eut une idée des plus brillantes. « Bon, saute dedans. » Elle donna un coup de tête en direction du caddie avant de mettre ses mains sur ses hanches, l’air de dire qu’elle ne plaisantait pas. « Grimpe je te dis, je conduis. »

_________________

Scared of lonely
I'm in this fight, and I'm swinging and my arms are getting tired. I'm trying to beat this emptiness but I'm running out of time. I'm sinking in the sand, and I can barely stand. I'm lost in this dream and I need you to hold me. I'm scare of lonely and I'm scared of being the only shadow I see on the wall. And I'm scared the only heartbeart I hear is my own, and I'm scared of being alone. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Schizophrenic (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Emma Stone
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Mar 19 Sep - 16:03




Real Housewives of Lakeview
Olimia ❤
Avant de faire quoi que ce soit, je demande à ma meilleure amie si elle peut m’aider à mettre mes bottes. De toute façon, c’est ça ou dans deux heures nous sommes encore là… Alors autant qu’elle m’aide à m’habiller, du moins dans mon cas, me chausser. Je fronce les sourcils une fois qu'elle est redressée, elle annonce que c’est à cause de mon gros ventre qui lui cache la lumière, qu’elle s’est trompée de pied. J’avais alors remué sur ma chaise, trouvant la position aussi inconfortable que d’avoir des chaussures à l’envers aux pieds. Mais finalement, la brunette avait réparé son erreur et nous avions finalement pu sortir de mon appartement pour gagner sa voiture. Elle avait démarré après que je me sois battu avec cette foutue ceinture à la limite du trop court… « Fait moi penser à acheter une rallonge de ceinture pour femme enceinte, c’est plus possible là… » Avais-je dit sur un ton désespérée. Il fallait vraiment que j’adapte tout ce qui m’entourait à ma condition, alors qu’elle n’allait plus durer que deux mois. C’était beaucoup d’énergie et d’argent dépensé pour quelque chose d’éphémère. Je me sentais soudain COUPABLE de penser de cette façon, alors que je portais la vie et que je l’aimais. Mais il fallait avouer que mes finances n’était pas toujours au beau fixe et surtout depuis que j’avais nettement ralentit la cadence. Ne refusant plus les contrats par manque de temps, mais surtout parce que le médecin m’avait forcé à me mettre en congé maternité et qu’en temps qu’auto-entrepreneuse. Ce n’était plus du tout la même chose financièrement, encore heureux que j’avais une bonne mutuelle et une assurance.

Je me change les idées en avouant à Mia que je n’ai pas mangée et vue la faim qui commence à tirailler mon ventre. J’ai l’impression de pouvoir engloutir un bœuf entier. Dire que je n’aimais pas la viande avant ma grossesse et que maintenant, même si ce n’était pas quelque chose d’hyper régulier dans mon alimentation, cela en faisait enfin partie. Je regardais la brune conduire alors qu’elle parlait de ce sapin avec beaucoup de joie et d’envie. Noël n’avais jamais été quelque chose de très attendu chez moi. Depuis que j’avais emménagé avec Nolan, nous n’avions jamais fait de sapin chez nous, profitant de celui chez ses parents ou chez ma mère, qui était toujours moins impressionnant que celui des Smoak. Et pour être sincère, sans l’intervention de la brunette. Je n’aurais surement pas mis de sapin chez moi cette année. Mais me dire que j’allais le faire avec elle me gonfler le cœur. Pour rester sur le sujet de ce sapin, je m’étais alors mon amie en garde sur le fait que je ne pouvais pas l’aider à le porter. Encore moins depuis que j’avais eu cet accident. Le moindre effort déclenché des contractions et je devais alors m’asseoir aussitôt et attendre bien sagement qu’elles passent. Je rigole lorsqu’elle me dit que si je suis comme sa mère, mon sapin restera dans le salon jusqu’à Pâques. Ses derniers mots me touchent. De savoir qu’elle a voulu faire cela avec moi, plutôt que de me faire la surprise en se pointant avec un sapin sur le pas de ma porte comme elle l’avait fait tout à l’heure. Et puis de toute façon, malgré ma fatigue physique ! Je suis forcée de constater que sortir avec elle me fait du bien au moral. Qui en prend sérieusement un coup depuis l’accident et surtout le fait que je n’ai quasiment plus rien le droit de faire.

