AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (2015) [Thomas] The first time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
● Crédits : ©solaris
● Face claim : Anya Taylor-Joy
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (2015) [Thomas] The first time    Dim 24 Sep - 23:35

I'll take you to the candy shop, I'll let you lick the lollipop. Go 'head girl don't you stop. Keep going 'til you hit the spot, whoa. I'll take you to the candy shop (yeah) Boy, one taste of what I got (uh-huh) I'll have you spending all you got (come on) Keep going 'til you hit the spot, whoa
(@candy shop // beerus)
The first time..
☆ Thomas & Max ☆

21 Avril 2015.
La nuit lui semblait avoir été bien trop courte, parce que bien qu’elle n’ouvrit les yeux que par sa propre volonté, sans une intervention quelconque extérieure, Ali n’avait pas vraiment le sentiment d’être reposée. Dans sa poitrine, son coeur battait encore à tout rompre, en repassant le fil des événements de la veille; le bruit du verre brisé, l’éclat de rire, la menace et puis le bruit des talons sur le macadam alors qu’elle s’échappait, pour trouver refuge ici, haletante. L’euphorie de Chloe retentissait encore dans la pièce, puis dans son crâne et la brunette passa ses mains sur ses tempes pour essayer de calmer l’écho de son rire cristallin, une migraine de passage pour l’accueillir dans le monde des vivants. Ses jambes remuèrent, un peu, réveillant le crissement du matelas gonflable sur lequel elle était allongée, le son s’amplifiant quand Ali se redressa, brusquement. Une pensée, soudaine et brutale, venait de la frapper et elle se sentie si fébrile que cette idée terrifiante l’obligea à s’asseoir pour observer le lit à côté d’elle. Elle devina une forme, immobile, sous les draps, mais cela ne lui suffisant pas, Ali appuya sur ses mains pour redresser un peu son buste et observer un peu mieux; Chloe était bien là, endormie, mal démaquillée de la veille, mais toujours présente. Ce n’était qu’un mauvais rêve, une crainte sans fondements. Elle se trouva idiote d’imaginer qu’un monde pouvait exister sans sa meilleure amie et, apaisée, Ali se rallongea sur son matelas, pour remonter le drap jusqu’à sa poitrine et croiser les bras par-dessus. Ses muscles étaient encore endoloris de course de la veille, aussi elle décida de ne pas faire trop de mouvements, espérant sans doute innocemment qu’elle se rendormirait si elle ne remuait plus dans le matelas. Seulement, l’éclat de voix qui tonna depuis la cuisine des Pride, puis la porte d’entrée qui claqua deux fois, finirent de la réveiller complètement.

Son regard se figea sur le plafond, accaparé par les étoiles et lunes phosphorescentes qu’elles avaient collé à treize ans, après que Chloe ait attrapé la grippe; elle avait tellement souffert pendant ces jours de quarantaine, croyant mourir, que les filles avaient décidé qu’avoir ce ciel étoilé fictif sous les yeux, si près d’elles, ça leur épargnerait un long trajet pour l’au-delà. Ou quelque chose dans cette optique-là, parce que l’idée était venue de Chloe et qu’avec la fièvre, elle délirait beaucoup. Mais elles étaient toujours là, sa meilleure amie aussi. Un sourire passa sur les lèvres d’Ali qui, mal installée sur son lit d’appoint, finit par quitter son nid pour pousser un peu la grande brune endormie et se glisser dans son lit. Comment faisait-elle pour être toujours aussi bouillante ? Même en été, les pieds d’Ali étaient glacés. Se roulant en boule, elle se colla au dos de Chloe qui, finissant par émerger un peu, se tourna dans l’autre sens pour enlacer l’intruse en souriant. « Quelle nuit, Alibi ! » Elle rit un peu, frotta son nez contre le sien et se tourna de nouveau pour attraper une cigarette sur le meuble qui se dressait entre le lit et le mur, servant de table de chevet assez bordélique. Ali se dit qu’un jour elle fouillerait, peut être qu’elle y trouverait un fossile. « Il faut qu’on réfléchisse à la soirée de ce soir. Nous avons une mission à remplir; il faut que ce Thomas ne puisse pas regarder une autre fille que toi! Elle se tourna légèrement pour la regarder, Ali se sentant clairement jugée, avant de hausser les épaules pour allumer sa cigarette. Bon, tant qu’il te voit pas au réveil, ça va.. Oh fais pas cette tête, je rigole. T’es adorable au réveil, j’sais pas comment tu fais! J’ai l’air d’un dinosaure moi, chaque fois. » « Si tu te démaquillais aussi.. » Elle fit mine d’être un peu vexée de la blague, avant de se fasciner pour la fumée qui s’échappait des lèvres de Chloe; il y avait quelque chose de merveilleux dans sa manière de fumer. A la fois accro et désinvolte. « On va piquer une tenue à Linda, viens. »