Nous étions quasiment arrivées lorsque je lui demandais par quoi nous allions commencer. Je hoche la tête à sa réponse. Le souvenir de notre première rencontre qui flotte dans l’air et surtout dans mon esprit alors que nous avons finis en garde à vue ce soir-là. Alors, qu’à cette époque je n’avais pas la moindre idée de la place qu’allait prendre Mia dans ma vie. Alors, que je ne connaissais pas encore Jed non plus et que je venais à peine de rompre avec Nolan, un mois plus tôt. Un an que Nolan était sorti de ma vie. Pour n’en réapparaitre malgré lui qu’il y a peu de temps, quelques semaines… De façons indirectes, sans le vouloir réellement sans doute ! Pourtant, mon état de santé d’aujourd’hui est en partie à cause de lui, de nous. Ce passé que nous avons en commun. Et pourtant j’ai l’impression qu’une décennie c’est écoulée depuis la dernière fois que je l’ai vu. Ma vie n’a  plus du tout le même SENS aujourd’hui. Mon étoile ne brille plus pour les mêmes raisons. Mais maintenant que j’y pense, une réalité me frappe. Je tourne alors mon visage vers Mia de façon mécanique, l’esprit qui tourne et retourne encore un peu mes souvenirs. « Mia ! » Je fronce un peu les sourcils, ne me rappelant pas la date à laquelle j’ai rencontré cette femme. « Cela fait un an que nous nous sommes rencontrée. » Et je lâche ça comme une bombe alors qu’elle est en train de garer la voiture sur le parking du centre commercial. Je n’arrive alors pas vraiment à décrire la sensation que je ressens dans le corps, mais surtout dans le cœur. C’est puissant, par comme mes sentiments pour Jed. C’est quelques choses de différent. J’arrive parfaitement à faire la part des choses entre mes sentiments amoureux et d’amitié. La puissance bien qu’importante, n’a pas le même effet sur moi, ni sur la petite qui commence à REMUER dans mon ventre alors que je sens des coups sur le haut de mon ventre et surtout qu’elle appuie sur ma vessie.

Une fois sortie de la voiture non pas sans mal. Et dieu sait à quel point c’est compliqué dans une voiture un peu basse avec un ventre beaucoup trop gros… M’attrapant le bras elle me traînait jusqu’aux caddies, me demandant alors de sauter dedans. Je la regardais  avec deux yeux ronds. « Mais je peux pas monter là-dedans… » En vrai je ne me voyais clairement pas enjamber le truc et y retomber sans me faire mal, sans parler du regard des gens. Autant prendre un fauteuil roulant … mais ça aller me donner un côté handicapé que je n’étais pas sûre d’assumer. Elle insiste alors pour que je grimpe dans le caddie. « Mais si on doit manger un bout, ça va être trop compliqué… » Je fronce encore un peu les sourcils. « Voilà ce que je te propose, on va manger, car l’alien à l’intérieur de moi va finir par trop s’agiter si je reste comme ça encore longtemps et après je grimpe dedans, ok ? » Je regardais Mia attendant qu’elle réponde à ma proposition. Nous entrons enfin dans le centre commercial qui semble plein a craqué malgré le fait que nous soyons encore tôt dans le mois de décembre et que ce n’est pas encore le rush des derniers jours avant Noël. Soudain je regrettais d’avoir refusé d’être monté dans se caddie ayant clairement peur de me prendre un mauvais coup dans le ventre au milieu de toute cette agitation. « On va manger un burger avec des frites, ça te va ? » J’avais envie d’un truc chaud, consistant, mais surtout de frites en réalité … Mais en voyant la queue devant les caisses, Mia attrapait mon bras pour me trainer devant et doubler tout le monde, nous collant devant les serveurs du fast food. Le reste de la file qui se met alors à beugler, me mettant clairement mal à l’aise. « Je peux faire la queue tu sais… » Dis-je en chuchotant à l’oreille de mon amie. Alors que le serveur nous demandait ce que nous voulions. Mia semblait vouloir dire que c’était normal avant de finalement répondre au serveur tandis que je fixais le T-SHIRT du gars, essayant de faire abstraction à ce que je pouvais entendre derrière moi. Mais je pouvais sentir ce peuple derrière nous RADIANT de négativité envers nous.


 

_________________
Just you

I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Take me back to the night we met. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : savage + signature : endlesslove
● Face claim : mila kunis
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Sam 23 Sep - 22:00


Concentrée dans la recherche d’une place de parking, la brunette lâcha presque le volant lorsque son amie lui rappela la date. Elle avait tourné la tête brusquement en direction de son amie, un sourire aux lèvres – entre temps elle avait faillit causer un accident, mais c’était un détail puisqu’elles avaient visité ledit accident donc inutile de s’attarder dessus. Le cœur de Mia rata un battement de joie en réalisant que cela faisait effectivement un an qu’elles se connaissaient. L’amitié qu’elles partageaient toutes les deux était telle, que si Olivia ne lui avait pas dit qu’elles fêtaient leur un an d’amitié, elle ne l’aurait sûrement pas remarqué. Tellement de choses s’étaient passés dans la vie de Mia en seulement un an ; en bien ou en mal, elle ne savait encore quoi penser. Mais elle réalisait surtout que de toutes les rencontres qu’elle avait pu faire dans sa vie, en plus d’être sûrement l’une des plus belle, celle avec Olivia avait l’air d’être la plus solide. Elle n’était pas non plus sa seule amie – sa vie était triste, mais pas encore à ce point – mais la rouquine faisait partie des rares personnes dont Mia voulait absolument préserver l’amitié. Il y avait également Trayvon mais elle avait l’impression qu’ils s’étaient un peu éloignés ; un éloignement qu’elle ne devait qu’à elle-même et à sa tendance à repousser les gens une fois qu’ils essayaient de lui venir en aide. Elle avait envie de lâcher le volant pour sauter dans les bras de sa meilleure amie, mais décida de ne pas le faire. Elles venaient de frôler une fois la mort, il était inutile de la provoquer. Il était inutile de dire qu’elle regrette d’être derrière le volant à ce moment précis parce que, enceinte ou pas, elle se serait fait une joie de sauter dans les bras de la rouquine et de sautiller sur place. « On a réussit à se supporter une année entière, qui l’eut cru.. » Dit-elle en ponctuant sa phrase d’un petit rire avant de se pencher tout de même en avant pour tenter de faire un câlin à la jeune femme à côté d’elle. « Ouais non c’est bon, on attendra dehors pour le faire, j’ai compris. » La mission se montrant un peu plus compliquée que prévu, elle gardait en tête qu’elle devait un câlin à son amie, et se gara sans grande difficulté. [NDLR : bof. En fait elle avait râlé intérieurement pour se trouver une place de parking, mais comme elle devait aider son amie enceinte sortir de sa voiture juste après, bah elle est arrivée à la conclusion que se garer c’était plus marrant. Voilà pour la petite histoire.]

Une fois dehors toutes les deux, avant de tendre son bras à son amie pour qu’elle s’en serve comme appuie, elle sauta rapidement dans ses bras pour lui faire le câlin comme promis. Son ventre les séparait, rendant l’étreinte presque impossible mais Mia avait apprit à étendre ses bras bien comme il faut pour faire un semblant d’étreinte. Puis c’était l’attention qui comptait. Avec la même bonne humeur, elle l’aida à aller jusqu’aux caddies avant d’exposer à son amie son idée brillante. « Bien sûr que tu peux, grimpe te dis-je. » Si elle le devait, elle était même prête à faire la courte échelle à la rouquine pour l’aider à grimper. Elle n’était pas bête – bien qu’on puisse penser le contraire – mais elle voyait mal Olivia marcher dans les rayons du supermarché dans son état, alors qu’elle avait déjà du mal à rester debout sans qu’on ne lui tende un bras sur lequel s’appuyer. Dans un soupir, elle accepta de reporter sa mission « Olivia dans le caddie » à plus tard, et se mit derrière, prête à le pousser. « Ok, comme tu veux. Mais juste après tu sautes dans le caddie ! » Un regard sérieux en direction de son amie pour lui indiquer qu’elle le veuille ou non, et elles prirent la direction de l’entrée de la galerie. « Ca me va. » Répondit Mia qui poussait son caddie tout en gardant un œil sur la rouquine. Ne sait-on jamais, un coup de vent un peu trop violent pouvait souffler et la faire se renverser. Enceinte et énorme, certes, mais elle n’était pas non plus la plus en forme des deux.