Écrasant son mégot dans le cendrier, Chloe se redressa sur son lit, sautillant un peu pour obliger Ali à remuer, avant de la sortir de sous sa couette en la tirant par le bras. Main dans la main, les filles grimpèrent les escaliers en courant pour entrer dans la chambre du couple, Chloe se précipitant sur la penderie où elle s’affairait déjà chercher la tenue idéale. Ali, elle, restait un peu en retrait, ignorant comment se placer dans la pièce pour ne pas empiéter sur l’air ambiant et ne pas déranger les molécules qui flottaient. Elle n’aimait déjà pas briser l’intimité du cocon de ses parents, alors celui de la mère de Chloe. « Ça sera parfait ! elle tendait déjà la tenue à la brunette qui, interloquée, observait la robe en question. Tu comptes pas garder ton pyjama en-dessous, quand même ! Fais pas ta pucelle, j’t’ai déjà vu en soutif, c’bon. » Roulant des yeux, Chloe rit en essayant un des nombreux chapeaux de sa mère; les filles ignoraient ce que Linda avait avec les couvre-chef, mais elle en possédait une sacrée collection. Timide, Ali ne parvint à convaincre Chloe de la laisser essayer la robe qu’après s’être douchée, remarquant par la même occasion, en regardant le réveil de la salle de bain, que l’après-midi était sacrément bien entamée. « Je sais pas ce Thomas, mais moi j’suis pas sûre d’arriver à regarder quelqu’un d’autre! » Le compliment la fit rougir et le choix fut fait, sans qu’Ali ait réellement son mot à dire.

21 Avril 2015. 22h.
La vue de la demeure Morgenstein la tétanisait, ou la fascinait, elle ignorait réellement le sentiment le plus présent dans sa poitrine alors qu’elle passait le portail, Chloe a ses côtés. Comment avaient-elles réussi à se mêler à la bande de fêtards invitée chez Thomas ? Ce serait une histoire à raconter, plus tard, un jour. La main de sa meilleure amie dans la sienne lui servait de fil rouge, pour ne pas se perdre sur le chemin, court et pourtant si long, alors qu’elle gardait le nez en l’air, réellement émerveillée. Elle n’avait jamais vu autant d’opulence, du moins pas maintenant qu’elle savait ce que signifiait ce mot. Elle avait le vague souvenir d’avoir été à la fête d’anniversaire d’un garçon de l’école, qui vivait assez bien lui aussi, mais elle n’était pas sûre que ses souvenirs étaient aussi incroyables que ce qu’elle voyait maintenant. Yeux ronds elle n’entendait même pas Chloe déblatérait une myriade de choses, pas que des compliments connaissant le personnage, et d’autres. « Prends ce verre et essaie d’avoir l’air moins stone, chérie. » Cillant, Ali reposa son attention sur sa meilleure amie, avant que son attention ne soit attirée par un mouvement à sa droite. « Elle est très jolie, on sait, mais va baver ailleurs gamin, cette fille-là est réservée. J’ai vu des game boys par là-bas. » Elle cru reconnaître un des Dixen, mais Chloe ne lui laissa même pas le temps de répondre qu’elle embarquait déjà Ali dans une autre pièce, tout aussi bondée, avant de la planter là, comme ça, avec son verre. Seule. La panique aurait pu s’emparer d’elle, mais depuis que sa meilleure amie était entrée dans sa vie, Ali voyait ces occasions comme des aventures à vivre. Curieuse, elle se hasarda vers un couloir, pour observer les cadres sur les murs; sur l’un d’eux, elle reconnut Gus, gamin simplet mais attachant que Chloe avait décidé d’ajouter sur sa liste des êtres à protéger et secourir. Ça ne l’empêchait pas de se moquer de lui, devant lui en plus, mais ce n’était jamais réellement méchant. Portant son verre à ses lèvres, Ali décida qu’il était temps de retrouver les âmes égarés qui s’amusaient au rythme de la sono enclenchée.. Excepté qu’en se retournant, elle se heurta à un corps et rattrapa son propre verre avec une agilité sortie de nulle part, évitant au liquide de répandre et au contenant de se briser au sol. Autant dire qu’elle était plus étonnée par sa capacité à éviter le drame que par l’homme dans lequel elle venait de rentrer. Bien qu’une fois qu’elle réalisa de qui il s’agissait, son souffle lui manqua. « Pardon.. Pour l’avoir cogné, pour commencer. Je cherchais.. » Les toilettes ? Ou comment expliquer, dans une excuse bidon, qu’elle était asociale..