Un soupir s’échappa de ses lèvres en voyant la queue qui se profilait devant elles. « Les gens n’ont rien d’autre à faire que d’être là un jour de semaine ? » Rouspéta la brunette à l’attention de son amie. Elle gara son caddie à l’entrée du point chaud et prit Olivia par la main tout en prenant une profonde respiration. « Pardon, excusez-moi, pardon. Elle est enceinte, vous comprenez ? » A mesure qu’elle s’excusait, elle s’avançait parmi les gens en dépassant tout le monde dans la file pour arriver jusqu’aux caisses. No shame. « Hors de question de faire la queue, t’es enceinte faut bien que ça me serve aussi. J’ai pas envie de faire la queue moi. » Avait-elle chuchoté sur le même ton que son amie avant d’arriver finalement devant la caisse où elle passa commande. Elle entendait les gens râler derrière elle, mais est-ce que ça allait l’empêcher de dormir ce soir ? Non, loin de là. Bien au contraire. Et si jamais en sortant du sapin elle voulait revenir pour repasser devant les gens, elle le ferait. Personne ne pouvait la stopper, même pas Olivia qui ne semblait pas apprécier son passe-droit. Elle avait tort de ne pas en profiter, parce qu’une fois accouchée elle allait devoir recommencer à faire la queue comme le commun des mortels. A moins qu’elle ne planque un oreiller sous les vêtements de la jeune rousse. A essayer. Le regard en direction de la future maman pour déterminer si elles prenaient les commandes sur place ou à emporter, elle décida de rester sur place. Même si, elle ne cachait pas sa crainte de devoir batailler avec la jeune femme pour qu’elle puisse se lever de sa chaise une fois le ventre plein. « Va nous prendre une table, j’arrive avec les commandes. » Dit-elle d’une petite voix à Olivia, voulant épargner ses souffrances de devoir rester debout encore longtemps.

Au bout de quelques minutes, elle régla leur commande et alla rejoindre son amie à la table, déposant le plateau devant elle. « Tu sais, j’ai pensé à cette histoire de caddie. » Fut la première chose qu’elle lâcha une fois assise. Oui, elle était toujours déterminée pour qu’elle grimpe dedans.  « Je conçois que tu n’ais pas très envie de grimper dans ce truc, du coup va falloir qu’on le customise un peu. Je te propose de faire ça avant d’aller chercher le sapin. »

_________________

Scared of lonely
I'm in this fight, and I'm swinging and my arms are getting tired. I'm trying to beat this emptiness but I'm running out of time. I'm sinking in the sand, and I can barely stand. I'm lost in this dream and I need you to hold me. I'm scare of lonely and I'm scared of being the only shadow I see on the wall. And I'm scared the only heartbeart I hear is my own, and I'm scared of being alone. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : Schizophrenic (avatar) & tumblr (gifs)
● Face claim : Emma Stone
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Mer 27 Sep - 20:32




Real Housewives of Lakeview
Olimia ❤️
Une année. Une année c’était écoulé depuis ce soir où j’avais rencontré pour la première fois la jolie brune. Aurions-nous pu imaginer ne serait-ce que l’ombre de ce que nous avons vécu au cours de cette année ? Avais-je simplement l’idée que celle inconnue qui m’avait fait des cocktails absolument dégueulasse deviendrait ma meilleure amie ? Mais pas un seul instant… Non, puisqu’à ce moment-là pour moi la seule chose qui n’allait pas était ma rupture douloureuse avec Nolan un mois plus tôt et le récent décès de ma mère. Comment aurais-je pu imaginer que deux mois plus tard, Maxym allait me foutre dehors et surtout qu’elle allait ne plus vouloir entendre parler de moi. Et qu’encore quelques mois après, elle allait perdre la vie dans un accident. Cela ne faisait qu’une année. Finalement, ce n’était rien… et pourtant ! J’avais l’impression que c’était il y a dix ans… « Qui aurait cru qu’un cocktail absolument immonde allait nous amener ici ! » Large sourire aux lèvres, mon visage qui rayonne de bien être chaque fois que je repense à cette soirée, que jamais je ne regretterais… Elle avait tenté de me faire un câlin tout en conduisant. Ce qui ne me rassurait pas, mais dans l’idée de lui faciliter la tâche je m’étais un peu penché aussi. Mais pour avoir été percuté quelques semaines plus tôt, j’étais loin d’avoir envie d’avoir un nouvel accident de voiture. Et comme si elle avait lu dans ma tête, elle reportait toute son attention sur la route, abandonnant l’idée de faire un câlin le promettant pour lorsque nous serions arrivées.

Je devais avouer que l’idée de passer mon après-midi dans un caddie n’était pas quelques choses de très réjouissant, en plus d’être enceinte jusqu’au cou, j’allais passer pour une handicapé. Bon… dans le fond, ce n’était pas totalement faux vu mes difficultés à marcher sûr de longues distances… ou même de courtes ! « Oui promis, je grimpe là dedans après, mais je ne vais pas manger dans un caddie… » Dans le fond, c’était logique. J’allais déjà en chier pour monter là-dedans, mais devoir le faire plusieurs fois de suite. Ça allait surement être mission impossible.

« Comme nous je suppose ? » Avais-je répondu à la déclaration de Mia dépitée face au monde présent dans le fast food. Mes yeux ce posant sur un couple et leur enfant turbulent. Mon regard qui tombe sur le MARI tenant la plus grande des filles par les épaules. Un frisson désagréable qui court le long de mon dos alors qu’elle me traine en doublant tout le monde. Clairement j’ai la FROUSSE de me faire insulter ou lyncher par tous ces gens. Parce que clairement, cela me gêne de faire ça, même si dans le fond, l’idée de ne pas rester autant de temps debout à avoir mal ne rassure. Mia qui m’exprime très clairement le fond de sa pensée et surtout me laisse comprendre qu’elle se sert de mon état pour ne pas avoir à faire la queue. Décidément, je dois être trop gentille pour ne pas penser à ce genre de choses ? Lorsque je pose mes yeux sur tous ces gens à l’arrière dans les cuisines. J’ai soudain l’image d’une HIPPODROME. Ils courent tous en cercle, répétant les mêmes gestes. Toujours dans un temps record. C’est une mécanique bien huilées qui de l’extérieur pourrait presque devenir fascinante. Je hoche la tête et lui tourne le dos lorsqu’elle me demande de nous chercher une table. Je me frotte un peu le ventre en regardant à droite et à gauche, à la recherche d’une table de quatre pour être sûre d’être à l’aise. Je regarde un groupe qui semble avoir terminé. Et je ne reste pas trop loin pour être sûre d’avoir cette place. Je m’assois enfin aussi lourde qu’une ENCLUME et soupir de soulagement alors que je pousse un peu la table pour laisser passer mon ventre. Ma main qui en la poussant tombe sur quelque chose de gluant, comme si une LIMACE était passée par là et le dégout s’affiche aussitôt sur mon visage. Je jeté un regard en direction de Mia pour voir si elle arrive bientôt pour pouvoir m’essuyer la main…