_________________

Fifteen kids in the backyard drinking wine. You tell me stories of the sea And the ones you left behind. Goodbye to the roses on your street. Goodbye to the paintings on your wall. Goodbye to the children we'll never meet And the ones we left behind
You're somewhere
I could go there but I don't
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : avengedinchains
● Face claim : Bill Skarsgard
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (2015) [Thomas] The first time    Mar 26 Sep - 23:02



"Love me, even if it kills us both"

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine





Une fête, je ne savais pas tellement pourquoi j'avais eu envie d'en donner une mais je l'avais fait. J'avais lancé la nouvelle d'abord à Josh et à Winnie et un peu partout autour de moi. J'avais envie de faire la fête, de m'amuser pour une fois parce que j'en avais marre de m'occuper de tout. J'en avais marre de m'occuper de ma mère, de Gus et de ne pas penser à moi alors je serais égoïste le temps d'un soirée. J'avais prévenu l'infirmière de ma mère qu'elle devrait rester ce soir avec elle et j'avais l'intention de poster un garde devant sa porte, je ne voulais pas que quelqu'un entre. Je me fichais qu'on vienne chez moi mais je ne voulais pas qu'on entre dans certaines pièces et que l'on fasse n'importe quoi. J'avais demandé à mes domestiques qu'ils s'occupent de tout et ils pourraient rester s'ils voulaient pour s'amuser, parce que je savais aussi être gentil parfois.

J'ai passé la journée à chercher une nounou pour Gus et j'ai fini par en trouver une en qui j'avais assez confiance pour laisser mon frère là-bas. Évidement il n'a pas apprécié que je le laisse tout seul et que je lui demande de prendre lapinou avec lui. Il savait ce que ça signifiait, quand il m'a demandé ce que j'allais faire, je n'ai pas vraiment répondu, je me voyais mal lui dire que j'allais faire la fête et surtout boire comme un trou, parce que j'en avais besoin. Il était encore trop jeune pour comprendre, même s'il était ado, il n'était pas vraiment comme les autres. Je préférais qu'il ne soit pas à la maison ce soir. Je l'ai donc déposé chez la nounou pendant qu'à la maison la fête se préparait. Quand je suis revenu tout était près. Je suis allé me préparé et j'ai fait exprès de mettre mon temps, sachant que les gens arriveraient bientôt. J'aimais me faire désirer. J'ai besoin d'applaudissement pour vivre, comme les fées. J'ai besoin d'être sous le feu des projecteurs. C'est sans doute pour ça que j'ai choisi d'être pianiste.

J'ai entendu la sonnette retentir et mes gens ouvrir. Eux aussi faisaient partis de la fête, ils s'étaient changés et ils étaient chargé de commencer à mettre l'ambiance le temps que j'arrive. Une fois que j'ai l'impression qu'il y avait assez de monde je me suis pointé et j'ai descendu le grand escalier, tel un maître de cérémonie. Je n'avais pas forcément sorti le costume, non ça aurait été trop stricte, juste un jean et une chemise noire c'était largement suffisant. L'ambiance commençait déjà à se faire et la boisson coulait déjà à flot.

Je suis allé voir certaines personnes que je connaissais, d'autres s'étaient invités, des amis d'amis, le bouche à oreille en somme et je me fichais de ne pas les connaître, tout ce que je savais c'était qu'il y avait du monde et j'avais besoin d'être entouré. J'ai pris un verre, vodka, of curse. Une soirée sans vodka ce n'était pas une soirée, et une soirée sans whisky ce n'est pas non plus une soirée alors j'ai fait un petit mélange des deux, deux en un. Il était passé une bonne heure quand j'ai eu une envie pressante, à force de boire forcément. Je ne comptais même plus mes verres, pour l'instant j'étais encore debout. C'était tout ce qui comptait. J'ai fini par heurter quelqu'un où c'est elle qui m'a heurté, c'était pas très grave de toute manière, un verre s'était cassé mais j'en avais d'autres de verre.

« Les chiottes ? Ouai moi aussi je les cherches. »

J'étais chez moi, mais à part ça tout allait bien. Je lui ai souris, elle était jolie. Je n'ai pas remarqué que je ne la connaissait même pas, ça m'était égal.