La jolie brune vient me retrouver et me parle aussitôt de cette histoire de caddie, que très franchement, j’avais déjà oubliée ! J’attrape l’une des serviettes me frottant la paume de la main avant de faire de même sur la table, éloignant le bout de papier usagé au bout de la table. Je fouille alors dans mon sac à la recherche de mon gel hydro-alcoolique en déposant une goutte dans ma paume avant de frotter mes mains pour en rependre sur mes deux mains. L’un de mes sourcils se soulève sous l’idée tandis que je repartie notre commande entre ce qui est à elle et à moi. « Comment ça le customiser ? » Je fronce franchement les sourcils tout en revenant installer mon dos contre le dossier de ma chaise. « Je veux dire, tu feras pas d’un caddie un CHÂTEAU… donc bon, tu veux en faire quoi ? » Je commence à piocher dans mes frites les levant jusqu’à ma bouche sans pour autant les manger tout de suite. « Tu veux y mettre genre des guirlandes et des BOUQUETS de fleurs de Noël ? » L’idée que le caddie ne ressemble pas à un bête caddie alors que je vais être dedans me donne soudain un peu plus envie. M’enfin, ce n’est pas comme ça que l’on va passer inaperçu… Un cri en cuisine me fait vivement lever les yeux en direction de la cuisine alors que l’un des cuisiniers vient de se BLESSER. Intérieurement j’espère que quelqu’un a ce qu’il faut pour lui dans un CASIER. Je regarde de nouveau Mia tandis que je mâche mes frites attrapant mon hamburger entre les doigts.

Lorsque nous sommes rassasiées, Mia s’occupe de mettre nos déchets à la poubelle et de ranger notre plateau. Je soulevais avec difficulté ma carcasse de mon siège me tenant au caddie en attendant Mia, lui demandant pour que l’on passe aux toilettes avant de poursuivre notre excursion. En en sortant nous étions tombées nez à nez avec un mec se baladant en SLIP pépouze. Je l’avais regardé passer en écarquillant les yeux, me mettant finalement à rire lorsqu’il s’était mis à détaler comme un lapin alors que deux agents de sécurité s’étaient pointés. Soupir. « Bon alors, il faut que je monte dedans avant ou après qu’il soit customisé ce caddie ? » Demandais-je à ma meilleure amie.


 

_________________
Just you

I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Take me back to the night we met. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avatar : savage + signature : endlesslove
● Face claim : mila kunis
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia   Lun 2 Oct - 1:42


Les gens qui connaissaient Mia savaient qu’elle pouvait être butée quand elle le voulait. Là en l’occurrence, elle allait se montrer butée. Elle voulait qu’Olivia monte dans son caddie, alors elle allait monter dedans qu’elle le veuille ou non. Enfin, elle n’allait pas non plus mais vu son état, elle voulait bien la voir résister pour qu’elle rigole un peu. Quoi qu’il en soit, pendant qu’elle entamait ses frites, elle pensait à comment est-ce qu’elle allait rendre ça possible, en pensant surtout à l’aspect esthétique. Plus c’est beau, plus ça donne envie et moins elle devrait argumenter pour que son amie accepte d’entrer dans ce foutu caddie. « Je vais le rendre beaucoup plus beau pour commencer, et vu l’état initial je pense pas que je vais avoir de mal à faire ça. Et t’occupes, je me charge de tout. » Dit-elle en brandissant une frite sous le nez de la rouquine comme pour appuyer son propos. « On va rester dans l’esprit de Noël, tu verras les autres vont être jaloux de notre caddie. » Au moment où elle prononça ces mots, elle vit un enfant passer à côté d’elle la regarder bizarrement. Sûrement qu’il avait entendu ce qu’elle venait de dire concernant le caddie, et lui aussi se posait des questions. Elle fronça les sourcils l’air de lui demander quel était son problème, et ce dernier détourna les yeux pour aller courir dans les jupes de sa mère. Bien, au moins le message avait été transmis sans même qu’elle n’ouvre la bouche. Lorsqu’elle tourna la tête à son tour vers la future maman, Mia se souvint qu’elle devait se montrer un peu plus gentille envers les enfants si elle espérait être marraine de ce petit bout qui allait bientôt naître. La brunette qui faisait en général preuve de beaucoup plus de retenue, trouvait ça parfois dur de ne pas faire de grimaces aux enfants, surtout lorsqu’ils vous fixaient comme si vous aviez quelque chose sur le visage. Elle se demandait comment est-ce qu’Olivia allait faire lorsque le bébé serait là. Est-ce qu’elle allait lui faire des grimaces ou se comporter comme toute personne normale et ne pas en faire. Enfin, sa question était tellement bête qu’elle pouvait y répondre elle-même. Bien sûr que non elle n’allait pas faire de grimaces à son bébé, elle allait être maman, et la jeune femme avait pour théorie que dés le moment où on devenait maman on arrêtait ce genre de sottises. C’était là la différence entre Olivia et elle, elle n’avait pas été maman suffisamment longtemps pour savoir qu’on ne devait pas faire pleurer les enfants juste parce qu’ils nous fixaient depuis trop longtemps à notre goût.

Une fois l’estomac plein, Mia débarrassa la table avant de repartir à l’aventure. Le plan sapin était donc de nouveau en marche. Quoi que pas tout à fait parce qu’elles avaient dû passer aux toilettes avant, ce qui était parfait parce que ça donnait le temps à la jeune femme de penser davantage à son plan qui allait devoir être parfait. « Encore un téméraire. » Lança Mia à la rouquine en rigolant, pour répondre à son commentaire qu’elle n’avait même pas du faire, un regard suffisait. Bien, maintenant qu’elles étaient dehors elles allaient devoir procéder de la manière suivante : le freestyle. Même si on ne pouvait pas tout à fait appeler ça un freestyle puisqu’elle savait quand même par quoi commencer, mais le reste était dans les mains du hasard. Ou bien ça fonctionnait, ou bien ça foirait complètement. « Tu viens avec moi, on va customiser ! » D’un pas joyeux – un peu trop peut-être pour ce qui allait suivre – et décidée, elle ouvrit la marche en prenant soin d’avoir toujours les yeux sur son amie qui pouvait exploser à tout moment. [NDLR : on est qu’en décembre mais on sait jamais, un faux mouvement et ‘oop, le bébé est sorti et Mia ne veut pas prendre ce risque.] Contre toute attente, elle guida Olivia et le caddie dans un rayon qui n’avait aucun rapport avec Noël si ce n’est les quelques couvertures moches avec des sapins dessus. « Bouge pas, laisse la pro s’occuper de tout. » Un sourire aux lèvres, elle fit un pas loin du caddie avant de revenir vers son amie. « La pro c’est moi, j’espère que tu l’as compris ça. » Avant même que son amie ne fasse une réflexion déplaisante – qu’elle sentait arriver à des kilomètres – elle s’éloigna à nouveau et se servis entre les couettes, les oreilles et toutes les choses qu’elle trouvait moelleux à son goût. Elle avait même pris une grosse peluche en ours polaire blanc parce qu’elle trouvait ça beau et que ça apporterait un plus à son caddie. Sous le regard de la rouquine, elle faisait des allers-retours et disposait le tout dans le caddie pour essayer de rendre le tout plus confortable. A ce stade, elle était sûre qu’Olivia qui était loin d’être bête, avait compris ce qu’elle était en train de faire.

« Tiens, toi tu tiens ça. » Dit Mia en lui tendant la grosse peluche, avant d’effectuer un dernier aller-retour où elle prit un tabouret cette fois, qu’elle posa sur le côté du caddie. « Je te présente le sapin mobile. Moins classe que la batmobile mais plus beau. Et surtout, fait avec beaucoup, beaucoup d’amour. » Fièrement, elle tendit les bras pour montrer son chef d’œuvre à la future maman. « Il manque un peu de décorations mais ça on s’en occupera après. Allez, maintenant tu montes ! » Un petit signe de tête qui lui valut presque un craquage de cou, elle indiqua l’intérieur du caddie à présent tapissée de couettes et d’oreillers, pour le plus grand confort de madame.

_________________

Scared of lonely
I'm in this fight, and I'm swinging and my arms are getting tired. I'm trying to beat this emptiness but I'm running out of time. I'm sinking in the sand, and I can barely stand. I'm lost in this dream and I need you to hold me. I'm scare of lonely and I'm scared of being the only shadow I see on the wall. And I'm scared the only heartbeart I hear is my own, and I'm scared of being alone. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
 
Real Housewives of Lakeview : Christmas edition. || ft. Olivia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Big Blue World :: Flashforwards-