_________________
Highway of fallen kings

❀ When you look at me I wonder if you see All the things you thought I could be Or all the crazy nights All the stupid fights All the tears that filled our eyes.All my life All I ever did was try and try I never meant to be your problem child
Revenir en haut Aller en bas
● Crédits : ©solaris
● Face claim : Anya Taylor-Joy
Happy 1st Birthday to us.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (2015) [Thomas] The first time    Dim 15 Oct - 11:25

I'll take you to the candy shop, I'll let you lick the lollipop. Go 'head girl don't you stop. Keep going 'til you hit the spot, whoa. I'll take you to the candy shop (yeah) Boy, one taste of what I got (uh-huh) I'll have you spending all you got (come on) Keep going 'til you hit the spot, whoa
(@candy shop // beerus)
The first time..
☆ Thomas & Max ☆

Elle ignorait si c’était réellement le hasard ou si, par un coup de manipulation dont elle seule avait le secret, Chloe avait réussi à provoquer une succession d’événements qui, une fois bien imbriqués les uns dans les autres, menait à cette situation-ci. Regard un peu embrumé, par l’alcool - bien qu’elle n’avait bu qu’une seule gorgée et quand bien même sa résistance à la boisson était moindre que la majorité des jeunes de son âge, elle n’osait croire qu’une simple lampée puisse la mettre dans cet état de brouille - ou simplement par cette scène, que d’autres auraient jugé cocasse au regard des sentiments d’Ali pour cet homme, elle n’osa pas le regarder directement. Cette tentative dégueulasse d’essayer de l’observer par un regard en biais devait lui donner un air étrange, presque malsain, mais l’avantage d’être novice dans ce genre de soirées et de confrontations, c’était qu’elle n’en avait aucunement conscience. Elle devait surement être en train de rougir, enfin elle aurait aimé que ce soit le cas, mais physiquement Ali ne semblait avoir aucun des symptômes habituels qu’elle dénotait toujours chez les autres filles, quand ces-dernières faisaient face à leur amoureux secret. C’eut été déplacé de parler d’amour, ici, parce qu’elle ne connaissait rien de ce type, si ce n’était que son frère était adorable et attachant, qu’il était musicien et que, visiblement, il avait suffisamment de temps à perdre pour organiser une fête gigantesque.. Mais son coeur, malgré la raison qui continuait de l’habiter, ne pouvait s’empêcher de tambouriner par quelques coups irréguliers, tantôt douloureux, tantôt si discret qu’elle en venait à se demander si son palpitant fonctionnait encore et si elle n’allait pas crever sur place.

Est-ce qu’elle devait dire quelque chose ? Autre que chercher une excuse bidon pour expliquer qu’elle se soit, quelques instants, absentée de la petite sauterie ? Le complimenter, peut être ? Elle risquait de paraître bizarre, si elle le faisait, pourtant malgré la simplicité de sa tenue vestimentaire, Ali ne put s’empêcher de le trouver incroyablement attirant. C’était ça, la magie des hommes de ce monde; ils n’avaient pas besoin de grand chose pour réussir à sortir du lot, le temps de quelques heures.. Alors que les filles, de manière générale, devaient faire appel à une marraine bonne fée pour embellir une citrouille, changer des rats en équidés de sang-pur et les souillons en princesse. Merde. Elle devait avoir l’air d’une Cendrillon tout juste bonne à faire le ménage. Par réflexe, Ali replaça une de ses mèches brunes derrière son oreille, tête toujours baissée pour observer le sol, relevant le regard, de temps en temps, pour observer Thomas Morgenstein à travers ses cils. Pourquoi s’intéresserait-il à elle, avec tous les mannequins et les beautés qui se déhanchaient dans la pièce d’à côté ? Non, vraiment, le plan de Chloe n’avait aucun sens et Ali songea, une micro-seconde, à couper court à cette tentative foireuse de pouvoir, enfin, approcher de près son crush de l’année et rentrer chez elle. Ce fut tentant, mais elle n’en fit rien et se retrouva, plutôt, à rire légèrement à sa réflexion.

« Au fond du couloir, à gauche. » Indiqua-t-elle en se tournant, remuant le bras pour signaler la pièce tant cherchée, comme si elle était propriétaire des lieux. L’étrangeté de la situation aurait pu la mettre mal à l’aise, mais ce fut plutôt l’inverse: Ali sembla frappé d’une confiance en soi soudaine, presque énergisante, amusée par la scène. Son regard se baissa finalement complètement sur le verre qui s’était retrouvé au sol, alors qu’Ali tenait toujours le sien. « Je crois que ma boisson est moins corsée que la tienne, mais en guise d’excuses, je peux te passer mon verre.. J’ai pas bu dedans.. » Des fois que le pauvre homme soit phobique des germes en tout genre, elle préférait préciser. Elle aurait pu aussi lui sortir son carnet médical, histoire de bien le rassurer, mais ça risquait surement de faire un peu trop d’informations. « Je voudrais pas que tu te déshydrates. » What the fuck ?

_________________

Fifteen kids in the backyard drinking wine. You tell me stories of the sea And the ones you left behind. Goodbye to the roses on your street. Goodbye to the paintings on your wall. Goodbye to the children we'll never meet And the ones we left behind
You're somewhere
I could go there but I don't
Revenir en haut Aller en bas
 
(2015) [Thomas] The first time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Lakeview :: Big Blue World :: Flashbacks-